Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
FERRY PILOT



Année : 1941
Pays : Grande Bretagne
Genre : documentaire
Durée : 31 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Pat JACKSON

Photographie : H.E. FOWLE
Musique : Brian EASDALE
Producteur : Ian DALRYMPLE
Compagnies productrices : Colonial Film Unit, Crown Film Unit
 
Avions :
-Supermarine Spitfire Mk.Ia dont le R7157
-Supermarine Spitfire Mk.IIa P8411, P799*, P80**
-Armstrong-Whitworth Whitley Mk.V, dont les Z6669, Z6635
-Hawker Tomtit
-Avro Anson Mk. I L7909, N5089, N5100, N5289, N9719, N9972
-De Havilland DH.87B Leopard Moth (en arrière plan)
-De Havilland DH.89B Dominie
-Miles Master Mk.II dont le T8902
-Vickers Wellington (en arrière plan)
-Westland Lysander (en arrière plan)
-North American Harvard I (en arrière plan) dont les N7126, N7128, P5856
-Heinkel He.111B (72+OIG)
-Heinkel He.111H (V4+AU, 9K+FR)
-Messerschmitt Bf.110C, AX772


 

Notre avis :

Ce petit documentaire fut tourné par le Ministère de l'Information britannique, par l'intermédiaire de Crow Film Unit. Cette unité tournera d'autres documentaire sur l'aviation comme "Target for tonight " (1941) et "Coastal Command" (1942). Le sujet est ici l'ATA, l'Air Transport Auxiliary. C'était une organisation civile destinée à convoyer les avions neufs ou réparés, entre les usines, les ateliers de montage, les unités de maintenance, les ports, d'une part, et les escadrilles ou les bases de la RAF, en Angleterre, d'autre part. L'ATA assurait également les liaisons rapides ainsi qu'un service d'ambulance aérienne. Ses pilotes étaient recrutés parmi des réservistes atteints par la limite d'âge ou ne pouvant satisfaire aux critères physiques de la RAF ou de la Fleet Air Arm. Une caractéristique unique de l'ATA, est que des handicapés étaient admis tant que leur handicap ne les empêchait pas de piloter ! Il y eut ainsi des pilotes unijambistes ou avec un seul bras, des myopes ou des borgnes ! Ils venaient de vingt huit pays différents, des pays du Commonwealth, mais aussi des pays neutres, comme les Etats-Unis. Fin 1939, l'ATA commença à incorporer des femmes qui atteignirent finalement le nombre de 166 (1/8° des effectifs totaux). Quinze perdirent la vie aux commandes d'avions, dont la célèbre aviatrice Amy Johnson. Les femmes pilotes de l'ATA servirent de modèles aux WAFS (Women’s Auxiliary Ferry Squadron) américaines, une unité de convoyage qui ne fut créée qu'à la fin de 1942.

 

Le documentaire nous montre donc le fictif Air Ferry Pool n° 15 de l'ATA, qui envoie les ordres de convoyages pour satisfaire aux demandes qu'il reçoit des différents commandements. Il nous montre ensuite une brochette de pilotes provenant d'horizons divers; il y a un médecin, un critique littéraire, un ancien pilote d'essai, un professeur, un commercial...Ces hommes ont laissé leur Puss Moth du dimanche pour piloter des chasseurs ou des bombardiers. Les femmes ne convoient pas des avions de combat, mais des avions d'entrainement ou de transport (mais plus tard, elles pourront voler sur tous les types d'avions, du chasseur au bombardier quadrimoteur, à l'exception des grands hydravions, dont le pilotage demandaient beaucoup de muscle). Puis, le documentaire se focalise sur deux pilotes, un Anglais, Thomson, et un Américain, Talbot, surnommé Alabam. Avec d'autres pilotes, ils sont emmenés dans un petit bimoteur vers le terrain où ils doivent prendre en charge deux chasseurs. Après les avoir amenés à destination, ils doivent convoyer, cette fois, un bombardier bimoteur. Alors que le vol se passe sans histoire, ils sont interceptés par un groupe de chasseurs allemands. Mais heureusement, les chasseurs anglais ont été avertis à temps et repoussent les Allemands, en abattant l'un d'entre eux qui s'apprêtait à descendre le bombardier. Le soir, l'avion taxi ramène Thomson et Talbot à leur point de départ où ils vont pointer auprès du bureau des opérations. C'est là que Talbot apprend que c'était la première mission de convoyage de Thomson...
 

Il s'agit d'un documentaire typiquement britannique, avec des hommes dans des uniformes impeccables, faisant leur job avec calme, tout en fumant une bonne pipe ou dégustant une "nice cup of tea". Il est aussi empreint d'un humour bien particulier. Thomson et Tolbert ne s'apercevront pas qu'ils ont été attaqués, alors qu'un Allemand avait pris pour cible leur bombardier désarmé, volant paisiblement en ligne droite (un vrai sitting duck !). A l'intérieur, Tolbert est en train de lire un comics, un magazine américain, "The lone eagle fighting ace", relatant les exploits d'un héros de la première guerre mondiale. "Lone eagle" était le surnom de Lindbergh. Après août 1941, le titre deviendra "American eagle", après que Lindbergh se soit déclaré contre la guerre et ait proféré des propos favorables au régime nazi...

On remarque que les avions allemands sont détectés par un système acoustique, qui fut certes, utilisé au début de la guerre, en Angleterre, mais qui fut rapidement remplacé par le radar, bien plus efficace et précis. Il faut voir là un effet de la censure.

En définitive, on compte pas moins de 88 avions dans ce documentaire de 31 minutes ! Qui dit mieux ?


Les avions du film :

'Ferry pilot" montre un échantillon d'avions de la RAF, au début de la guerre. Les avions sont filmés au sol, en vol, ainsi que, parfois, à l'intérieur du cockpit.

Le premier avion est vu pendant le générique; c'est un Armstrong Whitworth Whitley V que l'on sort d'un hangar. Il porte le serial Z6669 et le code (peu visible) "ZA-B" du n° 10 Squadron. Il sera perdu le 28 décembre 1942, au retour d'une mission anti sous-marine.

Peu après, on aperçoit sur le terrain de Mildenhall, deux Vickers Wellington ainsi qu'un Westland Lysander garé non loin.

L'avion le plus fréquent, ensuite, est l'Avro Anson I, qui sert d'avion de liaison. On peut ainsi identifier les Anson N5102 et le L7909; ce dernier survécut à la guerre, exploité par British Air Transports Ltd. (G-AKVW). En juillet 1950, il sera vendu à Gulf Aviation, puis à Aden Airways, en janvier 1953. On voit également le N9972, N5100, le N5289, et plus tard, le N5089 qui passe devant plusieurs North American BC-1 Harvard I (P5856, N7128/51, N7126/49...). Quand des femmes pilotes se dirigent  vers un De Havilland DH.89A Dominie, on aperçoit derrière elles, un De Havilland DH.89A Leopard Moth, un avion privé réquisitionné, utilisé par l'ATA comme avion de liaison, une scène que l'on retrouvera dans le film "They fly alone" en 1942.

Il y a, bien sûr, de nombreux Spitfire Mk.I, avec hélice bipale en bois, et tripale, à pas variable (dont le serial R7157); ce sont des avions sortis d'usine sans code de combat. Quand un des pilotes fait un point fixe, les roues étant calées, deux rampants doivent s'installer sur le plan arrière, pour éviter que l'avion ne bascule sur le nez. On remarquera notamment une brillante séance d'acrobatie, avec d'impressionnants vols bas à pleine puissance, ou mieux en vol inversé. On constate ainsi que le Spitfire Mk.Ia avec son moteur Merlin alimenté par carburateur, pouvait voler sur le dos, mais pas plus de deux minutes; on entend d'ailleurs le moteur qui a des ratés...

Après avoir admiré la prestation, deux femmes pilotes embarquent à bord de deux Miles Master Mk.II, dont le T8902.

Thomson et Talbot convoient deux Spitfire, très bien filmés au milieu des nuages ou survolant la campagne anglaise. Il s'agit d'un Spitfire Mk.IIa (serial P799*) et d'un Spitfire Mk.Ia (serial R7157). Le R7157 avait été pris en charge par la RAF en mars 1941 et affecté au n° 124 Squadron. Dès novembre, il rejoignit le n°52 OTU. Il se crashera le 26 septembre 1942. Ces avions sans code, en retrouvent un quand ils décollent ; il s'agit du code "UO" du n°266 Squadron, une unité rhodésienne. Une fois en l'air, l'avion de Talbot change et devient le N3111, un avion qui eut un parcours intéressant. Construit comme un Mk.Ia en octobre 1939, et affecté au n°54 Squadron, il ne participa pas à la bataille d'Angleterre ayant été versé à l'Air Services Training. En août 1940, il fut transformé en avion de reconnaissance PR.III, puis PR.V, en juin 1940, et affecté au n° 545 Squadron. Il se crashera le 23 septembre 1943. En cours de vol, les deux Spitfire rencontrent un biplan d'entraînement obsolète, un  Hawker Hart, retiré normalement du service, dès 1935.

Quand Thomson atterrit à Walbrooke pour prendre en charge un bimoteur, son Spitfire porte un nouveau serial "P80**". Le bimoteur est un Armstrong Whitworth Whitley V (serial Z6635) sans code. Le Whitley était un avion de transition qui fut retiré des opérations fin 1942, pour devenir un avion de  transport, de largage de parachutistes ou de remorquage de planeurs. On remarquera les consignes données au pilote pour l'atterrissage de cet avion très long et à aile très épaisse : maintenir la vitesse impérativement au-dessus de 90 miles (145 km/h); en finale, ne pas précipiter l'atterrissage, laisser l'avion atterrir tout naturellement.

Le Whitley croise, sans la voir, une formation allemande composée de Heinkel He.111 (dont les codes 9K+FR du KG.51 "Edelweiss", V4+AU du KG.1), de Heinkel He.111B (code 772+OIG) du KG;157, dont on a des vues de l'intérieur. Mais le Whitley est attaqué par un Messerschmitt Bf.110C, intercepté à temps par un Spitfire. Ce Bf.110C était un avion de l'Air Fighting Development Unit de la RAF. Il avait été capturé le 21 juillet 1940, alors qu'il avait fait un atterrissage d'urgence sur le terrain de Goodwood (Sussex). Cet avion de reconnaissance (code 5F+CM, Wkn. 2177) reçut le serial AX772 et des marques anglaises avec lesquelles il revolera, le 15 février 1941. Il sera ferraillé en 1947. On le voit lors d'un simulacre de dog-fight avec le Spitfire Mk.IIa, P8441. Ce dernier avion fut utilisé pour divers essais, en plus de l'évaluation des avions allemands capturés. Affectés à plusieurs unités : n° 39 Maintenance Unit, n°227 Squadron et n° 610 Training Unit, il sera réformé le 30 décembre 1944. Cette scène de dog-fight se retrouvera, après guerre, dans plusieurs documentaires télé, dans le film "Vainqueur du ciel" (1956) et même, dans la comédie "Il y a t-il un pilote dans l'avion ?".

Quand Thomson et Talbot atterrissent, leur Whitley a retrouvé un code (ZA-O), celui du n°10 Squadron, le premier escadron équipé de ce type d'appareil pour le bombardement de nuit.

 

Christian Santoir

* Film en vente sur amazon.fr
 
 
 
Ferry_pilot.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 06/12/2013 : 23:20
Dernière modification : 06/12/2013 : 23:20
Catégorie : Fiches de film - Films documentaires
Page lue 3937 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !