Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

TSEL’ EGO ZHIZNI
Vo.
Цель его жизни

(Le but de sa vie)

Année : 1957
Pays : URSS
Genre : drame
Durée ; 1 h 23 min.
Noir et blanc

Réalisateur: Anatoly RYBAKOV
Scénario : Victor IVANOV

Acteurs principaux :
Vsevolod SAFONOV (Alexeï Kostrov), Lyudmila SHAGALOVA (Nina Kostrova), Mark BERNES (Ivan Anoufriev), Andrei ABRIKOSOV (Roman Azarov), Anatoly CHEMODUROV (Sotnikov), Vladimir EMELYANOV (Sevilanov), Sophia FADEEV (Antonina Kouzminitchna).

Photographe : Victor DOMBROWSKI
Musique : Vladimir JUROWSKI
Compagnie productrice : Mosfilm

Avions :
-Lisunov Li-2 (CCCP-L4193, c/n 184 206 02
-Lisunov Li-2 CCCP-L4139 (c/n 184 170 08)
-Yak-12R
-MiG-15 (en arrière plan)
-MiG-17 (idem)
-Yak-25.
-Ilyushin Il-28 (images d'archives)


Notre avis :


Comme beaucoup de productions occidentales, ce film soviétique traite de la difficile reconversion des pilotes de la seconde guerre mondiale, une fois revenus à la vie civile. Beaucoup quittèrent l'aviation après leur démobilisation. D'autres restèrent dans l'armée ou furent embauchés par l'Aeroflot qui avait fort à faire pour relier les points les plus reculés du vaste territoire national. C'est le cas du personnage principal de ce film.

Le capitaine Alexeï Kostrov, un ancien pilote pendant la guerre, héros de l'Union soviétique, rêve de devenir pilote d'essai sur jets. Ses multiples demandes ont été rejetées. N'ayant pas d'expérience pour les vols à longue distance, il se fait embaucher par l'Aeroflot qui l'affecte sur un aérodrome éloigné, en pleine steppe. Il peut ainsi accumuler les heures de vol. Sa femme Nina, qui attend un enfant, reste à Moscou. Un jour, Alexeï modifie son itinéraire pour aller sauver un blessé, membre d'une mission géologique. Mais il se fait réprimandé par le directeur de sa base, Selivanov, un homme très rigide. Quand il apprend que son enfant est mort né, il quitte son poste et part pour Moscou rejoindre Nina. Alexeï parvient à se faire embaucher par un constructeur, Azarov, grâce à Anoufrief, un de ses anciens collègues, devenu pilote d'essai. Mais il doit d'abord piloter un petit avion de liaison, à hélice. Quand un des pilotes de la firme se tue, lors d'un essai, Alexeï est autorisé à faire son premier vol sur un jet biplace. Puis, il peut enfin accéder à son rêve, piloter un chasseur à réaction. Un jour qu'il a une panne de réacteur, il refuse de s'éjecter et atterrit sur une petite route peu fréquentée. Alexeï est appelé à coopérer avec les ingénieurs pour améliorer leurs jets. Nina commence à s'alarmer de voir son mari pratiquer un métier difficile et dangereux. Lors des essais d'un nouveau jet de transport, un des moteurs prend feu. L'ordre d'évacuation est donné, mais Alexeï, toujours soucieux de sauver son appareil, reste aux commandes et finira par atterrir. Il s'en sort avec de légères blessures. Il s'avère que l'avion n'avait pas subi les vérifications d'usage avant un premier vol, de par la négligence de Selivanov, devenu l'un des responsables du bureau d'études ! Plutôt que d'avoir une explication virile avec lui, il préfère rejoindre son domicile, où l'attend Nina en pleurs. Le lendemain, le travail continue sur les prototypes…


Ce film a la propagande discrète et ne fait qu'exalter la réussite personnelle, la passion du vol, le travail en équipe, à un moment où les constructeurs soviétiques concevaient des avions de plus en plus performants. On y voit quelques jets intéressants, mais qui ne sont pas des modèles très récents; pas de MiG-19, qui était en service depuis 1955, pas de MiG-21, qui avait fait son premier vol en février 1956. Le secret était alors de mise, en pleine guerre froide, et les capitalistes devaient attendre la grande parade annuelle de Touchino, pour découvrir les avions qu'on voulait bien leur montrer.


Les avions du film :

Kostrov accumule les heures de vol en pilotant un Lisunov Li-2 (CCCP-L4193, c/n 184 206 02). L'avion est bien filmé, au sol comme en vol. Cet avion de l'Aeroflot avait été affecté dans le nord Caucase. On remarquera la porte de chargement sur le côté gauche. Elle s'ouvre vers le haut et comporte une porte plus petite pour les passagers. Il y en a une autre à droite. Les hélices des moteurs sont équipées pour être lancées avec un système de démarrage Hucks, au cas où.

Selon les scènes, il est remplacé par d'autres Li-2. On voit ainsi le Li-2 CCCP-L4139 (c/n 184 170 08) un autre avion de l'Aeroflot, affecté en Ukraine, retiré des effectifs en juin 1956.  On aperçoit également le Li-2 "CCCP-L4362" (c/n 184 286 06) affecté comme le premier, dans le nord Caucase.

Sur un aéroport non identifié, les Lisunov sont survolés par un biplan Antonov An-2.

Alexeï pilote un petit avion de liaison Yak-12R, sans aucune marque apparente. On a un aperçu du tableau de bord. Quand il passe devant une rangée de MiG-15, ceux qui ont l'œil distingueront un MiG-19 (antenne de Pitot pliée vers le haut, dérive large) au début de la rangée.

Plusieurs MiG-15 et MiG-17 apparaissent dans le film dont l'un, avec le numéro "02" est décoré comme un avion de la patrouille acrobatique des "Cinq rouges" (issu sans doute d'un document filmé). Alexeï atterrit avec le MiG-17 n° 21, sur une petite route. On le voit actionner le contacteur du train d'atterrissage et on a une vue partielle de la planche de bord, à droite, avec le variomètre, le radiocompas et l'anémomètre.

Deux Mig-17C (N° 21 et 32), montrés au décollage, sont intéressants. On distingue vaguement une très petite perche, montée au dessus de l'entrée d'air, ainsi qu'une antenne supplémentaire, ou un radar, fixé au sommet de la dérive. Ces avions auraient servi à des tests de ravitaillement en vol. Comme pour le MiG-15, cette opération se révéla plutôt délicate et ne fut pas adoptée.

 Le biréacteur, biplace en tandem, dont on fait la mise au point et que l'on voit à plusieurs reprises, est un Yak-25. Il fit son premier vol en 1952 et ne fut mis en service qu'un an avant la sortie du film. Celui qui perd l'extrémité de ses ailes, suite à phénomène de flutter, porte le numéro "45".

Un autre biréacteur, plus ancien, l'Ilyushin Il-28, apparaît sur le tarmac d'une base inconnue. On peut en apercevoir plusieurs exemplaires dans le film (dont les n° 14, 35). Il y également un Il-28U (09 bleu, c/n 65010809), la version d'entraînement à double cockpit. En 1993, ce dernier était parqué, à l'abandon, dans un coin de l'aéroport de Ramenskoye (Moscou-Zukhovsky).

En dehors de ces avions, souvent aperçus sur des bouts de documentaires, le film montre plusieurs prototypes, qui ne sont peut-être que des maquettes d'essais, difficiles à identifier. Il est vrai que l'armée soviétique ne communiquait pas beaucoup sur son matériel et notamment sur ses avions. On aperçoit ainsi :

-un avion fusée, lancé par catapulte, qui, avec son nez vitré ressemble beaucoup, en plus petit, à un Yak-27R (mais sans ses réacteurs sous les ailes et avec un stabilo placé au sommet de la dérive).
-une aile volante en double delta, avec ce qui ressemble à de petites dérives en bout d'aile (genre Cheranovskiy BiCh-26 ou Antonov M ou OKB-2 468…).
-un avion fusée à ailes droites, dont l'avant ressemble au Trident français, mais avec un empennage en flèche, lancé d'un bombardier Myasichchev M-4 (représenté par une maquette, avec un stabilo placé trop haut sur le dérive…).

Vers la fin du film, Alexeï essaie un quadriréacteur, une maquette qui ne correspond à aucun véritable appareil. Par contre, son aile, à fort dièdre inverse, dotée de quatre réacteurs suspendus sous des pylônes, rappelle l'aile du bombardier Myasichchev M-28 2M, un prototype qui conduira au M-4. Avec son train monotrace, son fuselage important, ses nombreux hublots, il ressemble aussi au Baade 152, construit en Allemagne de l'est. C'était un quadriréacteur, mais ses moteurs étaient montés deux à deux au bout d'un seul pylône. Il ne fera son premier vol qu'en décembre 1958. Ce sera le premier avion de transport construit en Allemagne, après la guerre.


Christian Santoir

*Film à visionner sur les sites russes

TSELGOZHIZNI.jpg
 

Mots-clés associés

Date de création : 28/03/2015 : 18:28
Dernière modification : 28/03/2015 : 18:28
Catégorie : - Films
Page lue 3041 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !