Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
 BOUM SUR PARIS



Année : 1953
Pays : France
Durée : 1 h 35 min.
Genre : comédie
Noir et blanc


Réalisateur : Maurice de CANONGE
Scénario : Jacques CHABANNES, Roger FERAL

Acteurs principaux :
Jacques PILLS (Gilbert Sestrières), Danielle GODET (Hélène), Armand BERNARD (Calchas), Luce FEYRER (Lola Robert), ANGELVIN (lui-même), Aimé BARELLI (lui-même), Charles BOYER (lui-même),.Martine CAROL (elle-même), André CHABROL (lui-même), Gary COOPER (lui-même), Annie CORDY (elle-même), Michel DANCOURT (lui-même), Lucienne DELYLE (elle-même), Paul DEMANGE (lui-même), Jacqueline FRANÇOIS (elle-même)

Musique : LOUIGUY
Photographie : Jean BACHELET
Producteur : Edmond TENOUDJI
Compagnies productrices : Les Films Marceau
 
Avions :
-Douglas C-54-DO Skymaster  c/n 3098, F-BELI
-Lockheed L-749A-79-46 Constellation c/n 2629, F-BAZT
-Lockheed L749-79-22  c/n 2514, F-BAZJ


Notre avis :

La légendaire fête foraine, la "Kermesse aux étoiles", créée après-guerre pour célébrer la Libération de Paris et la 2e DB du maréchal Leclerc, sert de cadre à ce petit film totalement oublié. C'était la fête la plus populaire du Paris de l'après-guerre; se tenant aux jardins des Tuileries, elle réunissait de grandes vedettes de l'époque qui y rencontraient le public pour des signatures d'autographes, au milieu des manèges et des attractions, au profit d'œuvres sociales.


Un parfumeur parisien, Sestrières, commercialise un nouveau parfum, appelé "Boum". Mais ce parfumeur est aussi l'inventeur d'un explosif liquide très puissant, le SX3, qu'il se propose de présenter à un ministre. Pour mieux le dissimuler, il le verse dans un flacon de "Boum". Mais ce flacon est confondu par un employé avec un autre flacon qui doit être livré à la "Kermesse aux étoiles", animée par Jean Nohain, pour y être mis aux enchères, lors d'une tombola caritative. Après s'être aperçu de cette méprise, le neveu de l'inventeur, Jean, et sa fiancée, vont chercher à récupérer ce parfum explosif, ce qui va les mener à travers plusieurs music-halls parisiens et même jusqu'à l'hôtel Royal d'Evian. Mais le flacon est aussi convoité par deux truands, bien décidés à mettre la main dessus. L'un d'eux, finira par le récupérer, mais poursuivi par Jean, en pédalo, il le fera exploser par inadvertance dans le lac Léman !

Le scenario est très banal et constitue surtout une occasion de montrer à l'écran, des vedettes de l'époque, alors que la télévision n'équipait pas encore les foyers français. On peut ainsi voir et entendre quelques-unes des plus grandes vedettes de la chanson et du cinéma, au cours des années cinquante : Edith Piaf, Charles Trenet, Martine Carol, Juliette Greco, Mouloudji, Lucienne Delyle, Gary Cooper ou encore Gregory Peck....La plupart de ces vedettes sont décédées, mais quelques unes sont encore parmi nous, comme Annie Cordy, Juliette Greco, Line Renault, qui, à plus de 80 ans, font montre d'une belle vitalité.

Ce n'est que dans la dernière demi-heure, que l'on nous emmène à l'aéroport d'Orly où on retournera en 1955, avec "Escale à Orly". Pendant cinq minutes, on peut y observer quelques avions de la compagnie nationale "Air France".


Les avions du film :

"Mademoiselle Piaf" monte à bord du Douglas DC-4 "F-BELI" (c/n 3098). Cet appareil avait bien failli ne pas participer au tournage. Le 29 avril 1952, alors qu'il volait vers Berlin, il fut attaqué par deux MiG-15 au-dessus de l'Allemagne de l'est. Il reçut 89 impacts de balles et d'obus, mais il put atterrir à Berlin-Tempelhof, avec deux moteurs en moins. Par miracle, aucun passager ne fut touché. Les autorités soviétiques justifièrent cette agression contre un avion civil, en affirmant qu'il s'était éloigné du couloir aérien. …Cet ancien C-54-DO Skymaster de l'USAAF (s/n 41-37307) fut cédé après la guerre, à American Airlines (NC90409), puis à Air France, en août 1949. En août 1962, il fut acquis par Royal Air Cambodge  (XU-GAH), puis par Royal Air Lao (XW-TDE). Mais le 11 février 1972, le destin allait le frapper une seconde fois, cette fois-ci pour de bon. Il disparut lors d'un vol Saigon-Vientiane, vraisemblablement abattu, avec 23 personnes à bord.

Au bord du tarmac, appuyés à une barrière, des badauds regardent le Lockheed L-749A-79-46 Constellation (F-BAZT, c/n 2629) qui quitte son parking. Livré à Air France en 1950, ce Constellation sera vendu, en 1960, à l'Armée de l'Air pour son service SAR (Search and Rescue) et servira au sein de l'unité EARS 99, avec le matricule F-SSFT. Il sera retiré du service en janvier 1970, puis ferraillé en 1971.

On aperçoit également le Lockheed L749-79-22 F-BAZJ (c/n 2514), avec lequel les bandits partent pour Evian. Acquis en 1947 par le SGACC (Secrétariat Général à l'Aviation Civile et Commerciale), et mis en service par Air France en 1951, il sera loué en 1960, à Air Algérie, puis transféré en 1961, comme le précédent, au SAR EARS 99 (F-SSFJ). Retiré du service en 1970, il servira un temps de cellule d'exercice pour le pompiers de l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Il sera définitivement rayé des registres en 1976.

Quand il décolle, on voit un Douglas DC-3, haut dans le ciel. En effet, en 1953, on ne se rendait pas en avion à Evian, mais à Genève-Cointrin, qui était desservi par Air France avec des DC-3 et des DC-4, pas avec des Constellation.



Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr



 
 
 
 
BOUMSURPARIS.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 23/11/2013 : 07:29
Dernière modification : 23/11/2013 : 07:29
Catégorie : - Films
Page lue 3415 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !