Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

L'EVASION DU CAPITAINE SCHLÜETTER
Vo. The McKenzie break

 

Année : 1970
Pays : Irlande / Grande-Bretagne
Genre : drame
Durée : 1 h 48 min.
Couleur

Réalisateur : Lamont JOHNSON
Scénario : William W. NORTON, Sidney SHELLEY

Acteurs principaux :
Brian KEITH (Capitaine Jack Connor), Helmut GRIEM (Capitaine Willi Schlüetter), Ian HENDRY (Major Perry), Jack WATSON (Major General Ben Kerr), Patrick O'CONNELL (Sergent Major Cox), Horst JANSON (Lieutenant Neuchl).

Musique : Riz ORTOLANI     
Photographie : Michael REED     
Producteur : Arthur GARDNER, Jules V. LEVY
Compagnie productrice : Levy-Gardner-Laven

Avions :
- Auster 6A
- Percival Proctor

Notre avis :

L'histoire de ce film est proche de celle d'autres films, comme "L'évadé du camp 1" (1957), "La grande évasion" (1963), et se passe dans un camp de prisonniers, lors de la dernière guerre mondiale. Le scénario s'inspire librement de faits réels survenus dans le camp de Grizedale Hall, en Angleterre, et celui de Bowmanville, au Canada, notamment l'interception des tentatives de communication par code, avec un autre prisonnier, Otto Kreshmer, un célèbre commandant d'U-boat, et le "procès" par ses compatriotes, du commandant Rahmlow et de son second, Bernhard Berndt, qui s'étaient rendus "ignominieusement" à la Royal Navy. Krehmser fut également à l'origine de l'opération "Kiebitz", un plan allemand destiné à faire évader, en septembre 1943, plusieurs commandants de sous-marins, du camp de Bowmanville, plan qui fut déjoué par la marine canadienne.

Dans le camp de prisonniers de guerre allemands de McKenzie, dans le nord de l'Ecosse, le commandant Willi Schluetter, un sous-marinier et fervent nazi, provoque en permanence le commandant du camp, le major Perry. Le capitaine Jack Connor arrive pour enquêter sur ce comportement suspect. Il pense que les manifestations des prisonniers allemands cachent une tentative d'évasion. Lors d'une bagarre générale, deux prisonniers habillés en soldats anglais s'échappent, effectivement. Connor remarque qu'un Allemand du nom de Neuchl a cherché à fuir ses camarades. Il a été battu et sévèrement blessé. Evacué à l'hôpital, il va être étranglé avant que Connor ait pu l'interroger. Le jour suivant, Schluetter parvient à s'échapper avec 28 autres camarades, par un tunnel. Ils rencontrent les deux fugitifs qui ont pu arranger un rendez-vous avec un sous-marin allemand qui viendra les récupérer. Ils se dirigent donc vers la côte. Mais Connor a réussi à percer le code utilisé par les Allemands dans les lettres qu'ils envoyaient à leur famille, via la Croix Rouge ! Connor part à la recherche des fugitifs qui sont bientôt repérés par un avion. Alors que, le soir venu, ils pagayent vers le sous-marin qui a fait surface, Connor alerte un patrouilleur de la Royal Navy. Il demande au pilote de son avion de piquer sur les canots pneumatiques des Allemands ce qui a pour résultat de retarder celui de Schluetter qui ne pourra monter à bord du submersible, pressé de plonger, pour éviter le patrouilleur.

Comme vous l'aurez compris, ce film parle plus de marins que d'aviateurs. Les avions font deux courtes apparitions, vers la fin du film, en tant qu'avions d'observation, traquant les fugitifs.

 

Les avions du film :

C'est un Auster 6A qui repère le camion des fugitifs. Il est malheureusement  filmé de trop loin pour être identifiable, les seules vues rapprochées étant celles du cockpit. Il y avait au moment du tournage, plusieurs Auster enregistrés en Eire, comme en Angleterre. La scène a été filmée dans le sud de l'Irlande, sur les bords de la rivière Blackwater.

Le principal avion est un Percival Proctor au couleur de la Royal Navy avec le faux serial "W3480". A priori, cet avion devrait être irlandais, mais aucun Proctor irlandais n'était en état de vol au moment du tournage...L'armée de l'air turque est remerciée, mais elle n'a jamais utilisé ce genre d'appareil, ni d'Auster, d'ailleurs. Seuls trois Proctor avaient été enregistrés sur le registre civil turc. Mais on peut douter qu'il s'agisse d'un de ces avions, la scène où il apparait, avec ses falaises et ses ruines, est bien située au sud de l'Irlande, à 2 km à l'est de Bunmahon. Par contre, le patrouilleur (un ancien Motor Launch Fairmile, classe B,  de la Royal Navy) et le sous-marin (ex-US Balao class, Guppy IIA type) sont turcs et la scène a été tournée en Turquie, vraisemblablement sur les bords de la mer Noire. Il n'y a aucune image montrant le sous-marin avec l'avion.

Le Proctor serait donc plutôt anglais. En 1970, il n'y avait pas beaucoup de Proctor en état de vol, même en Angleterre. L'avion du film se caractérise par un petit carénage noir, sous le fuselage, abritant une antenne, un dispositif assez rare sur les Proctor. Le seul Proctor que nous avons pu trouver avec ce carénage, est le G-AIWA (R7424), qui en fut équipé au début des années 70, mais plus en 1974, en se référant à ses photos, qui correspondent en tout point à celles de l'avion du film. Cet avion appartenait à des particuliers. Il fut gravement accidenté à La Ferté-Alais, en juin 1984, et n'a pas été restauré depuis. Mais, il ne s'agit là que d'une hypothèse...

La société londonienne Film Flight Ltd., citée dans le générique, n'avait apparemment pas d'avions, mais deux hélicoptères qui servirent sans doute à filmer les deux avions en vol.

 

Christian Santoir


*Film disponible sur amazon.fr

EVASIONDUCAPITAINE.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 22/07/2017 : 08:41
Dernière modification : 22/07/2017 : 08:41
Catégorie : - Films
Page lue 135 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !