Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

SPRAWA PILOTA MARESZA
(Le cas du pilote Maresza)
 


Année : 1956
Pays : Pologne
Genre : drame
Durée : 1 h 37 min.
Couleur

Réalisé par: Leonard BUCZKOWSKI
Scénario : Leonard BUCZKOWSKI, Janusz MEISSNER

Acteurs principaux :
Wie?czys?aw GLINSKI (commandant Peter Maresza), Alice RACISZOWNA (Kristina Flisakówna), Lidia WYSOCKA (Marie Godzicka), Leon NIEMCZYK (Surowiec), George MICHOTEK (John Flisak, copilote de Maresza), Bogdan NIEWINOWSKI (Joseph Cygan, mécanicien), Jerzy KACZMAREK (opérateur radio), Kazimierz WILAMOWSKI (ancien chef de l'aéroport)

Musique : Jerzy HARALD
Photographie : Seweryn KRUSZYNSKI
Producteur: Louis HAGER
Compagnie productrice : Wytwórnia Filmów Fabularnych
 
Avions :
-Lisunov Li-2P  c/n 184 232 02, SP-LAG
-Lisunov Li-2P  c/n 184 240 02, SP-LAK
-Douglas C-47A-35DL  c/n 9801, s/n 42-23938, SP-LCJ
-Lisunov Li-2T   c/n 184 183 08, SP-LBG
-CSS-13  SP-AEN, AEP et AEJ

-Ilyushin IL-12B (c/n 9 301 35 02, SP-LHB


Notre avis :

Le scénario est basé sur la nouvelle "Niebieskie drogi" (Route bleue) de Janusz Meissner, un ancien pilote qui combattit dans la RAF, pendant la seconde guerre mondiale. Il écrivit plusieurs romans populaires sur l'aviation polonaise et la marine. Il avait déjà collaboré avec le réalisateur Buczkowski, lors de son premier film d'aviation, "Gwiazdzista Eskadra" (1930).

 
Ce film traite d'un problème délicat qu'a connu la Pologne communiste, à la fin des années quarante. Evoqué également dans plusieurs films tchécoslovaques, ce problème était le sort réservé aux anciens combattants des pays d’Europe orientale qui avaient eu le malheur de combattre avec les Alliés occidentaux. Traités comme des traîtres dans leur pays, ils étaient souvent réduits à occuper des emplois subalternes, quand ils n'étaient pas emprisonnés. Leonard Buczkowski traite ce sujet délicat avec tact, tout en respectant les directives de l'omniprésente censure. Ce film est à la fois, une tentative de réhabilitation discrète de ces vétérans persécutés, mais aussi un film de propagande, à la plus grande gloire de la compagnie nationale LOT (Polskie Linie Lotnicze -LOT), qui fut le commanditaire de cette production.

Le scénario s'inspire de faits réels, à savoir l'"évasion" (comme on disait à l'époque stalinienne) du chef pilote de la compagnie nationale LOT, Mieczyslaw Sadowski, qui était passé à l'ouest, en 1948, avec sa femme et ses enfants, en détournant un vol régulier de la compagnie. Il ne fut pas le seul. Il s'ensuivit une vague de licenciements massifs à la LOT, en juillet 1950. Le film évoque aussi l'accident d'un avion de la compagnie (18 morts) qui s'écrasa près de Tuszyn, le 15 novembre 1951. Le film visait donc aussi à redorer la réputation de la compagnie auprès des futurs passagers potentiels.

Le tournage commença à la mi mai 1955, les extérieurs étant filmés à Varsovie, à l'aéroport d'Okecie, ainsi que sur celui de Szczecin-Dabie.


Le commandant Peter Maresza est un pilote expérimenté de la compagnie nationale LOT, d'autant qu'on le fait voler par tous les temps. Mais au sol, il a des problèmes. Il est amoureux de l'épouse anglaise de son ami Richard, un ancien camarade de guerre, quand ils combattaient tous les deux dans la RAF. Lors d'un vol par mauvais temps, Richard se tue en heurtant le relief. Marie désire alors quitter le pays pour retourner en Angleterre avec Maresza. Malgré ses sentiments pour elle, Peter ne sait trop quoi faire. Le hasard lui apporte la solution en lui faisant rencontrer Kristina, qui est médecin au service du personnel de la compagnie; c'est elle qui lui fait passer les tests médicaux. La jeune femme, très séduisante, est attirée par Maresza et lui, n'est pas insensible à ses charmes. Mais Maresza a d'autres problèmes. En tant qu'ancien combattant dans la RAF, il est soupçonné par sa  hiérarchie d'entretenir des contacts politiques anti-socialistes. En outre, il a peur d'être évincé par les jeunes pilotes, comme John Flisak, le frère de Kristina. Finalement Marie repart seule Angleterre. Un jour, Maresza prend part à une opération d'épandage de produits phytosanitaires au dessus d'une forêt. Arrivé en retard, à cause d'un accident de la circulation, c'est John qui prend le commandement de l'avion. Malgré quelques erreurs, il s'en sort assez bien. Maresza revoit aussi Kristina et sort plusieurs fois avec elle; il en tombe bientôt amoureux. Peu après, alors qu'il vient de décoller de Szczecin, Surowiec, un homme qui l'avait approché plusieurs fois pour certains trafics de devises, veut détourner l'avion vers l'ouest. Le mécanicien parvient à le surprendre et se bagarre avec lui, dans la cabine, pendant que Peter fait atterrir l'avion au plus vite. Au sol, Surowiec saute de l'avion, poursuivi par le copilote. Il est bientôt maîtrisé par la police, alertée par Maresza. Le comportement de Maresza lors de la tentative de détournement permet à Peter de recevoir le commandement d'un tout nouveau type d'appareil. Kristina ne manque pas de lui dire au revoir sur le tarmac….


Le personnage de l'Anglaise, Mary Godzyka, épouse du pilote tué dans un accident, est inspiré de la vraie Marie Jeanne Johnstone, que le pilote Tadeusz Schiele avait épousée en Angleterre, alors qu'il était dans la RAF. Elle n'arriva jamais à s'adapter à la vie dans un pays socialiste et retourna, seule, dans son pays, dans les années soixante, alors que son mari resta en Pologne.

Bien que dans le prologue du film, on annonce que tous les faits relatés ayant eu lieu quelques années auparavant, sont authentiques, il n'en était rien en réalité. L'accident de l'ami de Maresza, Richard, est présenté de façon tout à fait tendancieuse. Dans le film, il volait trop bas, par mauvais temps, et sa responsabilité ne fait aucun doute. Il s'agit en plus d'un homme arrogant, superficiel, adonné au jeu, qui n'a cure de la sécurité des passagers. En outre, l'accident auquel cet épisode fait allusion, ne se passa dans les environs de Poznan. Il faut bien dire qu'à l'époque, les services officiels avaient tout fait pour étouffer l'affaire. Le rapport du véritable accident de l'avion de la LOT, en 1951, à Tuszyn, a définitivement disparu. Il n'existe aucune trace du Lisunov Li-2 concerné (SP-LKA), dans les archives de la LOT…. La version officielle était que l'avion, suite à une erreur de pilotage, avait heurté une ligne à haute tension. Mais depuis la chute du communisme, les langues se sont déliées. En fait, dès avant son départ de Lodz pour Cracovie, l'avion avait connu une avarie moteur. Le commandant de bord refusant de risquer la vie des passagers, ne voulait pas repartir, mais il y fut contraint par sa direction, car des personnalités, qui se trouvaient à bord, avaient des rendez vous urgents à Cracovie. Cela rappelle une autre histoire récente (avril 2010), celle de l'accident de l'avion du président de la république polonaise qui tenta d'atterrir sur un terrain russe, fermé pour cause de mauvaises conditions météo, parce il y était attendu…. La politique, comme le business, fait mauvais ménage avec la sécurité aérienne.

Ce film n'est pas sans rappeler certaines productions américaines de la même époque, bien que sur des sujets différents. Réalisé avec l'assistance de la LOT, il utilise très peu d'effets spéciaux et donne un aperçu crédible de la compagnie polonaise, au milieu des années 50, à un moment où on commençait à renouveler le matériel volant. On peut voir également l'aéroport de Varsovie-Okecie tel qu'il était en 1956, avec sa tour de contrôle (sans radar, l'approche IFR de Peter, au début du film, étant faite uniquement avec des moyens radio), sa cafeteria au décor très kitch, avec ses tables agrémentées de napperons en dentelle et de plantes vertes en pot…
.



 
Les avions du film :

La LOT nous montre une partie de sa flotte de Lisunov Li-2, un Douglas DC-3 construit en URSS. Celui de Maresza est le Lisunov Li-2P "SP-LAG" (s/n 184 232 02), mis en service en 1946 et appelé "Gabrysia" (c'est par ce nom que la tour de contrôle l'appelle). Il fut réformé le 30 novembre 1961. On note que cet avion, comme les autres Li-2, se pilote à quatre : pilote, copilote, radio-navigateur et mécanicien, ce dernier "campant" entre les pilotes devant les manettes moteur (de gauche à droite : pas de l'hélice, gaz, mélange). On a quelques vues d'un vrai cockpit et le tableau de bord montré (quand l'ADF est frappé par la foudre) est un vrai. La cabine est classique avec deux sièges à gauche, un siège à droite, et une porte à droite. Les fanas apprécieront la "musique" du moteur Shvetsov ASh-62, au démarrage….

A Varsovie, on voit d'autres Lisunov de la LOT. Le Li-2P "SP-LKB" (s/n 184 385 04) qui roule sur une bretelle dans le brouillard, fut mis en service le 28 juillet 1951 et réformé en novembre 1969. Plus tard,  on voit également le Li-2P "SP-LAK" (c/n 184 240 02). Réceptionné en février 1946, il fut baptisé "Krysia" et rayé des registres en novembre 1961. Le "SP-LCJ" est l'avion de l'époux de Marie; il manque heurter un avion qui décolle, alors qu'il pénètre sur la piste sans autorisation. Ce n'était pas un Lisunov, mais un Douglas C-47A-35DL (c/n 9801, s/n 42-23938) livré par l' USAAF à la LOT. Enregistré en février 1948, il fut réformé en décembre 1958.

La séquence du traitement des forêts par un Lisunov de la LOT était authentique et n'avait pas été reconstituée pour le film. Ce genre de travail agricole était généralement donné à des pilotes dont on se méfiait et qu'on avait retiré des lignes internationales. …L'avion employé était le Li-2T "SP-LBG" (c/n 184 183 08), un ancien appareil militaire enregistré en janvier 1947; il sera détruit à Varsovie par accident, en décembre 1963. On remarque qu'un gros réservoir a produit a été installé dans la cabine avec chargement par le haut, par l'ouverture de la tourelle de mitrailleuse, déposée.

Trois autres petits biplans se livrent au même travail, ce sont des CSS-13 (SP-AEN, AEP et AEJ), autrement dit, des Polikarpov Po-2 construits sous licence, en Pologne. Sur le même terrain, on entraperçoit, en arrière plan, un petit bimoteur Aero 45 de la LOT.

Maresza, à la fin du film, décolle avec le successeur du Lisunov, un Ilyushin IL-12B (c/n 9 301 35 02, SP-LHB); pris en charge par la LOT en août 1949 et d'abord utilisé pour la formation des équipages, il sera réformé le 25 septembre 1959 et transféré à la force aérienne polonaise.


Christian Santoir

*Film à télécharger sur le net.
 
SPRAWAPILOTA.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 28/12/2012 : 13:03
Dernière modification : 04/07/2014 : 05:05
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 4725 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !