Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
 
LA BANQUE NEMO



Année : 1934
Pays : France
Genre : comédie
Durée : 1 h 32 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Marguerite VIEL
Scénario : Louis VERNEUIL, Marguerite VIEL

Acteurs principaux :
Victor BOUCHER (Gustave Labrèche), Mona GOYA (Charlotte), René BERGERON (Émile Larnoy), Charles FALLOT (Nemo), Henry BONVALLET (Vauquelin)

Musique : Armand BERNARD
Photographie : Henri BARREYRE, André THOMAS
Compagnie productrice : As-Film, Tobis Filmkunst   
 
Avions:
-Wibault 282
-Farman F.305 F-ALEF, c/n 1/7241
-Farman F.301 F-AJLP, c/n 1/7167
-Breguet 280T F-AJKV, c/n 7



Notre avis :

Ce film est une adaptation à l'écran de la pièce de Louis Verneuil, du même nom, créée en 1931. C'est aussi, dans un certain sens, une adaptation de l'affaire Stavisky qui éclata en 1933. Alexandre Stavisky, un juif d'origine russe, qui avait déjà été poursuivi pour fraude à plusieurs reprises, au cours des années précédentes, fut à la source d'un vaste scandale politico-financier qui provoqua la chute du gouvernement Chautemps. Stavisky avait d'étroites relations avec le parti radical-socialiste, alors au pouvoir, ainsi que dans les milieux économiques. Avec la complicité du maire de Bayonne, il parvint à détourner 200 millions de francs de bons, émis par le Crédit Municipal de la ville, sous le nom de Serge Alexandre. Alors que la police venait l'arrêter, en janvier 1934, il se suicida de deux balles dans la tête…L'affaire Stavisky jeta le discrédit sur un régime soupçonné de corruption et contribua au déclenchement d'émeutes antiparlementaires et à la montée de l'antisémitisme dans le pays.

Ce film rappellera aussi, celui réalisé en 1928, par Marcel L'Herbier, "L'argent", où il y est déjà question de scandale financier.

L'histoire commence quand Larnoy, le caissier de la banque Némo, rencontre par hasard, son ancien copain de régiment, Gustave Labrèche, un camelot. Il lui trouve un petit emploi dans sa banque. Mais un jour, Larnoy est pris la main dans la caisse et il est arrêté, puis emprisonné. Labrèche le remplace bientôt, à son poste, mais aussi, auprès de sa maîtresse Charlotte ! Cet homme, très habile et intriguant, gravit très rapidement tous les échelons de la hiérarchie, en séduisant la femme du directeur, jusqu'à devenir fondé de pouvoir de la banque. Mais son ambition ne s'arrête pas là, et il finit par prendre la direction de l'établissement en faisant croire à Némo qu'il est ruiné. Il est aidé dans sa tâche par sa maîtresse, la belle Charlotte, une jeune femme séduisante et peu farouche…Il tisse, peu à peu, un réseau de relations utiles avec des parlementaires influents qui lui permettent de multiplier les escroqueries. Larnoy, une fois libéré, est bien décidé à prendre sa revanche sur Labrèche. Il a pris dans le coffre directorial, dont il connait la combinaison, un document important montrant que Labrèche a fait acheter au gouvernement 6 000 hectares de terres en Ethiopie, au prix fort, pour y cultiver du cacao, or, ces terres sont impropres à cette culture… Il va voir Labrèche et exige une grosse somme d'argent contre son silence. S'étant fait éconduire, il transmet le document confidentiel au "grand Inquisiteur" qui avertit aussitôt le gouvernement. Après un débat houleux, où tous les ministres s'accusent mutuellement d'entretenir des relations douteuses avec Labrèche, il est décidé d'étouffer l'affaire. Quand Larnoy, pour mieux savourer sa vengeance, se rend chez Labrèche pour assister à son arrestation, c'est en fait lui qui est arrêté pour vol des documents que le commissaire rend à Labrèche, devant lui ! Larnoy est forcé de constater que  "l'on met un homme en prison pour avoir dérobé un mouchoir, mais, au-delà de cent millions, voler son prochain devient légitime".

La morale de l'histoire, comme celle de la fable de La Fontaine (Les animaux malades de la peste -1678- :"Selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir" ), semble toujours valable...

La scène du Conseil des ministres est particulièrement savoureuse et elle aurait été censurée, à l'époque. Toute ressemblance avec des personnages et des faits actuels serait une pure coïncidence. Mais quand le président du Conseil rappelle au ministre des Colonies qu'il a concédé des terrains au banquier véreux, alors que ses conseillés l'en avaient dissuadé, quand Labrèche a eu accès à des dossiers confidentiels, quand le président du Conseil a défendu Labrèche, six mois auparavant, dans un procès, quand un politicien carriériste se déclare peu enclin à démissionner, alors que député depuis 15 ans, il avait enfin accédé à un poste de ministre, on a une forte impression de déjà-vu.

"La banque Némo" étonne donc par sa brûlante actualité, mais aussi parce qu'on ne s'attend pas à y trouver des avions, d'anciens appareils de transport, fort rares, n'existant dans aucun musée, et c'est en fait, là, son principal intérêt pour l'aérocinéphile. Une scène a, en effet, été filmée au Bourget, lieu de tournage de plusieurs films, avant guerre, comme "Durand contre Durand" (1931), "L'équipage" (1935), ou encore "Hercule" (1938), mais elle ne dure que 22 secondes.
 
Les avions du film :

Quant le banquier Némo embarque pour Moscou, on met ses bagages dans un Wibault 282  d'Air France, difficilement identifiable, car la porte de la soute à bagages est ouverte et la dernière lettre de l'immatriculation est peinte dessus ! Ce pourrait donc être un des six Wibault 282 T.12 suivants : F-AHMK /L /M /N /O /P (c/n 4, 6, 7, 3, 5, 8), sans qu'on ait aucun moyen de trancher, tant que la porte reste ouverte...

Mais c'est à bord d'un Farman d'Air France, que les Némo montent. Il a un matricule plus facilement identifiable Il s'agit du Farman F.305 F-ALEF (c/n 1/7241), un des deux seuls construits (avec le F-ALHQ). Il avait été transformé, en septembre 1932, en F.303 (c/n 6/7241), avec trois moteurs identiques (des Gnome & Rhône 5Bc). Il fut d'abord exploité par la Société Générale de Transports Aérien (SGTA, ex Lignes aériennes Farman). Repris par Air France, lors de la création de la compagnie, en octobre 1933, et baptisé "Myosotis" (on distingue ce nom, peint sur le nez de l'appareil), il capota, le 7 décembre 1934, à l'atterrissage, à Prague, par mauvais temps. L'équipage fut indemne, mais l'avion sera réformé sur place, en mai 1935.

Quand l'avion se met à rouler, le Farman F.303 se transforme en Farman F.301 F-AJLP (c/n 1/7167) d'Air France. …C'était le prototype de la petite série des F.301 (six exemplaires, appelés "Etoile d'argent"), qui fit ses premiers essais en février-mars 1930. Il est d'abord acheté par la société des Moteurs Salmson, en avril 1930, puis en octobre, il est exploité par la SGTA. Il fut récupéré par Air France, en 1933, avec 935 heures de vol, et reçut le nom "Iris". Victime d'une rupture de train, à l'atterrissage de Strasbourg, en avril 1935, l'appareil dut être réformé un mois plus tard.

La vue de l'avant d'un trimoteur d'Air France, équipé de moteurs Salmson 9Ab, munis d'hélices bipales métalliques en "planche" tordue, Levasseur (série 145), à pas fixe, est celle d'un Farman F.301.

Au décollage du Bourget, le trimoteur Farman devient un monomoteur, la berline Breguet 280T F-AJKV (c/n 7) d'Air Union ! Il fut acquis en décembre 1929, par cette compagnie qui en exploitait sept sur la ligne "Rapid Azur" (Genève-Lyon-Marseille). Il fut repris par Air France en 1933 et réformé, en novembre 1935. L'avion du film est donc extrait d'un film, antérieur à octobre 1933.

On assiste donc là, avec quatre avions différents pour en figurer un seul, à un beau tour de passe-passe dont le cinéma de l'époque avait le secret.

Notons qu'Air Union, pas plus qu'Air France, n'avait de ligne vers Moscou. Le réseau d'Air France ne s'étendait, à l'est, en 1934, que vers Berlin, Varsovie, Bucarest et Istanbul. Il était plus pratique de prendre un vol Luft Hansa (Paris-Berlin-Moscou). Le trajet ne prenait pas une demi-journée, comme prétendu, un peu vite, par Labrèche; il fallait environ 7 heures, avec escales, pour rallier Berlin (par Cologne ou Francfort), où on passait la nuit, puis environ 13 heures, le lendemain (décollage à 7 h), pour atteindre Moscou, soit presque deux jours de voyage.


Christian Santoir

* Film en vente sur amazon.fr.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BANQUENEMO.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 14/02/2014 : 10:43
Dernière modification : 24/06/2014 : 01:06
Catégorie : - Films
Page lue 3290 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !