En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2019

Dash through the clouds (A)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

A DASH THROUGH THE CLOUDS




Année : 1912
Pays : USA
Durée : 12 min.
Genre : comédie
Noir et blanc

Réalisateur : Mack SENNETT
Scénario : Dell HENDERSON

Acteurs principaux : Fred MACE (Chubby), Mabel NORMAND (Josephine), Philip PARMALEE (L’aviateur), Kate BRUCE (une citadine), Sylvia ASHTON (une citadine), Jack PICKFORD (un citadin).

Distribution : Biograph Company

Avions :
-Wright modèle B


Notre avis :

L’aviation est née à peu près en même temps que le cinéma. Les premières apparitions de l’avion dans des comédies, des séries et des courts métrages qui constituaient l’essentiel de la production cinématographique aux États-Unis, au début du XX° siècle, furent filmées à Dominguez Field en Californie, connu auparavant sous le nom d’Aviation Park. C’est ainsi que Biograph tourna ce film en 1912, dans lequel Mabel NORMAND, la grande star du burlesque, vole dans un Wright dont le pilote travaillait pour les frères Wright. Mack SENNETT, le «roi de la comédie» utilisa l’avion dans plusieurs films  dont : «The sky pirate», «Dizzy heights and Daring hearts » et «Saved by wireless ».

Le scénario souligne le prestige de l’homme volant. Chubby aime Joséphine mais celle ci préfère être avec Slim, l’aviateur. Chubby est représentant de chewing gum aux fruits, et se rend dans le quartier mexicain pour distribuer des échantillons. Il y rencontre la plantureuse Carmelita qu’il s’empresse de courtiser, ce qui provoque la colère des membres de sa famille, des gens violents qui le poursuivent pour lui faire un mauvais sort. Heureusement, il a pu avertir Joséphine qui accourt en avion, avec Slim qui pilote d’une main et fait feu de l’autre avec son revolver; mais elle repart avec le bel aviateur.

Notons le surnom du pilote : « Slim » (le mince) ;  ce sera celui de Charles Lindbergh qui avait dix ans à l’époque du film. Ce court métrage constitue un témoin émouvant du passé. Que de progrès parcouru en moins de cent ans. Encore plus que le cheval, l’air est la plus noble conquête de l’homme !


Les avions du film :

Au début du film, la première scène aérienne s’intitule : « Démonstration de la perfection technique de l’avion moderne … Une machine qui n’a rien à voir avec l’invention originale de Wilbur et Orville Wright ». Non, on ne parle pas du Concorde, ou de l’A380, car nous sommes en 1912. Il s’agit en fait du Wright modèle B qui était un Wright Flyer amélioré avec une gouverne de profondeur passée de l’avant à l’arrière, et un train d’atterrissage à roues au lieu de patins, ce qui lui évitait d’être lancé sur un rail à l’aide d’un contrepoids, lors du décollage. Mais il comportait le même système de gauchissement des ailes, les deux leviers de commandes et les deux hélices entraînées par chaînes, situées derrière les ailes. Deux modèles B furent utilisés par l’Armée comme avions d’entraînement avec l’instructeur et l’élève partageant des commandes qui n’étaient pas toutes dupliquées.

 

Christian Santoir





 



 

Mots-clés associés

Date de création : 16/01/2007 : 21:36
Dernière modification : 29/07/2010 : 12:21
Catégorie : - Films
Page lue 3987 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !