Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

APPEL D'UN INCONNU
Vo. Phone call from a stranger

Année : 1952
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 45 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : Jean NEGULESCO
Scénario : Nunnally JOHNSON, I.A.R. WYLIE

Acteurs principaux :
Shelley WINTERS (Binky Gay), Helen WESTCOTT (Jane Trask), Gary MERRILL (David Trask), Michael RENNIE (Dr. Robert Fortness), Keenan WYNN (Eddie Hoke), Evelyn VARDEN (Sally Carr), Warren STEVENS (Marty Nelson), Beatrice STRAIGHT (Claire Fortness), Bette DAVIS (Marie Hoke).
    
Musique : Franz WAXMAN     
Photographie : Milton R. KRASNER
Producteur : Nunnally JOHNSON
Compagnie productrice : Twentieth Century Fox Film Corporation

Avions :
-Douglas C-47A-DL c/n 9715, s/n 42-23853, NC79077

 

Notre avis :

Le scénariste Jean Johnson était un auteur prolifique, développant un talent certain pour écrire des histoires pleines de personnages inattendus. Avec le réalisateur Jean Neguslesco, il a su créer un certain suspense avant et pendant un vol entre l'Iowa et la Californie, en utilisant l'histoire de quatre passagers ayant tous un passé compliqué, qui nous est révélé progressivement, grâce à de nombreux flashbacks.


Après que sa femme, Jane lui ait avoué qu'elle avait eu une aventure avec un autre homme, un avocat de l'Iowa, David Trask, décide d'abandonner sa famille et part pour Los Angeles. Son vol est retardé et pendant qu'il attend dans le restaurant de l'aéroport, il rencontre quelques-uns des passagers. L'actrice Binky Gay qui espère pouvoir libérer son mari, Mike Carr, de l'influence d'une mère dominatrice, Sally Carr, une actrice de vaudeville. Le docteur Robert Fortness est un alcoolique, hanté par sa responsabilité dans un accident de voiture, dans lequel mourut un de ses confères; il part rejoindre sa femme Claire et son fils Jenny, et il est prêt à se livrer à la justice. Un représentant de commerce, à l'humour pesant, Eddie Hoke, exhibe la photo de sa jeune femme, Marie, en maillot de bain, qui s'avérera être très différente de la réalité... Quand l'avion doit faire escale, suite au mauvais temps, les quatre passent plusieurs heures à échanger leurs souvenirs. Ils se surnomment les "trois mousquetaires" et promettent de se revoir dans un an. Mais, peu après que l'avion ait redécollé, il heurte une montagne !  Seul Trask survit. A Los Angeles, il contacte les familles de ses compagnons de voyage, par téléphone et va leur rendre visite. En dépit des objections de Claire Fortness, il dit la vérité à Jerry, sur l'accident de son père, et il lui affirme que c'était un homme bien, qui voulait réparer sa faute. Espérant changer l'opinion de Sally Carr, sur sa belle fille, il luit signale qu'elle avait décroché un grand rôle à Broadway et qu'elle l'avait même recommandée pour un emploi. La dernière visite de Trask est pour Marie, la femme de Hoke. Il découvre qu'elle est hémiplégique ! Elle lui avoue qu'elle avait quitté son mari, qu'elle trouvait plutôt vulgaire. Lors d'une baignade, sa tête avait heurté un rocher. Son amant l'avait abandonnée, alors qu'elle était à l'hôpital. Eddie l'avait ramenée à la maison. Elle lui avoue que, malgré un comportement pénible, Eddie était le meilleur homme qu'elle ait jamais connu et qu'il lui avait appris ce qu'était véritablement l'amour. L'histoire de Marie émeut Trask et lui donne à réfléchir sur l'infidélité conjugale et le pardon. Il appelle Jane pour lui dire qu'il revient à la maison…


Il s'agit donc là d'un film très humaniste où le personnage principal réconcilie les disparus avec leur famille, mais c'est l'épouse d'une victime, jouée par Bette Davis, qui va contribuer à le raccommoder avec sa propre épouse…

Ce mélodrame n'est pas un film d'aviation. Ce serait plutôt un "flight movie", car la majeure partie du film se passe dans de petits aéroports et dans la cabine d'un avion, mais il appartient également au genre "catastrophe". L'accident est assez peu réaliste. L'avion qui volait en IFR, n'avait-il pas pris de niveau de vol ? L'altimètre était-t-il mal réglé, au point de se retrouver brusquement face à un arbre ?


Les avions du film :

L'avion de la compagnie "Grand Canyon Airways", qui décolle du petit aéroport fictif de "Midland", est un Douglas C-47. On ne sait s'il s'agit de la même compagnie que "Grand Canyon Airlines", une compagnie charter fondée en 1929, sous le nom de "Scenic Airways", et spécialisée dans les vols au-dessus du Grand Canyon. Elle existe toujours, mais elle n'a jamais exploité de lignes long courrier. Cette compagnie employa effectivement quelques DC-3, dans les années 50.

L'avion est immatriculé "NC79077" (c/n 9715); c'était un C-47A-DL livré à l'USAAF (s/n 42-23853), en juin 1943 et basé à Elmendorf, en Alaska, en octobre 1943. Il sera réformé en juillet 1946 et vendu à la petite compagnie Bixby Airlines, de Long Beach (CA). Il fut peut-être loué à "Grand Canyon Airways". On le voit décoller de l'aéroport de Van Nuys (CA), qui passe pour le terrain fictif de "Vega". Cet avion apparaîtra dans d'autres films, comme "Les survivants de l'infini" en 1954, ou "Istanbul" en 1957. En 1961, il sera vendu à la société Carsted Air de Long Beach, et en 1965, à un particulier mexicain (XA-PUR). Il sera rayé des registres en 1973.

Les vues en vol sont réalisées par une maquette suspendue à un fil, que l'on aperçoit sur les images…Le crash est reconstitué  avec une maquette plus proche d'un DC-2, que d'un DC-3. Par contre, le cockpit aperçu est sans doute réel.

Quand l'avion se détourne sur "Vega" (Salt Lake City, étant fermé), on le voit atterrir trois points, mais quand il s'arrête en bout de piste, la queue s'élève dans les airs pour retomber lourdement, d'une manière invraisemblable. Un DC-3 n'était pas un chasseur et il était difficile de le faire passer sur le nez, même en se mettant debout sur les freins…


Christian Santoir

*Film à visionner sur Youtube

APPELDUNINCONNU2.jpg
 

Mots-clés associés

Date de création : 14/03/2015 : 08:31
Dernière modification : 14/03/2015 : 08:31
Catégorie : - Films
Page lue 3963 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !