Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 147 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

PANIQUE EN PLEIN CIEL
Vo. Miracle landing



Année : 1990
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 25 min.
Genre : catastrophe
Couleur

Réalisateur : Dick LOWRY
Scénario : Garner SIMMONS

Acteurs principaux :
Connie SELLECCA (Mimi Tompkins), Wayne ROGERS (Bob Schornstheimer), Ana ALICIA (Michelle Honda), Nancy KWAN (C.B. Lansing), James CROMWELL (B.J. Cocker), Jay THOMAS (Ed Meyer).

Musique : Mark SNOW
Photographie : Frank BEASCOECHEA
Producteur : Dick LOWRY
Compagnie productrice : Columbia Broadcasting System (CBS)

 Avions :
-Boeing 737-297 N70723
-Northrop T-38 Talon
-Cessna 150M Aerobat N9828J



Notre avis :

Le 28 avril 1988, le vol 243 d'Aloha Airlines décollait de l'aéroport d'Hilo (Hawaï) à destination d' Honolulu, à 13 h 25. Il y avait 89 passagers à bord. Alors que l'avion atteignait son altitude de croisière, à 13 h 48, une partie du toit de l'appareil, située vers l'avant, céda. La décompression explosive qui s'ensuivit arracha toute la moitié supérieure du fuselage, entre le cockpit et l'aile. Une hôtesse fut aspirée dans le vide. L'équipage parvint à garder le contrôle de l'appareil et à atterrit sur l'aéroport de Kahului, sur l'ile de Maui, et ce, malgré la panne d'un des moteurs. Il y eut 65 blessés parmi les passagers et les membres d'équipage. Malgré ce bilan, il s'agissait bien d'un vrai miracle !

C'est cet accident que ce téléfilm se propose de raconter en y ajoutant çà et là quelques petits détails fictifs pour dramatiser, s'il était besoin, l'histoire.

Le film commence en février 1988, dans un simulateur de vol de la compagnie Paradise Airlines. Ce jour là, pilote et copilote doivent gérer une avalanche de problèmes simultanés : décompression de la cabine, incendie moteur et perte des circuits hydrauliques ! Puis, on nous présente trois membres d'équipage : Madeleine "Mimi" Tompkins, une copilote rentrée à Paradise Airlines en 1979 et qui a été sélectionnée pour devenir commandant de bord, le commandant Robert Bob Schornstheimer, un plaisancier pendant ses heures de repos, et l'hôtesse Michelle Honda, qui, elle, s'intéresse plutôt à la peinture en dehors de ses heures de travail. Le lendemain, le vol 243 de Paradise Airlines quitte Honolulu pour Hilo, le commandant Bob Schornstheimer et le copilote Thomkins étant aux commandes. Le vol se passe sans problème. C'est alors que l'on fait la connaissance de Clarabell "C.B." Lansing, la chef de cabine, et de Jane Sato Tomita, les deux autres hôtesses collègues de Michelle Honda. L'heure du départ approche et les passagers commence à embarquer. Il y a parmi eux un danseur de luau, un couple âgé, une mère et son fils, deux jeunes mariés en voyage de noce, qui sont des amis de Michelle. L'avion décolle et prend de l'altitude. Quand il arrive à 24.000 pieds, un jeune garçon fait remarquer à C.B, qu'il y a une fissure dans le plafond. Mais la fissure s'agrandit rapidement et une décompression explosive survient enlevant une grande partie du toit de l'appareil. C.B. est happée dans le vide, ainsi que les bagages, les chariots, les journaux, les gobelets, les bouteilles, qui blessent les passagers au passage. Michelle s'est allongée dans le couloir et s'accroche aux pieds des sièges, mais Jane est gravement blessée à la tète; elle aussi est tombée sur le plancher où des passagers la retiennent pour lui éviter d'être aspirée. Schornstheimer, qui a du mal à maintenir l'appareil en vol, commence une descente d'urgence. Mimi envoie un appel de détresse, mais la tour de Kahului ne l'entend pas. Bob et Mimi se rendent compte qu'ils ont de fortes chances de s'écraser. Mimi revoit alors, en flashback, son premier vol en solo, alors que Bob se revoit quand il était instructeur dans l'USAF. La blessure de Jane s'aggrave et Michelle se bat contre le vent violent qui pénètre dans la cabine, pour lui venir en aide. Puis, elle prépare les passagers à un éventuel amerrissage. Dans le cockpit, les pilotes s'aperçoivent qu'il y a une fuite dans le circuit hydraulique et qu'un moteur vient de s'arrêter. Après être parvenu à contacter la tour de Kahului, malgré le bruit intense régnant dans le cockpit, ils décident de tenter un atterrissage d'urgence, malgré tout. Alors qu'il sont en longue finale, ils se demandent si le train avant est sorti, son voyant ne passant pas au vert, mais un peu plus tard, la tour, qui les aperçoit, leur confirme qu'il est bien sorti. Grâce à toute l'expertise de Bob, l'appareil atterrit à peu près normalement, mais avec des freins déficients, il lui faut toute la piste pour s'arrêter. L'évacuation commence dès que l'avion est arrêté. Les blessés sont tout de suite pris en charge par les services d'urgence. Un agent du FBI qui s'attendait à un attentat, semble dépité quand l'équipage lui confirme qu'il s'agissait d'une décompression, sans explosion préalable. Les responsables de l'aéroport sont soulagés car ils s'attendaient à ce que l'avion prenne feu à l'atterrissage !


"Panique en plein ciel" (à ne pas confondre avec l'autre téléfilm ayant le même titre français, "Mayday at 40.000"-1976) est un bon film catastrophe qui nous raconte une histoire vraie, sans outrances, ce qui est rare pour ce genre de film. Les effet spéciaux sont d'un bon niveau et la cabine dévastée par un vent relatif de près de 600 km/h, est bien reconstituée. On imagine l'horreur qu'ont dû affronter les passagers. …Cela confirme une fois de plus que la réalité dépasse souvent la fiction.

Malgré une grande exactitude dans la réalisation technique, le puriste remarquera quelques petits détails incorrects, dus aux conditions du tournage. L'aéroport d'Hilo est en réalité celui de Kahului. L'avion est autorisé à atterrir, puis à redécoller, de la "piste 8", alors qu'on le voit atterrir sur la piste 2 de Kahului. …Dans le véritable avion, il y avait trois personnes dans le cockpit; un contrôleur aérien de la FAA, omis dans le film, occupait le strapontin derrière les pilotes. Il est vrai cependant que le moteur gauche, après avoir avalé des débris, cessa de fonctionner lors de l'approche, mais il n'y eut pas de fuite du circuit hydraulique. Volets et freins fonctionnèrent correctement, de même que l'inverseur de poussée du moteur droit.

Le nom de la vraie compagnie "Aloha Airlines" n'est jamais mentionné dans le film. Cependant, à la fin on nous indique que Mimi Tompkins deviendra effectivement commandant de bord et continuera à voler "pour la compagnie décrite dans le film"….

Le rapport d'accident du NTSB conclut que les services d'entretien d'Aloha Airlines n'avaient pas détecté la présence de traces de fatigue sur le revêtement de cet appareil ancien, employé sur de courtes distances (donc avec un nombre élevé de cycles pressurisations-dépressurisations), dans un environnement marin très corrosif. Le rapport mentionne également qu'une passagère, lors de l'embarquement, avait remarqué une fissure sur la peau de l'appareil, près de la porte d'entrée (avant gauche), mais qu'elle ne l'avait pas signalée au personnel de cabine….



Les avions du film :

Le véritable avion était un Boeing 737-297 de la compagnie Aloha Airlines, baptisé "King Kalaniopuu" (c/n 20209/152, N73711). Il avait fait son premier vol en mars 1969 et totalisait au moment de l'accident 35.496 heures de vol (soit 89.680 cycles décollages-atterrissages…).

L'avion du film est un appareil identique, un Boeing 737-297 (c/n 21739/561, N70723) acquis par Aloha Airlines en mars 1979, le "Queen Liliuokalani", repeint aux couleurs de la compagnie fictive "Paradise Airlines". Entre 1983 et 1988, il fut loué à la Pan Am et baptisé "Clipper Liftikus", puis "Clipper Dawn". Après être retourné chez Aloha, l'avion fut vendu à la compagnie canadienne Westjet Airlines (C-GCWJ) en mai 1998. Retiré du service en septembre 2003 et stocké à Opa Locka en Floride, il y fut ferraillé par la société NewJet Engine Services, en octobre 2003.

Quand la cabine explose, l'avion est représenté en vol et à l'atterrissage par une maquette. Le cockpit fut reconstitué en studio; il est assez proche du vrai avec quelques simplifications (on a oublié que les vitres latérales s'ouvraient, en glissant vers l'arrière…). Le tableau de bord n'est pas tout à fait exact, surtout quand on nous montre les trois voyants du train, placés les uns sous les autres et qui ne sont absolument pas conformes. Il n'y a pas trois voyants qui changent de couleur, selon la position du train, mais six (deux par train), vert et rouge, disposés en triangle. En vol, normalement la commande du train est sur "off" et les voyants sont éteints. Quand Mimi actionne la commande manuelle de descente du train avant, elle ne suit pas la procédure, en laissant le levier du train sur "down". La procédure normale est : 1-levier sur "off", 2-tirer la commande d'extension manuelle, 3- attendre 15 secondes avant de mettre le levier sur "down". Sur le 737-200, les pilotes disposent à l'arrière du cockpit, d'un petit hublot, dans le plancher, leur permettant de constater visuellement la position du train. Mais sur le vol 243, un contrôleur occupait le strapontin qui, déployé, occultait ce hublot...

Quand Bob se rappelle de son temps passé dans l'USAF, à Vance AFB (Oklahoma), en 1972, on le voit avec un élève dans un Northrop T-38 Talon. Au sol, ils passent devant un McDonnell F-4 Phantom, un Lockheed T-33 et des McDonnell Douglas F-15A Eagle, dont le "AF 74-0108" (c/n 0082/A069) qui finit ses jours, en 2005, sur la base US de Kadena, au Japon.

Mimi se souvient de son premier atterrissage par vent de travers (une expérience dont les débutants se souviennent toujours…), à bord d'un petit Cessna 150M Aerobat (c/n A1500637, N9828J). Cet avion était déjà apparu dans "Aigle de fer" (1986), et on le reverra dans "Black Thunder" (1998) et "Espion en danger" (1999).

Sur l'aéroport d'Honolulu, on observe plusieurs liners sur la tarmac, dont un McDonnell Douglas DC-8-71 d' United Airlines et un Douglas DC–10-40 de Northwest Orient Airlines.

A Kahului, le vol 243 atterrit sur la piste 2, alors qu'un De Havilland Canada DHC-7 'Dash 7 est au point d'arrêt. Puis, il passe devant un DC-10 d'United Airlines. Plus tard, à Kahului, l'agent du FBI se rend sur la piste en passant devant un McDonnell Douglas DC-9-51 d'Hawaiian Airlines et un 737 d'Aloha Airlines.


Christian Santoir

*Film rare

MIRACLELANDING2.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 27/09/2006 : 22:24
Dernière modification : 22/02/2012 : 23:32
Catégorie : Fiches de film - TVFilms
Page lue 6675 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Réaction n°3 

par Jayjay le 27/01/2011 : 09:53

thanks

Réaction n°3 

par christian le 28/09/2008 : 20:01

Comme la plupart des téléfilms, ce titre a été peu diffusé et il est difficile à trouver. Il ne vous reste plus qu'à le surveiller sur Ebay...

Réaction n°2 

par beaucha le 15/09/2008 : 08:40

Bonjour. Cet article est-il trouvable en DVD, SVP? Merci et salutations.