Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

STUARDESSA
Vo.
Cтюардесса

(Hôtesse de l'air)


 

Année : 1967
Pays : URSS
Genre : Drame
Durée : 36 min.
Noir et blanc

Réalisateurs : Vladimir KRASNOPOLSKIY, Valery USKOV
Scénario : Bella AKHMADOULINA

Acteurs principaux :
Alla DEMIDOVA, Georgiy ZHZHONOV, Vladimir ETUSH, Arkady TOLBUZIN, Ivan RYZHOV, Valentin VLADIMIROV

Musique : Leonid AFANASYEV
Photographie: Peter EMELYANOV
Compagnie productrice : MosFilm

Avions :
- Ilyushin Il-14, CCCP-61751
- Tupolev Tu-124, CCCP-45023, en arrière plan
- Tupolev Tu-104B, CCCP-42414, en arrière plan
- Ilyushin Il-18V "CCCP-75884, en arrière plan

Notre avis :

Bien qu'Aeromovies n'étudie pas les courts métrages, nous avons analysé celui-ci parce qu'il montre avec exactitude le service à bord de la compagnie soviétique Aeroflot, dans les années 60, sur une ligne intérieure. Il est bien réalisé et remporta deux prix au Festival international du film de télévision de Prague, en 1968 et 1969.

Le personnage principal est une hôtesse de l'air, Olga, lors d'un vol vers la Sibérie. L'histoire révèle qu'elle est amoureuse d'un géologue et, alors qu'elle était bibliothécaire, elle est devenue hôtesse pour avoir une occasion de le rencontrer, de temps en temps, sur un aéroport de Sibérie où il est en poste. Les passagers de ce vol sont très variés. Il y a parmi eux un écrivain qui veut se rendre dans le grand Nord pour écrire un scénario, un Caucasien, haut en couleur et très fier de lui, avec sa nouvelle casquette, un homme qui a acheté de nombreux jouets encombrants, un autre ivre qui essaie d'ouvrir la porte de l'avion en plein vol, une dame très exigeante, un vieil homme qui n'arrête pas de fumer la pipe, même si cela incommode ses voisins, un passager qui transporte un lustre, un autre qui s'intéresse de près à Olga...Cette dernière doit s'occuper de tout ce petit monde hétéroclite, notamment quand l'avion rencontre des turbulences. Olga prend beaucoup sur elle, pour satisfaire tout le monde et garder son calme. En outre, elle avoue à l'écrivain, auquel elle confie ses problèmes, qu'elle a peur en avion ! Lors d'une courte escale, elle pourra rencontrer son amant et partager avec lui quelques moments de bonheur dans une jeep, au milieu d'un terrain d'aviation balayé par un vent glacial. Cet instant va lui remonter le moral pour le reste du vol.

On peut être étonné des motivations de l'hôtesse Olga, qui a dû les cacher lors de son entretien d'embauche...Le film met donc l'accent sur la priorité du devoir, face à la vie personnelle, quoiqu'il en coûte.

On remarque que le service à bord est succinct : distribution de bonbons au départ (pour éviter le mal d'oreille et le stress, une pratique fréquente alors à l'Est comme à l'Ouest), puis en vol, distribution d'une boisson, servie dans de petits verres (du thé ?), service à la demande pour une autre boisson. En cas de turbulence, c'est l'hôtesse qui distribue à ceux qui en ont besoin, des sacs à vomi, stockés dans le cockpit et non pas mis à la libre disposition des passagers.

Les passagers de l'avion, de culture et d'éducation fort différentes, sont caractéristiques de la diversité de la société russe, dont sa diversité ethnique. En plus du Caucasien moustachu, on voit des Asiatiques de la Sibérie, un grand père nénètse (les Nénètses sont des éleveurs de rennes) et une femme aux cheveux blonds, qui est plutôt de type yakoute. Le film illustre donc la "mixité sociale" et le "vivre ensemble", tant vantés aujourd'hui...

On remarquera également l'ami d'Olga, qui est un chercheur, un personnage maintes fois célébré par le cinéma soviétique. Il travaille dans le grand Nord, une région de découverte, d'aventures, un horizon lointain qu'il convenait de conquérir, d'exploiter et de rattacher au reste du pays (Cf. "Aerograd" 1935, "Semero Smelykh" 1936...).


Les avions du film :

L'avion dans lequel Olga fait son service est un Ilyushin Il-14 (CCCP-61751, c/n 147001243). Construit en 1957, il sera affecté à l'Aeroflot de Moscou-Vnukovo en 1959, et à l'escadron spécial ministériel de transport 235, en octobre. En mai 1967, il sera transféré à l'Aeroflot en Yakoutie et basé à Aldan, puis à Mirny, en 1972. En 1974, il sera transformé en Il-14 LIK-1 (LIK = Lyotno-Ispytatel'nyy Kompleks), un avion de calibration des aides à la navigation et à l'atterrissage. En juin 1978, il sera affecté à l'Aeroflot au Kazakhstan, et basé à Kamenogorsk. C'est là qu'il fut réformé et ferraillé en 1989.

On ne sait d'où décolle l'avion (de Moscou-Vnoukovo ?), car on n'a aucune image du terminal. Quand il fait escale, il s'agit évidemment d'un petit aéroport situé dans le grand nord (Aldan ?), mais là encore, aucune image du terminal.

En vol, l'avion est représenté par une maquette. Quand il redécolle, il change de matricule et devient le "CCCP-41886" (c/n 146000727), un avion livré à l'Aeroflot de Moscou-Vnukovo, en 1956. En 1960, il fut affecté aux Régions Centrales, et réformé en 1975.

Le tournage eut lieu vraisemblablement dans une vraie cabine d'Il-14P-28, comprenant sept rangées de quatre sièges de front (2+2). On notera les petits porte-bagages repliables contre la paroi. Ils semblent bien étroits par rapport aux "bagages cabines" des passagers (jouets, nourriture, étui à fusil, valises et même un lustre...). A la moindre turbulence, ils se vident, comme montré dans le film ! Il est également étonnant de voir des passagers, lourdement chargés, engoncés dans de chauds manteaux, monter à bord au moyen d'une petite passerelle étroite, bien raide, sans rambarde, proche d'une échelle, et donc plutôt dangereuse.

Le compartiment d'accès à la cabine comprenant la porte, celle des toilettes et une penderie, est séparé de la cabine par un rideau à volant très kitsch, de même que les housses blanches des sièges. La cabine est équipée  d'une pendule (que montre l'hôtesse) que seuls les premiers rangs peuvent lire. On note également que les passagers ne bouclent pas leur ceinture ce qui ne semble pas déranger l'hôtesse... Quant au cockpit aperçu, il ne correspond pas à celui d'un Il-14, mais plutôt à celui d'un Lisunov Li-2, et il a été, à l'évidence, reconstitué en studio.

Les autres avions sont vus sur un aéroport (Vnukovo ?) au début du film quand les passagers s'acheminent vers leur avion, les pieds dans la neige.

On voit ainsi un Antonov An-10, un Tupolev Tu-124 (CCCP-45023), un Tupolev Tu-104B (CCCP-42414) et un Ilyushin Il-18 (CCCP-75884).

Le Tu-124 "CCCP-45023" (c/n 2 35 07 03) avait été livré à l'Aeroflot en Caucasie du Nord, en novembre 1962 et basé à Mineralye Vody. En juillet 1964, il fut transféré à Volgograd, pour revenir à Mineralye Vody, en octobre 1969. Il sera réformé en 1978.

Le Tu-104B "CCCP-42414" (c/n 8 2 04 01), fut enregistré au nom de l'Aeroflot de Sibérie orientale, en juin 1959 et basé à Irkoutsk. En mars 1968, il sera transféré à Moscou-Vnukovo, puis en janvier 1973, en Ukraine. Il sera retiré du service en janvier 1979.

Enfin, l'Ilyushin Il-18V "CCCP-75884" (c/n 183 0062 02) fut livré à L'Aeroflot à Moscou-Vnukovo en août 1963. Réformé en 1981, il était stocké sur l'aéroport de Moscou-Zukhovski (Ramenskoïe) en août 1993. Il sera ferraillé en août 1999.


Christian Santoir

*Film à visionner sur YouTube

STUARDESSA.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 04/03/2017 : 07:41
Dernière modification : 04/03/2017 : 07:41
Catégorie : - Films
Page lue 945 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !