Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 162 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2018
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

SI TU M'AIMES...

 

Année : 1938
Pays : France
Genre : Drame
Durée : 1 h 38 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Alexandre RYDER     
Scénario : François CAMPAUX, Léopold MARCHAND     

Acteurs principaux :
ARLETTY (Arlette), Jeanne AUBERT (Jeanne Dumont), Michel SIMON (Michel), Jean-Louis BARRAULT (Pierre Bonvais), Pierre NAY (Charles), Nicole VATTIER (Lucie), TIRMONT (Le ténor).

Musique : Vincent SCOTTO     
Photographie : Léonce-Henri BUREL     
Producteur : François CAMPAUX
Compagnie productrice : Productions François Campaux

Avions :
-Handley Page HP.42W, G-AAXC
-Lioré et Olivier LeO. H.242, F-AMUL

Notre avis :


Jeanne et Pierre sont deux amoureux, sans argent. Pour vivre, elle donne des leçons de piano et lui est un jeune ingénieur à la recherche d'un emploi. Ils ont pour amis, un autre couple, Arlette et Michel, qui tous deux travaillent aux Folies Bergères. Ils conseillent à Jeanne de participer à une séance de recrutement organisée par le music-hall, malgré le désaccord de Pierre. Jeanne est finalement enrôlée comme danseuse. Peu après, Pierre trouve un travail, mais en Algérie et part seul. Aux Folies Bergères, Jeanne attire l'attention du directeur, qui apprécie ses qualités de chanteuse, surtout après qu'elle ait remporté un radio-crochet. Elle se garde d'en parler à Pierre. Malgré cela, Pierre devine à travers ses lettres, qu'elle s'éloigne peu à peu de lui, ce qui le rend malade. Jeanne vient le rejoindre pour quelque temps, mais elle décide de rentrer à Paris quand Michel et Arlette la convainquent de poursuivre sa carrière. Elle devient bientôt meneuse de revue. Pierre vient à Paris pour la retrouver, mais quand il assiste à son spectacle, il préfère s'en aller en lui envoyant un bouquet de fleurs...

Ce film, totalement oublié, bien que réunissant de grands acteurs, fait partie de la catégorie "film avec scènes d'aéroport", l'aviation n'étant pas au centre du scenario. On passe donc (rapidement) au Bourget et sur l'hydrobase de Marseille-Marignane. Les avions apparaissent sur des extraits de documentaires.


Les avions du film :

Pour se rendre en Algérie, Arlette et Michel empruntent d'abord un Handley Page H.P.42W  (G-AAXC, c/n 42/5) d'Imperal Airways. Pris en charge en août 1931 avec le nom d'"Heracles" il fut mis sur la ligne Londres/Croydon-Paris/Le Bourget. Le problème est qu' Imperial Airways ne desservait pas Marseille, seulement Paris et Le Touquet... Le 19 juin 1932, le G-AAXC fut accidenté alors qu'il atterrissait à Handsworth, pour participer à la Royal Aeronautical Society's Garden Party. En 1935, cet avion vola 361 jours, la maintenance s'effectuant, la nuit. En mai 1937, il avait accompli le 40.000 ème vol à travers la Manche et en juillet, ce robuste avion fut le premier au monde à avoir parcouru un million de miles, en transportant 80 000 passagers ! En septembre 1939, il fut évacué sur Whitchurch. A partir de cet aérodrome, il ravitailla le corps expéditionnaire anglais, en France, sous contrôle de la RAF, mais sans avoir été incorporé dans un squadron. Il fut gravement endommagé par une brusque tempête, à Whitchurch, le 19 mars 1940, au point d'être déclaré irréparable. Le G-AAXC est également vu, en arrière plan, dans le film "Trois valses", en 1938.

Pour traverser la Méditerranée, Arlette et Michel s'envolent à bord d'un hydravion Lioré et Olivier LeO H.242 (F-AMUL, c/n 2) d'Air France. On voit que les bagages sont embarqués par l'avant, par l'entrée des passagers. Normalement, ils étaient chargés à l'arrière de la cabine, par une trappe ouvrant sur le dos du fuselage, proche des hélices... Les passagers embarquaient à terre, puis, comme on le voit, l'hydravion était mis à l'eau, moteurs tournant, en empruntant le slip de l'hydrobase de Marignane. Quand il décolle, on aperçoit en arrière plan, la grue de 30 tonnes du port-abri.

On comprend que le directeur des Folies Bergères hésite à autoriser Michel à emmener son épouse, à Alger. Le voyage aller et retour, Paris-Marseille, coûtait, à l'été 1937, 1260 francs et Marseille–Alger, 2331 francs, soit 3591 francs en tout. Pour un couple, il s'agissait d'un coût total de 7182 francs, soit plus de 4000 euros actuels ! Paris-Alger AR est autour de 150 euros en 2017 et c'est un vol direct; le voyage aérien s'est vraiment démocratisé.

Le second exemplaire du H.242, "F-AMUL", fut construit en 1932 et fit son premier vol en mars. On remarque que ni les fuseaux moteurs, ni les moteurs ne sont carénés. Commandé à l'origine par Air Union, pour son réseau méditerranéen, il sera exploité par Air France, après la fusion en 1933 des deux compagnies. Le 22 décembre 1933, le F-AMUL baptisé "Ville d'Alger", décolla de l'hydrobase de Marseille-Marignane pour effectuer la première liaison avec Alger, après une escale de 30 minutes à Alcudia, aux îles Baléares. Le voyage durait 8 heures en tout et la fréquence de cette ligne (n° 493) fut quotidienne, à partir d'avril 1934. Le 23 mars 1935, sa cellule fut légèrement endommagée quand une rafale de vent le précipita contre la grue de Marignane, au bout de laquelle il était suspendu ! Le 27 janvier 1939, il fut contraint de faire escale pendant 5 heures, à Tarranova en Sardaigne, sur la ligne (n° 481) Marseille-Ajaccio-Tunis, suite à une mauvaise météo. A la déclaration de la guerre, il fut immobilisé et sera réformé le 30 juin 1941, avec 3363 heures de vol au compteur.

 

Christian Santoir

*Film disponible sur priceminister

SITUMAIMES.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 10/08/2018 : 17:56
Dernière modification : 10/08/2018 : 17:56
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 199 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !