Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

Le B-17 FLYING FORTRESS
Conçu par Boeing, glorifié par Hollywood

 

Nationalité : Etats-Unis
Mission : Bombardement stratégique
Constructeur : Boeing Aircraft Co. Seattle (WA)
Premier vol : 28 juillet 1935
Retiré du service :1969 FAB (Brésil)
Production : 1937-avril 1945
Nombre construit : 12.726

Fig.1 com.jpg

Il est inutile de présenter la "Forteresse volante", le bombardier stratégique B-17 de Boeing, qui est devenu un vrai symbole, un mythe, au sens propre comme au figuré. Sa renommée est restée inchangée pendant plus d'un demi-siècle. Sa perception populaire doit être d'abord recherchée dans son apparence : un quadrimoteur aux formes harmonieuses, hérissé de mitrailleuses et de tourelles, ce qui était nouveau avant-guerre. Puis, après la guerre, les anciens pilotes, les journalistes, les cinéastes, les historiens et les romanciers, ont vanté ses qualités (en oubliant ses défauts…), ont célébré ses escadrilles, ses équipages, ont relaté ses faits d'armes, réels ou imaginaires, dans des centaines de livres, de magazines, mais aussi dans des dizaines de films de fiction.

Rappelons que le B-17 est issu des années de la grande Dépression, qui ont suivi le crac boursier de 1929. Paradoxalement, ce fut l'Age d'or, à la fois d'Hollywood et de l'aviation. Au milieu des très sombres années 30, l'industrie de la Californie du sud représentait, aux USA, un espoir et un moyen de pallier à la crise. Une génération suivait avec attention une vraie révolution qui s'opérait dans le ciel. Chaque jour, on battait de nouveaux records; des pilotes comme Lindbergh, Doolittle, repoussaient les limites, en volant toujours plus loin, plus haut, plus vite. Leurs exploits reposaient aussi sur des équipes de jeunes ingénieurs, inconnus du public, qui, sans contraintes, innovaient sans cesse. C'était l'époque où les inventions de l'homme ne faisaient pas peur, mais au contraire, lui offraient des réelles perspectives pour des jours meilleurs. Le B-17 était alors le bombardier le plus grand et le plus perfectionné du monde. Il rassemblait, à lui seul, tous les acquis de cet Age d'or et il était normal que le cinéma s'y intéressât.

La dénomination officielle du B-17 était "Fortress" pour désigner un avion à caractère défensif, susceptible de parer une invasion venue de la mer. Le nom "Flying Fortress" fut inventé plus tard par la presse, puis devint le nom officieux du B-17 sur les documents de l'Air Corps. Au départ, il y avait le modèle 299 ou X-13372, qui vola le 28 juillet 1935, pour s'écraser le 30 octobre suivant, au décollage. Néanmoins, ses performances exceptionnelles surpassant toutes les exigences du cahier des charges, impressionnèrent les militaires. Il reçut alors le nom de "XB-17". Mais certains se posaient la question de l'utilité d'un tel appareil; une attaque contre une flotte ennemie, n'était-elle pas plutôt du ressort de la Marine ? On verra resurgir ce vieux débat, régulièrement, par la suite, notamment dans les années 50, quand l'USAF prétendra disposer, à elle seule, de l'arme nucléaire…

Le B-17 va évoluer au cours des années, au fil de son expérience dans les combats du Pacifique, puis en Europe. Il connaitra donc huit versions, plus ou moins différentes, entre le Y1B-17 et le B-17H, qui toutes apparaîtront dans les films.

Le Y1B-17

Fig.1.jpg

Il se distingue, par rapport aux prototypes, par un équipage allégé, avec deux hommes en moins et l'installation de moteurs Wright Cyclone de 1000 chevaux. Il vole le 30 septembre 1936. En février 1938, les journaux répandent dans le pays, mais aussi à l'étranger, la nouvelle de l'exploit de six Y1B-17 qui ont fait l'aller et retour entre Langley et Lima au Pérou, via Miami et Buenos-Aires. L'année suivante, nouveau record vers Rio de Janeiro, toujours sans aucun incident. Mais Hollywood n'a pas attendu que le B-17 fasse ses preuves, pour le mettre à l'écran. Dès la fin de 1937, commence le tournage de "Test pilot" par les studios de la MGM. La distribution est prestigieuse avec des grandes stars, comme Clark Gable, Myrna Loy et Spencer Tracy. Certes, il faut attendre 1 heure et 36 minutes pour voir le premier Y1B-17 ! L'US air Corps, comme l'US Navy, étaient depuis le début des années 30 de fidèles collaborateurs d'Hollywood. Ici,  l'US Air Corps envoya à March Field, tous les appareils dont il disposait alors, soit treize en tout. On voit ainsi les avions du 2nd Bombardment Group basés à Langley, dont les "battle numbers" : 51 (appareil du commandant du 20th squadron) 52, 62, 63, 80 (49th squadron), 81. L'avion est filmé au sol, mais aussi en plein vol. Ses magnifiques images montrent la puissance de cet appareil dont le revêtement métallique étincelle sous les feux des projecteurs ou du soleil. On comprend que sa silhouette fît rêver. A la même époque, en France, le seul bombardier quadrimoteur de l'Armée de l'Air, le Farman 220, avec sa silhouette taillée à coups de serpe et sa voilure haute, fortement haubanée, n'avait vraiment rien pour inspirer l'amour, ses performances non plus, d'ailleurs…Ce film montre également, incidemment, que les USA se préparaient déjà à la guerre, malgré leur neutralité. Cinq ans plus tard, Clark Gable sera de retour dans un B-17, au-dessus de la France et de l'Allemagne, mais cette fois comme mitrailleur du 351st Bomb Group.

Le Y1B-17 apparaîtra encore sur des bouts de documentaires, tout à la fin de films comme  "Mystery plane" en 1939 ou "Deux nigauds aviateurs" en 1941. Il fait même une dernière courte apparition dans le film "Bombardier" en 1943. Mais à cette époque, d'autres versions du B-17 sont déjà en service et le Y1B-17 est transféré vers des unités d'entraînement ou vers des unités de reconnaissance côtières.

Le B-17B


B17B.jpg

Le 27 juin 1939, est sorti le B-17B (model 299M). Il a des moteurs plus puissants, de 1200 chevaux, turbocompressés. La tourelle de nez a été enlevée et remplacée par le poste du bombardier qui dispose du viseur top secret "Norden". Un astrodôme est installé derrière le poste de pilotage, il est surtout utilisé par le commandant de bord. La surface du gouvernail de direction est légèrement augmentée, les ailerons ne sont plus entoilés, mais entièrement métalliques.

En mars 1941, la Paramount sort "I wanted wings", dont le scenario est centré sur le programme d'entraînement des pilotes de l'US Army Air Corps. Mais le grand moment du film est quand le B-17B entre sur scène, dans la seconde partie du film. Les appareils vus à l'écran, appartenaient au 30th et 32nd Bomber Squadron (19th Bomb Group), basés alors à March Field (CA). Mais, l'Europe est déjà en pleine guerre, et les USA vont bientôt entrer, malgré eux, dans le conflit. L'entraînement des équipages bat son plein et il n'y a pas d'avions disponibles pour filmer les scènes aériennes, qui sont réalisées avec des maquettes et des extraits de "Test pilot" (1938), montrant des Y1B-17…Certaines Forteresses, que l'on voit, au sol, seront envoyées, moins d'un an plus tard, aux Philippines, via Hawaï, le 6 décembre 1941; une date mal choisie... C'est de cette mission que s'inspireront les scénaristes d'"Air Force" qui sera tourné en 1943, avec de vraies Forteresses. "I wanted wings" sera le dernier film de l'avant guerre à montrer de façon significative le B-17.

Le B-17C/D

Fig.3.jpg

Le B-17C (model 299H) comporte des améliorations par rapport au modèle précédent, avec des réservoirs auto obturants, un blindage des parties vitales, des sabords plats (modification qui sera retrofitée sur certains B-17B), des mitrailleuses de 12.7 mm au lieu de 7.7, plus des modifications mineures concernant les freins, les circuits du carburant et d'oxygène. Le B-17D n'était guère différent, si ce n'est quelques modifications intérieures effectuées sur le conseil de la RAF, et un astrodôme placé au centre, et non plus sur le côté droit. En 1941, tous les B-17C seront mis aux standards "D".

Dés 1941, la chaîne de production du B-17C apparaît rapidement dans la série "Sky raiders" d'Universal, mais c'est une coproduction anglo-américaine de la Warner, qui met en scène ce type de B-17, en 1942, dans "Flying Fortress". Il s'agit des  bombardiers commandés par la RAF qui furent mis en service en Angleterre, sous le nom de "Fortress Mk.I", avec le Squadron 90. Ces avions étaient destinés à faire du bombardement stratégique de jour, au-dessus de l'Allemagne. Le tournage eut lieu avec les vrais avions, prêtés par la RAF à un moment où ils n'étaient plus en service. Ils avaient déjà subi le baptême du feu, l'année précédente, avec des résultats très mitigés. Le film reproduit une des leurs missions, vaguement inspirée des faits réels, qui sont ici très enjolivés. Les Anglais ne furent guère impressionnés par la "Forteresse" américaine et la retirèrent des opérations, car elle avait montré de nombreux défauts, notamment en ce qui concernait le blindage et le système d'armement, nettement insuffisant dans le secteur arrière, où se produisaient la plupart des attaques. Quant à son altitude de vol de 32000 pieds, elle ne la protégeait pas de la chasse allemande. Ceci n'apparait absolument pas dans le film qui met surtout l'accent sur les rapports entre Yankees et British, le comportement de l'équipage et les exploits individuels, une façon de ne pas trop parler de l'avion…

La même année, l'intervention des Fortress de la RAF inspira un autre film de la Warner, "Sabotage à Berlin", avec Errol Flynn. Mais là, aucun avion véritable, mais une maquette de fuselage grandeur réelle, utilisée dans "I wanted wings" et loué à la Paramount. En outre, cette maquette est celle d'un B-17B…En 1943, Howard Hawks met en scène de vraies Forteresses dans "Air Force", qui est un grand classique du film d'aviation. Il avait été contacté en mars 1942, par le général "Hap" Arnold, un de ses vieux amis, du temps où il était pilote dans l'armée. Arnold lui demanda de réaliser un bon film de guerre, susceptible de susciter des vocations, l'USAAF fournissant les avions, le personnel, ainsi que les installations, malgré les restrictions dues à l'état de guerre. La Warner loua également la maquette du fuselage du B-17B de "I wanted wings", décidémment très demandée pour les prises de vues en studio.

Le scenario s'inspire de faits réels survenus lors de l'attaque japonaise de décembre 1941 et notamment des rapports de mission du 19th Bombardment Group. On suit ainsi l'équipage du B-17C n° 10 "Mary Ann", qui décolle avec d'autres B-17 d'Hamilton Field, à San Francisco, le soir du 6 décembre 1941, pour arriver à Pearl Harbour en pleine attaque japonaise. Malgré quelques excès cinématographiques obligés, les faits sont bien reproduits, sinon exacts. Aucune Forteresse qui arriva à Oahu, ne parvint aux Philippines. Le bilan de l'engagement des B-17 dans la bataille de la mer de Corail a été fortement embelli. L'USAAF prêta une dizaine de bombardiers pour le film et ce, en pleine guerre, même si les modèles prêtés (model C, D, et B, mis aux standards C) provenaient d'unités d'entraînement…Le B-17C "Mary Ann" d'"Air Force" apparaitra encore, furtivement, dans "God is my copilot" en 1945, et aussi dans  "Horizon en flammes" en 1949.

Enfin, il faut citer le film japonais "Tsubasa no gaika", tourné en 1942, où on a la surprise de voir un B-17D, capturé aux Philippines et ramené au Japon pour expertise. Il joue son propre rôle, attaqué en plein vol par une nuée de (vrais) chasseurs, un genre de scène aérienne que l'on ne voit dans aucun film hollywoodien... Une sorte d'hommage involontaire des Japonais pour un type d'avion qu'ils n'arrivèrent pas à produire pendant la guerre.

Les premiers B-17, avec leur dérive caractéristique, genre "aileron de requin", ne réapparaitront plus dans les productions ultérieures et laisseront la place à d'autres modèles, équipés d'un poste de tir dans la queue, d'où leur surnom de "Big ass bird"…

Le B-17 E /F

Fig4mod.jpg

La guerre en Europe et ses enseignements, l'expérience acquise lors des premiers engagements des B-17 anglais, avaient démontré la faiblesse de ce bombardiers face aux chasseurs. Tout l'arrière de l'avion fut revu et corrigé. La principale modification consista à installer un poste de tir, tout à l'arrière ce qui entraîna la modification du fuselage, derrière le poste du radio. Il fut rallongé d'un 1.80 m. La dérive fut remplacée par une autre, très inspirée de celle du Boeing 307, afin d'assurer une meilleure stabilité de vol dans l'air raréfiée des hautes altitudes. La baignoire ventrale fut supprimée et remplacée par une tourelle télécommandée.

Le B-17F (Model 299P) qui vole le 30 mai 1942, se distingue fort peu du B-17E, à part une pointe avant vitrée, sans montant, et équipée de deux mitrailleuses, pour contrer les attaques venant de l'avant. La tourelle inférieure est remplacée par une tourelle sphérique dans laquelle prend place un mitrailleur (de petite taille) et qui équipait déjà les derniers B-17E livrés (à partir du 113ème exemplaire construit).

Fig.5.jpg

Les moteurs sont plus puissants. Plus de 400 modifications sont apportées dans l'intérieur de l'avion (système d'oxygène, renforcement du train, nouveaux réservoirs, contrôle du vol par le bombardier lors du bombing run…). Enfin, vingt B-17F, construits par Vega à Burbank, furent transformés en YB-40, un avion super armé, avec une deuxième tourelle supérieure, entre autres, pour servir d'escorteur. Ce modèle n'eut guère de succès, le YB-40 s'avérant trop lourdement chargé et ayant du mal à suivre les bombardiers qu'il était chargé de protéger !

C'est dans le documentaire de John Ford sur "La bataille de Midway" que le B-17E fait sa première apparition à l'écran, en 1942. On voit ainsi le décollage des Boeing B-17E du 431st Bomb Squadron (92nd B.W.). Ces vingt deux appareils, venus de Pearl Harbour, les 30 et 31 mai partirent à l'attaque de la flotte japonaise, dès le 3 juin, mais sans grand succès.

Ce n'est qu'en 1943, dans "Bombardier", qu'on revoit des B-17E du 19th BG, mais sur des stock footages, il y a même un extrait de "Test pilot" avec des Y1B-17... L'avion du film est en réalité le "Bolo", le Douglas B-18, qui n'a rien d'un foudre de guerre. Ce film met en avant un homme clé de l'équipage, le bombardier, mais c'est aussi une page de publicité pour le viseur Norden dont on vante les mérites supposés. C'est lui qui équipait les B-17 et qui fut responsable de graves dommages "collatéraux". C'est un film très optimiste, car on y voit, vers la fin, des B-17 (en maquettes) bombarder Tokyo, comme les B-25 de Doolittle an avril 1942. Rappelons qu'aucun B-17 ne bombardera le sol japonais, ayant les jambes trop courtes. Dans le Pacifique, le B-17 sera d'ailleurs remplacé par le B-24 Liberator, puis par le B-29. La même année, l'histoire de "Hers to hold" se passe en grande partie dans l'usine Lockheed Vega de Burbank, à Los Angeles, qui fabrique des B-17F.

En 1944 et 1945, le B-17F, qui sera le modèle le plus produit, fait des apparitions régulières sur le grand écran. On le voit notamment dans deux documentaires "Target for today" (1944), inspiré du documentaire anglais "Target for tonight", paru en 1941, mais surtout dans "Memphis Belle" (1944) de William Wyler, tourné en technicolor, lors de missions au-dessus de l'Allemagne. Ce B-17F (s/n 41-24485) du 324th Bomb Squadron (91st Bomb group), avait terminé, en juin 1943, ses vingt cinq  missions et était rentré au pays pour une tournée triomphale, avec son équipage. Ce documentaire en forme de reportage est naturellement une œuvre de propagande et les faits ont été un peu arrangés, néanmoins les photos restent magnifiques. Dans les autres films, le B-17F n'est plus au centre de l'histoire et apparait incidemment, çà et là; il en est ainsi de "Ladies courageous" (1944), de "You came long" (1945), et de "Passage to Marseille" (1944) qui nous montre un squadron français équipé de B-17F, alors que les Français ne furent équipés que de quadrimoteurs anglais (Handley-Page Halifax). Dans le film vaguement biographique, "Captain Eddie" (1945), sur l'as américain de la Grande Guerre, Eddie Rickenbaker, le B-17D dans lequel il dut amerrir en plein Pacifique est remplacée par une maquette en bois, grandeur réelle plus ou moins fidèle, d'un B-17F.

Le fin des hostilités ne marqua pas un point d'arrêt à la carrière cinématographique du B-17F, bien au contraire, et on le retrouve dans au moins une quinzaine de films. Dans "Les plus belles années de notre vie" (1946), Dan Andrews visite le vaste dépôt de Cal-Aero Field à Chino (CA), où sont parqués des milliers de B-17 promis à la ferraille. Parmi de nombreux B-17F, on remarque deux YB-40. Fort peu de Forteresses seront sauvegardées, même si Paul Mantz en racheta plus de 80 (principalement des B-17F) au War Asset Corporation, en février 1946.

En 1948, dans "Tragique decision" de la MGM, un B-17F (s/n 42-3360, N67974) de Paul Mantz apparait aux côtés d'un B-17G, mais la production utilisa beaucoup de documentaires, ainsi que des extraits de "Target for today". Les films qui suivent eurent également recours à des extraits de documentaires ou du "Memphis Belle" de Wyler, comme, "Le planqué malgré lui" (1950), "Opération secret"  (1952), "Le grand secret"  (1953), "Le tigre du ciel" (1955), "The Hell with heroes" (1966), seul le film, "Pilote du diable", emploie un vrai B-17F (le N67974 de Mantz), filmé au sol, cet avion n'étant plus en état de vol.

B-17F s/n 42-3360

Date

Propriétaires

Observations

1943

USAAF

Construit à l'usine Douglas de Long Beach (CA) c/n 8296.

Juillet 1943

Accidenté au roulage, à Orlando (FL)

1944

Stocké à Searcy Field, Stillwater (OK)

Février 1946

Paul Mantz Air Services, Glendale (CA)

Achat avec 78 autres B-17…

1946-1950

Participation au tournage de "Les plus belles années de notre vie" en 1946, "Tragique decision" en 1948, "Pilote du diable" en 1950.

17/3/1950

Immatriculé N67974

08/05/1950

California Atlantic Airways de St  Petersburg (FL)

1951

Lloyd Aéreo Boliviano, Bolivie

Immatriculé CB-70, puis CP-570

21/09/1955

S'écrase à La Paz/El Alto

Il faut attendre 1969 pour revoir un B-17F (s/n 42-29782, N17W) dans "Thousand plane raid". On voit le même dans "Tora ! Tora ! Tora !", l'année suivante, et une dernière fois, dans le "Memphis Belle" de Spielberg (1990).

B-17F s/n 42-29782

Fig.6.jpg

Date

Propriétaires

Observations

1943

Construction à l'usine Boeing de Seattle, c/n 4896

USAAF

Converti en RB-17F et utilisé comme avion d'entrainement

Nov. 1945

Déclaré surplus

1946

Exposé à Stuttgart (AR) comme mémorial de guerre

1953

Gerald C. Francis, Stuttgart

Utilisé comme avion citerne et immatriculé N6015V.

Avril 1953

Max & John Biegert, Lincoln (NE)

Mars 1954-1955

Loué à Central Aircraft Corp. de Yakima (WA). Restauré et modifié avec une porte cargo.

1960-1961

Loué à Abe Sellard de Stafford (AZ) Immatriculé N17W. Converti en bombardier à eau n° E84.

Oct. 1961-1963

Abe Aerial Service de Stafford (AZ)

Avril 1963-1981

Aircraft Specialities Inc. de Mesa (AZ).

Tanker  C84, C44, 44, puis 04.
Tournage de "1000 Plane Raid", en 1968.
de "Tora ! Tora ! Tora !", en Jan. 1969.

Févr. 1981-1985

Globe Air Inc., Mesa (AZ)

Tanker n° 4

Juin 1985-1990

Bob Richardson/Portage Bay, Inc., Seattle, (WA)

20 Juin 1989

Arrivé au Museum of Flight, Boeing Field, Seattle (WA)

27 Juin 1989

Vol vers Duxford (UK)

Tournage du film "Memphis Belle"

Sept. 1990-2013

Boeing Field, Seattle (WA).
 

1991-1998

Restauré entièrement par Boeing

9 mai 1998

Premier vol

1998-déc. 2003

Vol avec le nom de "Boeing Bee"

2003-2013

Exposé à l'extérieur du Museum of Flight, à Seattle (WA).

Le B-17G

Ce modèle est le plus produit avec 8680 exemplaires, beaucoup plus que le B-17F (3405 seulement). Cette version définitive du B-17 incorporait les améliorations des modèles antérieurs, avec une augmentation du nombre de mitrailleuses (13), une nouvelle tourelle supérieure plus haute, une tourelle de "menton" Bendix télécommandée, des sabords de fuselage décalés, un nouveau poste pour le mitrailleur arrière, type "Cheyenne" (mais les tout premiers B-17G n'en furent pas équipés).

Fig.7.jpg

Après la guerre, la carrière du B-17G ne s'arrêta pas, les derniers étant retirés du service par l'USAF au début des années 60 seulement. Plusieurs furent transformés pour divers usages. Dés avant la fin des hostilités, vingt cinq B-17 avaient été aménagés pour le transport de troupes (64 hommes) et dénommés CB-17G. Huit autres, avec un fuselage plus confortable muni de hublots, furent destinés au transport de VIP et désignés VB-17G. Dix B-17G furent convertis en avions de reconnaissance à long rayon d'action, et redésignés RB-17G en 1948. Dix sept furent utilisés par les Garde-Côtes qui, pendant la guerre, faisaient partie de l'US Navy, et effectuèrent des missions de secours en mer. Désignés P-B1G, leurs missions étaient similaires aux B-17H de l'USAAF qui étaient munis d'un bateau largable sous le fuselage. Mais seuls, une douzaine reçut cette nouvelle appellation "B-17H" qui devint, après la guerre, SB-17G. Ils se caractérisaient, en plus d'un bateau largable fixé sous le fuselage, par un radôme installé à la place de la tourelle de nez. D'autres B-17G furent transférés à l'US Navy qui les désigna PB-1W, pour la lutte anti sous-marine. L'armement défensif fut déposé et l'avion muni d'un large radôme sous le fuselage. Des B-17G survivants de la guerre, furent convertis en avion directeur de drones désignés DB-17P et d'autres en cibles téléguidées (QB-17). Quelques B-17F furent utilisés comme bancs volant pour tester de nouveaux moteurs, notamment des turbo propulseurs, et redésignés EB-17G. Enfin, beaucoup de B-17G rachetés par des sociétés privées, furent convertis en avions citernes, au début des années 60, pour combattre les feux de forêts.

Tous ces différents types spéciaux qui apparurent surtout après la guerre, se retrouvèrent naturellement dans les films, en nombre relativement important, par rapport aux B-17F et G, survivants du conflit, beaucoup plus rares à avoir échappé aux chalumeaux des ferrailleurs. De cette version la plus récente et produite en grand nombre, il n'en restait qu'une cinquantaine de préservés, dans des états divers, au début des années 2000.

Le B-17G apparaitra dans au moins quatre films pendant la guerre et dix huit films, après. Sa première apparition est dans "Ladies courageous" (1944). Loretta Young a une explication avec une de ses pilotes, devant un B-17G portant un serial camouflé ("3-83"). On en voit d'autres, plus tard, arborant des noms de guerre empruntés à d'autres appareils. Ce film, tourné presque entièrement sur la base de l'USAAF de Long Beach (CA), devait être le seul film officiel de l'histoire des WASP (Women Air Service Pilots). En fait, les scénaristes d'Hollywood, firent ressembler ces femmes courageuses, qui ne cherchaient qu'à aider leur pays en guerre, à des héroïnes de soap-opera, avec leurs maquillages et coiffures impeccables, plus préoccupées par leurs problèmes personnels que par leur job.

La même année, le documentaire "Target for today" fait apparaitre plusieurs B-17G de la 8th Air Force en Angleterre, aux cotés de très nombreux B-17F. Mais cette fois-ci, il s'agit des vrais avions, dans "leur jus", avec leurs vrais surnoms. Dans une "Romance américaine" (oct. 1944), sorti vers la fin de la même année, les B-17G ne font qu'une brève apparition tout à la fin du film. Ils sont flambants neufs, leur fuselage étincelant sous le soleil de la Californie, à la sortie des chaines de l'usine Douglas de Long-Beach, une parfaite illustration de la puissance industrielle américaine.

"Le chemin des étoiles "(1945), sorti vers la fin de la guerre, est le seul film dont le scenario est centré sur une unité américaine (le 384th BG) combattant en Grande Bretagne. Mais on n'utilisa qu'un seul B-17G, au sol et pour effectuer un passage bas, portes de soutes ouvertes;  les autres B-17 sont extraits de documentaires.

Les "Géants du ciel" (1948) s'ouvre sur un P-47 qui s'abrite, en plein vol, sous l'aile d'un B-17G . Cette scène, filmée vraisemblablement au dessus de la vallée de Santa Clara (à l'ouest de Van Nuys), montre un B-17G, avec le moteur n° 1 stoppé, sans aucune marque particulière à part son vrai serial "483842", inscrit sur la dérive. Cet avion provenait des stocks d'appareils flambant neufs parqués après la guerre, sur la base d'Altus (OK), comme le B-17F vétéran, "Memphis Belle". Ce B-17G apparait, toujours sans sa tourelle de menton, au sol, dans "Command decision", sorti la même année, avec le nom de "Impatient Virgin III" et le faux serial "38362". Mais ce film fait aussi appel à de nombreux extraits de documentaires.

B-17G  s/n 44-83842

Fig.8.jpg

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Douglas à Long Beach (CA). C/n 32483.

Mai 1947

Bob Sturges (dir. de Columbia Airmotive) de Troutdale (OR)

Immatriculé NL1212N

Fév. 1948

Charles Babb de Glendale, Los Angeles

Tournage de "Géants du ciel" et "Command decision", un mois plus tard.

Juin/Juil. 1948

Al Schwimmer, fournisseur d'avions pour Israël.

Expédié aux Açores avec la fausse immatriculation "NL7712M". Atterrissage à Halifax (Canada) à cause de problèmes moteur. Avion saisi et supposé retourner aux USA.

17 juil. 1948

Départ pour les Açores. Avion saisi par les autorités portugaises.

Sept. 1948-1954

Force aérienne de la République Dominicaine (code FAD 2301).

Sort ultérieur inconnu.

"Un homme de fer" (1949) qui n'est pas un vrai film de guerre, mais, néanmoins, un grand classique, fut tourné avec la coopération de l'USAAF qui fournit plusieurs B-17, sortis des stocks des bases d'Eglin (FL) et de Brookley (AL). Certains avaient servi d'avions radiocommandés lors des essais nucléaires sur l'atoll de Bikini. Le seul identifiable est le DB-17G "s/n 44-83592", piloté par Paul Mantz, pour reproduire la célèbre scène de l'atterrissage sur le ventre. Son sort ultérieur est inconnu et il a disparu de la circulation…

"Top of the world" (1955) montre, en vol, quatre SB-17G de l'USAF Air Research Squadron, survolant des solitudes enneigées de l'Alaska. Deux peuvent être identifiés et portent les serials "44-83595" et "44-83706". Ces images sont issues de films de l'USAF, tournés au début des années 50, voire juste après la guerre. Ainsi, le "44-83706" du 1385th AAF Base Unit se crasha à l'atterrissage, à Blue West 1, au Groenland, en avril 1946. Le "44-83595" se crasha, lui, à Elmendorf (Anchorage) en Alaska, en mai 1952...

Le film "Escale à Tokyo" (1958) commence avec l'atterrissage sur l'aéroport de Burbank, d'un VB-17G (s/n 43-39356), dont les moteurs 1 et 2 ont été arrêtés. Il s'agissait d'un bombardier converti en transport de personnalités, emprunté à l'USAF. Lors d'une longue scène filmée sur le terrain de Litchfield Park (AZ), on aperçoit stockés, en arrière plan, de nombreux PB-1W, des B-17 de l'US Navy.

Trois ans plus tard, sortait "L'homme qui aimait la guerre" (1961), un film peu connu, mais où le B-17 tient un rôle principal. La production acquit trois B-17G et le fuselage d'un quatrième, trouvé en Israël, pour servir aux prises de vues en studio (s/n 44-83811). Cette cellule fut ferraillée en 1962, peu après le tournage. Un B-17G fut trouvé en Arizona, à Ryan Field. Ce VB-17G civil (s/n 44-83563, N9563Z) appartenait à une société spécialisée dans le rachat d'avions militaires réformés et stockés à Davis-Monthan (AZ). Cette société vendit également deux autres B-17G qu'elle détenait dans ses stocks; c'étaient deux PB-1W de l'US Navy (s/n 44-83883, N5229V et s/n 44-83877, N5232V). Remis en état de vol, ils furent transférés en Angleterre, à Bovingdon, pour le tournage. Ces trois avions reçurent chacun plusieurs nose arts, ainsi que des faux serials différents pour figurer le plus grand nombre d'avions possible. Une des scènes aériennes marquante est celle où le B-17G "The body", piloté par John Crewdson, fait un passage à très basse altitude, au dessus de la piste. Le film bénéficia d'une bonne réalisation et les scènes de briefing avant les missions sont très réalistes. Les B-17 sont filmés sous tous les angles, à l'extérieur comme à l'intérieur, et rien ne nous est épargné des démarrages des moteurs, avec les flammes sortant des échappements, de la descente des volets ou du train, de la mise en drapeau des moteurs, avec des vues filmées sous les avions ou à travers le pare-brise.

Si les deux PB-1Ws, (N5229V et N5232V) furent ferraillés à Manston, après le tournage, le B-17G (N9563Z) fut racheté par une société spécialisée dans la lutte contre les incendies de forêt. En 2014, restauré et ayant retrouvé ses équipements militaires, il coule des jours paisibles, toujours en état de vol,  au Lyon Air Museum de Santa Ana (CA).

B-17G s/n 44-83811

Fig.9.jpg

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Douglas à Long Beach (CA). C/n 32452.

Mai 1947

D. L. Spivey, Findlay (OK)

NL5014N

Juil. 1947

Universal Aviation, Tulsa (OK)

Utilisé pour faire de la photo aérienne. Sous contrat de l'US Army Mapping Service.

Juin 1948

Levin & Co, Hollywood (CA)

Juin 1948

Al Schwimmer, Miami (FL)

1948-1958

Livré à la Force aérienne israélienne. Affecté au 69° squadron avec le code "1601".

1958

Israeli Aircraft Industries, Tel Aviv-Lod,

1958

Bernard B. Azarow, New York (NY)

 N9814F

Mars 1958

Impliqué dans un trafic d'armes en Algérie. Retour en Israël.

1960

Israeli Aircraft Industries, Tel Aviv-Lod,

Réformé et démonté.

1961

Columbia Pictures Corp., New York, (NY)

Fuselage récupéré et expédie à Croydon. Utilisé dans le film "L'homme qui aimait la guerre", pour le tournage des scènes se passant à l'intérieur d'un B-17

 1962

Détruit et ferraillé

B-17G 44-83563 VB-17G

Fig.10.jpg

Date

Propriétaires

Observations

1944

Construit par Douglas à Long Beach (CA). C/n 32204.

7 avril 1945

Mise en service dans l'USAAF

Après stockage, transformation en CB-17G, pour le transport de VIP.

1945-1952

Déployé aux Philippines, puis  retour aux USA pour révision générale.

1952- juin 1955

Affecté au 6000th  Base Service Group, au Japon

1955

Réformé

1959-1960

American Compressed Steel, Cincinnati (OH)

Mai 1960-1963

Aero American Corp., Tucson (AZ)

N9563Z. Convoyé de Davis-Monthan AFB à Ryan field (AZ). Transféré à Dallas-Love (TX) pour l'installation d'une porte cargo.

Oct. 1961-1963

Columbia Pictures Inc. (NY)

Destiné au tournage de "L'homme qui aimait la guerre". Rééquipé avec ses tourelles de mitrailleuses à Ryan Field. Arrivé à Gatwick le 8 octobre 1961. Figure dans le film avec le serial "127742" et le code "DF-T"

16 Mai 1962

Retour aux USA

1962-1963

Stocké à Ryan Field (AZ)

2 Février 1963-1985.

Aircraft Specialities Inc., Mesa (AZ)

-Converti en bombardier d'eau. Vole avec les numéros E24, C24, 24, 89.

-Transféré à Hawaï pour le film "Tora, Tora, Tora", en janvier 1969.

18 Février 1981-1985

Globe Air Inc., Mesa (AZ)

Octobre 1985-1998

National Warplane Museum, Geneseo (NY)

Restauré dans sa configuration militaire avec le serial  "297400" et le nom de "Fuddy Duddy", code "K-E"

1998-2005

Wings Of Eagles, Horseheads (NY), ex. National Warplane Museum.

2006-2011

William Lyon / Martin Aviation, Orange County (CA)

Exposé au centre Wings of Eagles, (NY)

2011-2014

Exposé au Lyon Air Museum, à Santa Ana (CA)

PB-1W, B-17G s/n 44-83883

Fig.11.jpg

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Douglas à Long Beach (CA). C/n 32524

13 juillet 1945

USAAF

Pris en charge avec le serial "44-83883"

19 juillet 1945

US Navy

 Pris en charge avec le BuNo. "77243"

Réformé en juillet 1956

2 Décembre 1957

American Compressed Steel Co. (OH)

N6470D, puis N5229V

1958-1961

Stocké à Dallas Love Field (TX)

Mai 1961

Columbia Pictures Corp., New York (NY)

Octobre1961

Convoyé en Angleterre pour le film "L'homme qui aimait la guerre"

Déc. 1961

Ferraillé en Angleterre à Bovingdon.

PB-1W, B-17G 44-83877

Fig.12.jpg

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Douglas à Long Beach (CA). C/n 32518

13 juillet 1945

Livré à l'USAAF

16 juillet 1945

US Navy

Transféré à l'US Navy et stocké à Johnsville (PA)

Janvier 1946

Affecté à la VPB-101 à Floyd Bennett Field (NY)

Septembre 1946

Affecté à Quonset Point (RI).

Mai 1947

Révision à Norfolk (VA)

Juillet 1948

Transféré à Patuxtent River (MD)

Octobre 1951

Transféré à Norfolk (VA)

Juillet 1952

Affecté à la Fleet Airborne Electronics Training Unit Pacific, à San Diego (CA).

12 Janvier 1953

Transféré à Barbers Point

Janvier 1954

Retour à San Diego (CA)

8 Décembre 1954

Transféré et stocké à Litchfield Park

10 juillet 1956

Rayé des contrôles

2 décembre 1957

American Compressed Steel Corp., Dallas, (TX)

Immatriculé N6469D puis N5232V et stocké à Dallas (TX).

11 octobre 1961

Columbia Pictures New-York (NY)

Acheminé en Angleterre pour le tournage de "L'homme qui aimait la guerre"

Eté 1962

Ferraillé à Bovingdon (UK).

Entre 1964 et 1966, parurent à la télévision les 78 épisodes de la série "12 o'clock high". Cette série qui reprenait le titre du film de 1949 (Cf. "Un homme de fer") et à peu près le même scenario, utilisa de nombreux stock footages et des extraits du documentaire "Memphis Belle" (1944), pour reproduire les séquences aériennes. La production n'utilisa que deux B-17G, le DB-17P "44-83584" (N3713G) et le VB-17G "44-83316", encore ce dernier ne servit-il que pour le tournage en studio. Le "44-83584", portant à l'écran le nom de " Piccadilly Lily", était un ancien directeur de drone, prêté par l'USAF à l'Air Museum (actuellement Planes of Fame) de Chino (CA), depuis 1959, date de sa réforme. Il fut le dernier B-17 à être employé par l'USAF. Il vola pour la dernière fois au milieu des années 1970.

DB-17P, "44-83684"

Fig.13.jpg

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Douglas à Long Beach (CA). C/n 32325.

6 Aout 1959

USAF

Dernière mission opérationnelle

1959

Stocké à Davis Monthan, AFB (AZ)

24 sept. 1959-1975

Ed Maloney. The Air Museum, Claremont (CA)

Immatriculé N3713G.

1964-1966

Tournage de la série "12 o'clock high"

1969

Tournage de "Thousand planes raids"

1975

Tournage de "Les têtes brûlées"

1975

Planes of Fame à Chino (CA)

Arrêt des vols et exposition à l'extérieur

2013

En cours de restauration pour le remettre en état de vol.

Un autre B-17G fut utilisé pour la série mais il ne fut utilisé, sans ses ailes, que pour les scènes tournées au sol ou en studio. Il fut fortement endommagé pour les besoins des effets spéciaux. Il s'agissait du VB-17G "s/n 44-83316" qui avait été exposé sur la base de l'USAF de Norton (CA). Il fera de plus ou moins brèves apparitions dans différentes séries télé, filmées à Chino, pour servir de décor, ou pour figurer un avion accidenté, voire explosé…La partie avant de son fuselage ayant survécu, servira à reconstruire le B-17G "N6694C", à la fin des années 1960.

Un B-17G d'un genre spécial, apparaît dans le James Bond "Opération Tonnerre" (1965). L'avion, sans ses tourelles, est en configuration civile mais son nez est équipé du système Fulton, destiné à récupérer en vol, un homme qui est au sol. Les images de cette récupération n'ont vraisemblablement pas été tournées spécialement pour le film, James Bond devant être à des centaines de kilomètres de là. Cet avion appartenait, en 1965, à la société Intermountain Aviation de Phoenix, une société écran de la CIA; il convenait donc parfaitement à un film d'espionnage.

B-17G-95-DL s/n 44-85531

Fig.14.gif

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Lockheed/Vega . c/n 8440

1957

Western Enterprises Inc. à Taîwan,

Utilisé pour des vols au-dessus de la Chine, du Tibet pour le compte de la CIA.

Décembre 1957

Stocké à Clark AFB aux Philippines et peut être ferraillé ?

Sept 1960

Atlantic General Enterprises, Washington (DC)

Immatriculé N809Z

Mai-août 1961

serial 44-85531 changé en 44-83785

Equipé du système Fulton pour participer à l'opération "Project Coldfeet"

Oct. 1962-1975

Intermountain Aviation Inc., Phoenix (AZ)

1965

Tournage d'"Opération Tonnerre"

Juillet 1969

Transformé en bombardier d'eau avec les codes 22”, “C71”, and

“B71”

Mars 1975

Evergreen Helicopters, Marana, (AZ)

6 Mars1979.

Immatriculé N207EV

1992

Evergreen Ventures Inc. (OR)

Retiré du service et stocké

22 mars 1999

Evergreen Vintage Aircraft Inc., McMinnville (OR)

Restauré en téta de vol dans sa configuration militaire, mais avec le serial "44-83785" et le nom approprié de Shady Lady

2002-2014

Evergreen Aviation and Space Museum McMinnville (OR)

Exposé, mais en état de vol.

La comédie "La grande vadrouille" (1966) commence avec l'apparition d'un B-17G peint aux couleurs de la RAF, survolant Paris. Rappelons que la RAF utilisa bien des B-17G, appelés "Fortress III", mais uniquement pour des missions de brouillage radar. Cet appareil appartenait au moment du tournage à l'Institut Géographique National. On le retrouvera deux ans plus tard, dans une autre comédie "La bande à César" (1968) et il fera même de la figuration dans "Red tails" en 2012. Ce bombardier était le B-17G-85VE s/n 44-8846; mais sans tourelle de menton et sans tourelle "Cheyenne" à l'arrière, il ressemble plus à un B-17F.

RB-17G-85VE s/n 44-8846

Fig.15.jpg

Date

Propriétaires

Observations

12/1944

Produit par l'usine Lockheed Vega de Burbank. c/n 8246

17/01/1945

Livraison à l'USAAF à Cheyenne (WY)

Mise au standard H2X, avec la suppression de la tourelle ventrale, remplacée par un dôme radar et l'aménagement de la cabine radio avec des moniteurs, pour ce même radar.

03/1945

Affecté au 511st Bomb Squadron, 351st Bomb Group à Polebrook (UK)

1945

Affecté au 365th Bomb Squadron, 305th Bomb Group à Chelveston (UK)

1946

Tout l'armement de l'avion est enlevé et des travaux sont entrepris pour le transformer en F-9C (version de reconnaissance photo du B-17G).

Mars 1949

l'avion est officiellement modifié en RB-17,

Févr. 1953

Retour aux USA

10 nov. 1954

Retiré du service

Déc. 1954

Vendu à l'IGN

Immatriculé F-BGSP

1966-1968

Tournage de "La grande vadrouille" et de "La bande à César".

1979

L'avion est stocké à Creil

1984

Immatriculé F-AZDX

Mai 1987

Avion donné à l'association Forteresse Toujours Volante, une entité dépendant de l'AJBS

1989

Restauré comme un B-17F. Tournage de "Memphis Belle" avec le nom "Mother country"/"Pink Lady"

Fin 2009

Participe au tournage de "Red tails" en 2009

Mars 2010

Dernier vol et arrivée à la Ferté Alais

2010-2014

Avion exposé dans un hangar.

Les années 60 se terminent avec un autre film ayant utilisé de vrais B-17, pour son tournage. Dans "Thousand plane raid" (1969), on peut voir en plus du B-17F "42-29782" (N17W), mentionné plus haut, deux DB-17G, d'anciens directeurs de drones, le DB-17P "44-83684" (N3713G), déjà vu dans la série "12 o'clock high" et le DB-17P "44-83525" (N83525), un nouveau venu au cinéma. Filmées à Santa Maria (CA), plusieurs scènes montrent ces appareils à leur avantage. Don Lykins, Bob Grider et Ed Maloney effectuèrent avec le "44-83684" six passages en rase motte, devant les caméras situées sous différents angles. Il y a aussi de belles vues des "44-83525" et "44-83684", volant en formation, filmés a partir d'un B-25. Malgré les faiblesses du scenario et des dialogues, la réalisation du film a fait de gros efforts pour reproduire avec exactitude certains détails techniques ou historiques, comme la décoration des avions, l'utilisation des noms de vrais groupes de bombardement, ainsi que de leurs bases, l'évocation du B-40 (un B-17 transformé en  gunship), la décoration du "44-83525" reproduisant celles d'un B-17F, ayant réellement participé aux combats (le ''42-5053). Le "44-83525" fera une brève apparition en 1977, dans le film "McArthur", où on le verra rouler au sol sur le terrain d'Indian Dunes (CA).

DB-17P  s/n 44-83525

Fig.16.jpg

Date

Propriétaire

Observations

1945

Construit par Douglas à Long Beach (CA)

1950

USAF

Transformé en DB-17G

April 1959-1967.

Stocké à Davis-Monthan AFB, Tucson, (AZ)

12 Janvier 1968

Tallmantz Aviation, Orange County (CA)

Immatriculé "N83525".

Tournage de "Thousand Plane Raid", avec le serial "25053", le code KY-L et le nom "Balls Of Fire"

1968-1972

Tallmantz / International Flight & Space Museum, Orange County (CA)

Octobre 1972-1983.

I.N. Burchinall Jr., Paris (TX)

Tournage de "MacArthur" avec le code KY-L et le nom "Suzy Q".

Exposé dans les musées de Kissimmee (FL) et d'Eloy (AZ).

11 Avril  1983-1998

Weeks Air Museum, Tamiami (FL)

Exposé

24 aout 1992

Endommagé par l'ouragan Andrew

1993

Début de restauration chez Tom Reilly Aviation.

2012-2014

Fantasy of Flight / Kermit A. Weeks, Polk City (FL)

Stocké

Le film "Tora ! Tora ! Tora !" de 1970, est connu pour avoir utilisé tout une armada aérienne composée de North American T-6 de Vultee BT-13, transformés en avions japonais, de deux P-40 et de cinq B-17. Il faut reconnaitre que les scènes avec ces B-17 ne représentent qu'une petite partie de l'action. Elles retracent l'arrivée malencontreuse, le matin du 7 décembre 1941, de douze B-17 des 7th et 19th Bomb Group, en route pour les Philippines (Cf. le film "Air Force". Tous les avions réussirent à atterrir, mais plusieurs seront détruits au sol, par les Japonais). Pour la reconstitution de cet événement, la 20th Century Fox loua cinq B-17 à une société de lutte contre les incendies, l'Aircraft Specialities de Mesa (AZ) qui fournit également les pilotes et les équipes de maintenance. Le tournage fut prévu entre décembre 1968 et mai 1969, une période peu propice aux feu de forêts. Les avions arrivèrent à Hawaï, fin janvier-début février 1969. On les voit au sol, mais aussi au-dessus d'Oahu et du terrain de Wheeler AFB, où ils s'apprêtent à atterrir. Mais la scène la plus marquante est celle où un B-17 (serial 44-85774, N621L) atterrit sur une roue. Cependant ce n'était pas du cinéma; il s'agissait d'une vraie panne et les cinéastes ne manquèrent pas cette opportunité. Vu sa robustesse, ce B-17 put être rapidement réparé.

Parmi ces cinq B-17, deux avaient déjà tourné dans des films; le B-17F "42-29782" (N17W) dans "Thousand plane raid" (sorti en 1969, mais tourné lors de l'hiver 1968, donc peu avant le tournage de "Tora ! Tora ! Tora !". Le B-17G "44-83563" (N9563Z) avait tourné dans "L'homme qui aimait le guerre" (1961). Les trois autres (B-17G 44-85774, N621L; B-17G 44-85828, N3193G; B-17G 44-85840, N620L) ne tournèrent que dans ce film.

B-17G s/n 44-85774

Fig.17.jpg

Date

Propriétaires

Observations

1945

Construit par Lockheed/Vega. c/n 8683

USAAF

Converti en VB-17G pour le transport de VIP

Stocké à Davis-Monthan

Juin 1956

Fuerza Aérea Boliviana

Transformé en transport civil par Hamilton Aircraft, Tucson (AZ).

Déc. 1956-1968

Lloyd Aero Boliviano, La Paz

CP-621

12 sept. 1968-1975

Aircraft Specialities Inc. Mesa AZ

Immatriculé N621L. Bombardier "c64". Tournage de "Tora Tora Tora"

Juil. 1975

Détruit dans un crash

B-17G s/n 44-85829

Fig.18.jpg

Date

Propriétaires

Observations

16 juillet 1945

USAAF

Construit par Lockheed/Vega c/n 8738 (44-85828)

Septembre 1945

Stocké à South Plain (TX)

Février 1946

Affecté à la 4104th Base Unit, Rome AFB, (NY)

Septembre 1946

US Coast Guard

Transformé en PB-1G, avec le Bu. 77255, sur la base de NAS Johnsville, (PA) puis affecté à la base des Garde-côtes de San Francisco.

Août 1958

Retiré du service. Stocké sur la base navale d'Elizabeth City (NC)

Mai 1959

Ace Smelting Inco. Phoenix (AZ)

Immatriculé N3193G

1959-1965

Fairchild Aerial Survey, Los Angeles (CA)

Modifié pour la photographie aérienne et la détection magnétique

Aout 1965

Aero Service Corp., Philadelphie (PA)

Octobre 1965-1966

Biegert Bros, Schicley (NE)

Converti en avion d'épandage

Mars 1966-1981

Aircraft Specialities Inc., Mesa (AZ)

Converti en bombardier d'eau. Numéros

#43, #c34, #34. Tournage de "Tora ! Tora ! Tora !"

Févier 1981-1986

Globe Air Inc.

Tanker #34

Juillet 1986-2014

Yankee Air Force Inc. Willow Run (MI)

Restauration en état de vol, dans sa version militaire. Vole avec le nom de "Yankee lady"

B-17G s/n 44-85840

Fig.19.jpg

Date

Propriétaires

Observation

Construit par Lockheed/Vega c/n 8749

1950

Réformé et stocké à Davis Monthan AFB

Novembre 1956

Llyod Aero Boliviano, La Paz (Bolivie)

Transformé en avion civil par Hamilton Aircraft, Tucson (AZ) Immatriculé CP-620

1968-1973

Aircraft Specialities Inc., Mesa (AZ)

Immatriculé N620L Convoyé par air à Hawaï pour le film "Tora ! Tora ! Tora !", en Janvier 1969. Endommagé à l'atterrissage lors du tourne, en mars 1969.

Converti en bombardier à eau, à, Mesa (AZ) avec les numéros V54, puis 54..

12 juillet 1973

Détruit en combattant un incendie près d'Elko (NV)

Dans la série télé "Les têtes brulées" (1976) deux Boeing B-17G apparaissent dans l’épisode 18, "Le massacre de fort Apache", mais un seul, avec le nom "Fort Apache" sur le nez, et une décoration vert foncé inappropriée, participe à l’action, tout en restant au sol. Cet épisode utilise de larges extraits du documentaire "Memphis Belle" de William Wyler. Le B-17G "Fort Apache" (N3713G, s/n 44-83684) était depuis 1964, un familier des plateaux (voir plus haut), contrairement à l'autre B-17G "44-83663", qui au moment du tournage était hébergé par la Yesterday’s Air Force de Chino (CA).

B-17G  s/n 44-83663

Fig.20.jpg

Date

Propriétaires

Observations

1945

Construit par Douglas Aircraft à Long Beach (CA) c/n  33204

1° mai 1945

Livré à l'USAAF

Juin 1945

Transféré à Paterson Field (OH)

Fin 1945

Affecté à la 4132nd Base Unit (Air Materiel Command) à Garden City (KS)

Décembre 1946

Transféré au 4141st Base Unit (AMC) à Pyote Field (TX)

Avril 1950

Stocké avec le 2753rd Aircraft Storage Squadron

Mars 1951

Envoyé chez Spartan Aircraft Corporation à Tulsa (OK) pour maintenance

Juin 1953

Force aérienne brésilienne

Code "5400". Utilisé pour des missions photographiques ou de secours en mer.

Juin 1968

USAF à Wright-Paterson AFB (OH)

15 juin 1973-1986

Prêté au Yesterday's Air Force de Chino (CA)

Immatriculé N47780. Figuration dans "Les têtes brûlées"

1977-1980

.

Exposé au Combat Air Museum, de Topeka (KS)

13 juil. 1980-1986

U.S. Coast Guard Air Station de Clearwater( FL)

Eté 1987

John A. Lindquist d'Ogden (UT)

Restauré et exposé à l'USAF Museum, Hill AFB (UT), avec le nom de "Short bier"

1991-2014

Fin de la restauration extérieure; restauration intérieure en cours

Dans "Mac Arthur" (1977) le B-17 s/n "44-83525" (N83525) fait une courte apparition, au sol, portant la même décoration que dans "1000 plane raid" (voir plus haut), alors qu'il appartenait à Tallmantz Aviation. Il fut acheté en 1972 par Junior Burchinal qui l'avait parqué à Paris (TX). Cet avion devait faire de plus longues apparitions dans le film, mais suite à des problèmes mécaniques qui retarderont son arrivée sur le plateau (situé à Indian Dunes-CA), sa prestation fut des plus réduites.

Le film de Spielberg "1941" (1979) a toute une scène se passant dans un B-17, au sol, quand un pilote essaie de séduire la belle secrétaire d'un général, fan du fameux bombardier…Il va sans dire que pour l'époque, le modèle du film, un B-17G, ne convient pas, mais en 1979, l'avion était encore dans sa configuration civile, sans sa tourelle de nez.

B-17G s/n 44-83514

Fig.21.jpg

Date

Propriétaires

Observations

Fin 1944

Construit par Douglas à Long Beach (CA)

13 mars 1945

USAAF

transformé en drone (DB-17G/P)

Fin 1945

Stocké au Japon

1947

Avion photo (RB-17G), et affecté à Clark Field à Manille

Affecté à Eglin (FL) comme avion de secours en mer, DB-17G

1950

USAF

Converti en directeur de drone DB-17P et affecté au 3215th Drone Squadron à Patrick, AFB (FL)

27 janvier 1959

Stocké à Davis-Monthan AFB (AZ)

1959-1960

Acme Aircraft Parts, Compton (CA)

Immatriculé N9323Z, Converti en bombardier à eau

1960-1962

Western Air Industries, Anderson (CA)

Numéro "E17"

6 Juin 1962-1978

Aero Union Corp, Chico (CA)

Numéros "C17", puis  "17"

1978

Donné à la Confederate Air Force, Arizona Wing, Mesa (AZ)

Tournage de "1941" à

1981-1985

Restauration en configuration militaire.

2002-2014

Commemorative Air Force, Arizona Wing, Mesa (AZ)

En état de vol avec le nom "Sentimental Journey."

Dans "Brady's escape" (1984), un film racontant les mésaventures d'un pilote de B-17 descendu au-dessus de la Hongrie, le B-17G "44-83872" fait une très courte apparition au début du film. Il a été filmé au sol et surtout à l'intérieur. Il avait également participé à la mini série télé " Ike: The War Years”, en 1979, et apparaîtra dans le documentaire “Honor Squadrons” en 1994.

B-17G s/n 44-83872

Fig.22.jpg

Date

Propriétaires

Observations

1944

Construit par Douglas à Long Beach c/n32513

12 juil. 1945

Livré à l'USAAF

16 juillet 1945

Livré à l'US Navy comme PB-1W

BuNo 77235.

Mai 1947

Affecté à la VX-4 de Quonset Point

Missions de lutte anti sous marine

Juin 1953

Naval Air Material Center (NAMC) à  NAS Norfolk, Virginia

1° Févier 1954

NAS Tsuga au Japon

Transféré à la VW-1

15 janv. 1955-1958

Stocké à Litchfield Park NAS (AZ)

1° Oct. 1957

Aero Services Corp. de Philadelphie (PA)

Immatriculé N7227C. Exploité par Aeriflex pour des missions de recherches géophysiques

Oct. 1963

Réformé

2 Septe.1967

Confederate Air Force, de Mercedes (TX),

Restauré dans sa fonction militaire, en état de vol, avec le nom "Texas rangers". Basé à Harlingen (TX)

1972

CAF, Gulf Coast Wing

Scholes Field à Galveston (TX), puis Ellington Field à Houston (TX)

2002-2014

Commemorative Air Force de Midland, (TX)

Vole avec le serial "483872", le nom "Texas Raiders" et le code "VP-X".

Le film "Memphis Belle"(1990) est sans doute la dernière production à avoir employé plusieurs B-17, jusqu'à cinq. Ces avions devaient être "multipliés" par les décorateurs qui leur firent porter divers matricules et codes, différents de chaque côté. Tous avaient retrouvé leurs couleurs guerrières et leur armement. Notons que le vrai B-17 "Memphis Belle".(s/n 41-24485) était un B-17F, actuellement conservé au musée de l'USAF de Wright-Paterson (OH). La production ne trouva qu'un seul B-17F encore en état de vol, le B-17F "N17W" (s/n 42-29782) du Museum of Flying de Seattle (WA). Tous les autres étaient des B-17G, mais il ne fut pas nécessaire d'enlever les tourelles de menton, la plupart étant d'anciens tankers ou des avions de transport, n'en ayant plus. Il fallut par contre installer les tourelles supérieures, ainsi que transformer le poste de tir arrière en un modèle ancien. Les avions durent également être repeints en olive drab, comme les avions de l'époque (Le "Memphis Belle" fut opérationnel de novembre 1942 à juin 1943).

Un B-17G (s/n 44-83546, N3703G) fut fourni par la Military Aircraft Restoration Corp. de David Tallichet à Chino (CA), où il venait d'être restauré en B-17F. Convoyé en Angleterre, il figura le "Memphis Belle", de même qu'un autre, trouvé en Angleterre, le B-17G (s/n 44-85784, G-BEDF) chez l'association B-17 Preservation Trust Ltd., de Duxford (GB). Il servit pour les scènes employant des moyens pyrotechniques, comme de la fumée ou des étincelles, figurant les chocs des balles. Notons qu'il s'agissait d'un ancien avion de l'IGN qui participa au tournage, en fournissant un autre B-17 de sa flotte, le B-17G (s/n 44-85643, F-BEEA). Un autre ancien avion de l'IGN, le B-17G s/n "44-8846" (F-AZDX), fut fourni par l'association "Forteresse toujours volante" de la Ferte-Alais. Le tournage faillit connaître un drame, quand le F-BEEA s'écrasa au décollage, suite à des ennuis moteurs. Il n'y eut pas de morts, mais quatre blessés dont deux graves.

Bien que l'histoire soit entièrement fictive, le film bénéficie d'une bonne réalisation, les techniciens s'attachant à reproduire les moindres détails avec exactitude. Les scènes aériennes furent filmées à partir du B-25 appartenant à Aces High et autrefois à Tallmantz Aviation. Un Grumman TBM Avenger servit aussi d'avion caméra et d'autres caméras furent montées sur des P-51 Mustang. Huit membres de l'ancien équipage du Memphis Belle vinrent en Angleterre et partagèrent leur expérience avec les acteurs.

B-17G s/n 44-85784 

Fig.23.jpg

Date

Propriétaires

Observations

Eté 1945

Construit par Lockheed /Vega à Burbank. c/n 8693

17 juin 1945

Livré à l'USAAF

serial 44-85784.

Juillet 1945

Stocké à Rome (NY), puis à Altis (OK)

12 nov. 1945

Wright Field (OH)

Modifié selon le standard TB-17 (version d’entrainement)

Septembre 1950-1954

Loué à General Electric Test Flight Center, Schenectady (NY)

Modifié en EB-17 pour tester des équipements de contre mesure électronique, puis plus tard en ETB-17 (même type d’appareil mais dans sa version d’entraînement)

7 Février 1954

Hill AFB (UT), débarrassé de ses équipements militaires

31 Octobre 1954-1975

Institut Géographique National, à Creil

Immatriculé F-BGSR

 Janvier à Novembre 1963

Stocké, moteurs démontés, fuselage décapé.

27 Mars, 1975

Egli Duane, Fabens (TX)

Immatriculé N17TE

5 August  1976-27 juin 1984

M.H. Campbell, Biggin Hill (GB)

Immatriculé G-BEDF

1981

LWT séries télé "We'll Meet Again", à West Malling.

30 avril 1985-2014

B-17 Preservation Trust Ltd., Duxford (GB)

Vola avec le serial "124485"/DF-A/ Sally B / Memphis Belle.

1989

Tournage de "Memphis Belle"

2004

Tournage de la série télé "Bomber Crew"

B-17G 44-83546 

Fig.24.jpg

Date

Propriétaires

Observations

3 avril 1945

Livré à l'USAAF à Long Beach (CA)

Envoyé à South Plains AAF, (TX) pour stockage

Juin 1945

Rejoint la 4100th AAF Base Unit (Air Technical Service Command), à Patterson (OH) pour y être converti en  CB-17G (transport)

Janv. 1946

1st AAF Base Unit (CAC), à Bolling AFB, DC

Janv. 1948

10th Headquarters Squadron (US Air Forces Europe), Affecté à Oberpfaffenhofen AB (Allemagne), puis au 501st Air Service Group (USAFE), à Wiesbaden AB.

Oct.1948

HQ Strategic Air Command, Andrews AFB (MD), converti en VB-17G (transport VIP)

Nov. 1950

HQ Far East Air Forces, Haneda AB, (Japan)

Octobre 1954-

Stocké à Davis-Monthan AFB, Tucson, AZ

Avril 1959

Rayé des registres et déclaré surplus

31 July 1959.

National Metals Co., Phoenix, (AZ)

Immatriculé "N3703G"

Septembre 11, 1959-1967

Edgar A. Neely / Fast-Way Air Service, Long Beach, (CA)

Converti en tanker, July 1960 Flow as #E75 (Puis #E78).

1978

TBM Inc., Tuléar (CA)

Tanker #E78, (puis #E68, #68).

Septembre 1982-2011

David Tallichet / Military Aircraft Restoration Corp., Chino (CA)

Porte le serial "23060" et le code "LN-T."

1983-1991

Prêté à l'USAF Museum, de March AFB (CA)

1988-1989

Restauré à Chino  (CA) comme un B-17F

20 Juin 1989

Arrivée à  Duxford (UK)

Vole pour le film "Memphis Belle" avec le serial "124485" et le nom Memphis Belle

3 Nov. 1995

Endommagé au sol, puis réparé, Fayetteville, (NC)

2000

Prêté à l'American Airpower Museum, de Farmingdale (NY)

2007-2014

Prêté au 1941 Historic Aircraft Group, Geneseo (NY). Vole avec le nom de Memphis Belle.

B-17G  s/n 44-85643

Fig.25.jpg

Date

Propriétaires

Observations

14 juin 1945

Livré à l'USAAF à Rome (NY),

stocké à Walnut Ridge (AK)

12 Décembre 1947-1989

Institut Géographique National, Creil

Immatriculé F-BEEA. Porte le nom de "Château de Verneuil".

1963

Participation au tournage de "Dr Folamour"

Juin 1989

Tournage de "Memphis Belle", avec le nom de "Baby Ruth".

25 juillet 1989

S'écrase au décollage et brûle, sur la base RAF de Binbrook.

"Memphis Belle" fut un peu le chant du cygne du B-17, sur les écrans. Ce gros quadrimoteur est très cher à entretenir et encore plus à faire voler.  Le film "Pilotes de choix" (1995) employa un Boeing B-17G, le N900RW (c/n 8627, s/n-44-85718,), un ancien avion de l’IGN (F-BEEC), appartenant au « Lone Star's Flight Museum » d’Houston (TX). Aucune mention n'est faite de la participation de cet avion au tournage de ce télé film, sur aucun site internet ou livre spécialisé… On le voit atterrir avec le moteur 3 coupé. Il porte le code "U-BN" (359th Bomb Squadron, 303rd Bomb Group), tout comme aujourd'hui.

B-17G s/n 44-85718

Fig.26.jpg

Date

Propriétaires

Observations

1945

Construit par Lockheed Vega à Burbank (CA) c/n 8627

9 mai 1945

Livré à l'USAAF à Louisville

21 nov. 1945

Stocké à Altus (OK)

Décembre 1947

Institut Géographique National

Immatriculé F-BEEC

1963

Révision générale et installation d'un magnétomètre

1965-1966

Mission en Afrique du sud avec l'immatriculation ZS-EEC

Aout 1975

Retiré du service et Stocké à

1984

Warbirds of Great Britain » de Doug Arnold

immatriculée G-FORT

1986-1987

Stephen Grey/Patina Ltd, Duxford (GB)

1987-2014

Lone Star Flight Museum de Galveston (TX).

Immatriculé N900RW

Vole avec le serial "238050", le code BN-U et le nom de Thunder Bird.

Dans les années 2000, le B-17G n'apparaît plus qu'individuellement, dans de petits films de série B ou des feuilletons télé, à faible budget. Parmi ceux-ci, on peut citer "Closing the ring", sorti en 2007, où l'on voit atterrir le magnifique B-17G Yankee Lady (N3193G s/n 44-85829; voir plus haut). Le crash d'un autre B-17 (s/n 43-38733 du 312nd BS, 401st BG, code SC-K "I'll be seeing you") vers la fin du film, a été reconstitué en images de synthèse et avec des parties de l'intérieur reconstituées en studio…

Enfin, on retrouve le B-17G/F (s/n 44-8846, F-AZDX) Pink Lady, de l'association "Forteresse toujours volante" de la Ferté Alais, dans le film "Red tails" (2012). Il n'est filmé qu'au sol, en 2009, et cessera de voler peu après le tournage, en mars 2010 (et on ne sait quand il revolera, faute de moyens; l'association devra sans doute changer de nom, hélas...). En 2012, le téléfilm "B-17 : la Forteresse volante" ne montre que des images de B-17F…

o§o

Finalement, le B-17 est une bête de scène qui est malheureusement de plus en plus rare sur les écrans, comme d'ailleurs tous les autres anciens warbirds. Les propriétaires de ces précieux appareils sont assez réticents à les confier aux équipes de tournage qui ne montrent pas toujours le respect qui leur est dû... Il faut également disposer des équipes techniques qualifiées, mais aussi des pilotes. Les B-17 avec leur quatre moteurs, sont également de plus en plus coûteux à faire voler; il y a le prix du carburant, mais aussi celui des assurances, en augmentation constante.

En 2014, on estimait à quarante huit le nombre de B-17 survivants, dont dix en état de vol, vingt trois exposés dans des musées et six en cours de restauration, avec l'espoir de les voir revoler un jour. La plupart sont aux USA, comme il se doit. Parmi les B-17 qui apparaissent dans les films, on constate que le services de lutte contre les incendies, aux USA, ont permis à de nombreux exemplaires de continuer à voler et d'être entretenus. En France, l'IGN qui utilisa le B-17 jusqu'au début des années 70, joua un grand rôle dans la conservation de l'espèce. Sur les quatorze B-17 de sa flotte, pas moins de six sont été préservés (deux aux USA, deux en Angleterre et deux en France, dont un est conservé dans les réserves du MEA du Bourget); deux sont encore en état de vol, soixante neuf ans après leur construction, après de longues restaurations et de multiples révisions, effectuées par des passionnés bénévoles.

Christian Santoir

000

0

Les films montrant des Boeing B-17

(Liste non exhaustive)

Titres

Y1B-17

B-17B

B-17C/D

B-17E/F

B-17G

B-17 identifiés

- Pilote d'essai  (1938)

x

 s/n  36-156 (# 51)

- Mystery plane  (1939) 

x

Document

- Les deux nigauds aviateurs (1941) 

x

Document

- L'escadrille des jeunes  (1941)

x

x

Extr. De "Test pilot"

- Sky raiders (1941)

x

Document.

- Tsubasa no gaika (1942)

x

 B-17D s/n 40-3095

- Sabotage à Berlin  (1942) 

x

Maquette

- The battle of Midway * (1942)

x

Document

- Air Force (1943)

x

x

 B-17B s/n 38-211 (#18)

 B-17B s/n 38-261 (#07)

 B-17B s/n 38-584 (#10)

 B-17B s/n 39-001 (#15)

- Bombardier (1943) 

x

x

Document

- Liens éternels (1943) 

x

 s/n 42-5859,

 s/n 42-5945,

 s/n 42-5846,

- Ladies courageous (1944)

x

x

?

- Passage to Marseille  (1944)

x

 s/n 42-30077

- Memphis Belle* (1944)

x

 s/n  41-24617 "Southern Comfort"

 s/n  42-3053  "Desperate Journey"

 s/n  42-2990 "Dame Satan"

 s/n  42-29699 "Old Battle Axe"s/n  42-5132 "Royal Flush !"

- Target for today* (1944)

x

x

-B-17F-25 s/n 41-24577 "Hell's angels"

-B-17F-30 s/n 42-5052 "Mizpah"

-B-17F-45 s/n 42-5264 "Yankee Doodle".

-B-17F-5 s/n 41-24416 "Black Diamond Express"

-B-17F-25 s/n 41-24561 "The Duchess"

-B-17F-27 s/n 41-24605 "Knockout Dropper"

-B-17F-45 s/n 42-5257 "Miss Bea Havin"

-B-17F-30 s/n 42-5054 "Bell of San Joaquin"

-B-17F-50 s/n 42-5393 "Just for Laffs".

-B-17F-25 s/n 42-5854 "Alley Oop"

-B-17F-30 s/n 42-5859,

-B-17F-45 s/n 42-5341 "Vicious Virgin"

-B-17F-50 s/n 42-3387,.

-B-17F-70 s/n 42-29800 "Me and My Gal"

-B-17F-20 s/n 42-3048 "Big Bust",

-B-17F-65 s/n 42-29724 "Little Minnie

-B-17F-75 s/n 42-29889,

-B-17F-80 s/n 42-29935 "Pulmadique"

-B-17G-10 s/n 42-31314 "Scorchy"

-B-17G-20 s/n 42-31471 "Doolittle's Destroyer"

-B-17G-5 s/n 42-31211.

-B-17G-15 s/n 42-31435 "West's End"

-B-17G-40 s/n 42-97136

- Une romance américaine (1944)

x

 s/n 42-107229,

 s/n 42-107200

 s/n 42107230

- God is my copilot (1945)  

x

Extr. d'"Air Force"

- Le chemin des étoiles (1945)  

x

x

-B-17G s/n 44-6909

-B-17G s/n 43-38016

- Captain Eddie  (1945)

x

Maquette

- You came along (1945)

x

 s/n 42-5854

- Les plus belles années de notre vie (1946) 

x

 YB-40 s/n 42-5736;

 YB-40 s/n 42-5742,

 s/n  42-5742 ,

 s/n 41-24636;

 s/n 42-29929;

 s/n 42-5332;

 s/n 42-30890;

 s/n 42-3463;

 s/n 42-3236;

- Les géants du ciel (1948)

x

-B-17G  s/n 44-83842

- Tragique decision (1948) 

x

x

-B-17F  s/n 42-3360,

-B-17G s/n 44-83842

- Horizons en flammes (1949) 

x

Extr. d'"Air Force"

- Un homme de fer (1949)

x

-DB-17G s/n 44-83592,

-B-17G s/n 44-83387

- Le planqué malgré lui (1950)

x

Document

- Pilote du diable (1950)  

x

 s/n 42-3360

- Tonnerre sur le Pacifique (1951)

x

Document

- Opération secret  (1952)

x

Extr. de "Memphis Belle"

- Le grand secret  (1953)

x

Document

- Ecrit dans le ciel (1954)

x

-PB-1G s/n 44-85837

- Le tigre du ciel (1955)  

x

Extr. De "Memphis Belle"

- Top of the world (1955)

x

4 SB-17G filmés en vol, dont les s/n 44-83595 et 44-83706

- Der Stern von Afrika (1957) 

x

Document

- Escale à Tokyo (1958)

x

 s/n 43-39356 

- L'homme qui aimait la guerre (1961) 

x

-SB-17G s/n 44-83883,

-PB-1W s/n 44-83877,

-VB-17G s/n 44-83563,

-B-17G s/n 44-83811

- Twelve o'clock High (1964-67) série

x

-DB-17P s/n 44-83684,

-B-17G 44-83316

- Opération Tonnerre  (1965) 

x

-CB-17G s/n 44-85531

-The Hell with heroes  (1966)

x

Document

- La bande à César (1968) 

x

-RB-17G s/n 44-8846

- Thousand plane raid (1969) 

x

x

-RB-17F  s/n 42-29782,

-DB-17P s/n 44-83684,

-DB-17P s/n 44-83525 

- Tora ! Tora ! Tora !  (1970)  

x

x

-RB-17F  s/n 42-29782,

-VB-17G s/n 44-83563,

-VB-17G s/n 44-85774,

-PB-11G s/n 44-85828,

-B-17G s/n 44-85840

- Les Têtes brulées (1976)

x

-DB-17G  s/n 44-83684

-MacArthur  (1977) 

x

-DB-17G  s/n 44-83525

- 1941 (1979)  

x

-DB-17G  s/n 44-83514

-Brady's escape (1984)

x

-PB-1W s/n 44-83872

- Memphis Belle (1990)

x

x

-B-17F  s/n 42-29782

-EB-17G  s/n 44-85784,

-RB-17G s/n  44-8846,

-B-17G s/n 44-85643,

-VB-17G s/n 44-83546 

- Pilotes de choix (1995)

x

Extr. De "Memphis Belle"

 s/n  44-85718

-Closing the ring (2007)

x

-PB-17G s/n 44-85829

- Red tails (2012)

x

-RB-17G s/n 44-8846 

* Documentaire

Sources :

-CARLSON Mark (2012) -Flying on film- Ed. BearManor Media, Albany (GA), 383 p.

-FARMER James H. (1991) - B-17 : The Hollywood legend-. Air Classics n° 12, vol. 27, 26-32, 54-63 pp.

-FREEMAN Roger A. (1977)- B-17 in Action –Ed. E.P.A., Paris,200 p.

-ORRISS Bruce W. (1985)-When Hollywood Ruled the Skies. Aero Associates Inc. Hawthorne (CA), 219 p.

-BOWERS Peter M. (1989)-Boeing Aircraft Since 1916. Naval Institute Press.

-THOMPSON Charles D. (1966)-Boeing B-17E and F Flying Fortress. Profile Publications, 1966.

Sites web :

http://www.aerovintage.com/b17bits.htm

http://www.warbirdregistry.org/

http://flyingfortress.canalblog.com/

http://www.joebaugher.com/usaf_serials/usafserials.html


Date de création : 01/03/2015 : 19:51
Dernière modification : 01/03/2015 : 19:51
Catégorie : - Avions
Page lue 3473 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !