En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2019

End of the spear

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

END OF THE SPEAR

 

Année : 2005
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée : 1 h 48 min.
Couleur

Directeur : Jim HANON
Scénario : Bill EWING, Bart GAVIGAN

Acteurs principaux :
Louie LEONARDO (Mincayani), Chad ALLEN (Nate Saint / Steve Saint), Jack Guzman (Kimo), Christina SOUZA (Dayumae), Chase ELLISON  (le jeune Steve Saint), Chemo MEPAQUITO (Gikita), Ninabet BEDOYA (Gimade).

Musique : Ronald OWEN     
Photographie : Robert DRISKELL
Producteurs : Bill EWING, Bart GAVIGAN, Mart GREEN
Compagnies productrices : Every Tribe Entertainment, Bearing Fruit Entertainment, Toy Gun Films.

Les avions :
-Piper PA-14 Family Cruiser, N5156H, c/n 14-28
-Cessna 172N Skyhawk II, HP-762, c/n 17270342
-Cessna 185
-Bell 47G

Notre avis :

"End of the spear" sorti en 2005 est une sorte de docu fiction revenant sur un fait tragique, l'assassinat de cinq missionnaires chrétiens par des Indiens amazoniens, les Waorani, le 8 janvier 1956, dans la forêt équatorienne. Ce fait divers eut un très grand retentissement et, en plus d'articles de journaux, fit l'objet de livres comme "Through Gates of Splendor" d'Elisabeth Elliot, paru en 1957, "End of spear" écrit par Steve Saint en 2005 et plusieurs films documentaires, comme "Beyond the gates of splendor" paru en 2004, incluant des interviews des membres des familles des missionnaires tués, mais aussi des Waorani. Certains événements évoqués se retrouvent dans ce film et des extraits y apparaissent lors du générique de fin. "End of spear" sortit donc en 2005 pour commémorer le 50éme anniversaire de la mort des cinq missionnaires.

Le film raconte l'histoire de l'"opération Auca", dans laquelle des missionnaires chrétiens américains essayaient d'évangéliser les Waorani (appelés également Auca), un peuple de la forêt dense du versant amazonien de l'Equateur. L'histoire est vue sous l'angle de Steve Saint, le fils de Nate Saint, l'un des missionnaires tués et de Mincayani, un des indigènes qui prit part à l'attaque. Les deux finirent par établir un lien d'amitié qui dure encore..

Le film commence avec les luttes mortelles que livrent les Waorani avec les autres tribus indiennes pour des raisons de défense de territoire. Ces hommes sont sans pitié et transpercent de leurs lances femmes et enfants ! Puis, on découvre Nate Saint, un missionnaire qui vit avec sa femme et son jeune fils Steve, au bord d'un petit terrain d'aviation, en pleine forêt. Steve est à la recherche des Waorani qu'il finit par découvrir. Avec des collègues, il décide de communiquer avec eux en leur envoyant des cadeaux dans un seau suspendu à son avion par un long câble. Cela semble marcher, car les Waorani leur envoient également des cadeaux par le même moyen. Nate Saint décide alors de se poser sur une bande sableuse en bordure d'un fleuve. Lui et ses camarades y établissent un camp appelé "Palm Beach" ! Les premiers contacts se passent bien, jusqu'au jour, ils sont tués à coups de lances par des guerriers sortis de nulle part. Les corps de missionnaires sont retrouvés peu après, par une mission militaire américaine. Après un moment de désespoir, la femme et la sœur de Nate, Rachel et les épouses des autres missionnaires tués, décident de pardonner et de poursuivre l'œuvre de leur maris et frère. La femme d'un missionnaire et Rachel décident de retourner dans la jungle et d'aller vivre avec les Waorani, à leurs risques et périls. Elles parlent quelques mots de Waorani et avec l'aide de Dayumae, une femme Waorani qui avait fui sa tribu après le meurtre d'un de ses parents, elles montent un campement. Grâce à une communication radio, elles peuvent se faire ravitailler par des avions. Elles prennent soin des enfants et des malades, au grand étonnement des guerriers. Ces derniers finissent par les accepter. La femme de Nate et son fils Steve les rejoignent. Quelques années plus tard, en 1994, Steve se rend à l'enterrement de sa mère restée au milieu des Indiens. Il retrouve les Waorani qui se sont convertis au christianisme et ont changé de mode de vie. Il apprend de l'un d'eux, Mincayani, qui a participé aux meurtres des missionnaires, ce qui s'est vraiment passé, en 1956. Ils vont sur les lieux du drame et retrouvent une partie de l'épave de l'avion de Nate Saint. Mincayani lui confie même que c'est lui qui a tué son père ! Malgré un premier moment de colère, Steve se reprend et lui pardonne. La famille de Steve va faire désormais partie de la famille de Mincayani.

Ce film, produit par des sociétés à caractère religieux, est, à l'évidence, une œuvre de propagande chrétienne. Pourtant, il est très discret sur la pratique du culte : pas de messe, de prières, de chants ou de prêches, l'accent étant mis sur l'empathie, la charité, l'entraide.

"End of the spear"  sera apprécié diversement. Les croyants aimeront l'histoire de ces vrais martyrs (dont l'un portait un nom prédisposé, "Saint"...) qui voulaient apporter la parole du Christ chez un peuple barbare, pétri de violence, mais qui trouvera la paix, par la grâce de Dieu, et par l'abnégation de quelques hommes et femmes. Mais certains estimeront qu'il n'est pas bon de vouloir faire le bonheur des gens malgré eux et qu'il faut laisser les sociétés différentes des nôtres, vivre leur vie, selon leurs règles, quelles qu'elles soient, sans leur imposer des principes totalement étrangers à leur culture. Les missionnaires chrétiens sont, en outre, accusés d'avoir ouvert la voie aux colonialistes ou aux grandes compagnies minières... Le problème est que nous vivons tous sur la même planète, où l'espace (géographique, politique, médiatique) est de plus en plus restreint; nous sommes tous emportés dans le même fleuve, appelé la "mondialisation", qu'on le veuille ou non, et nager à contre courant est toujours mortel. Tôt ou tard, si tu ne vas pas vers les autres, les autres iront à toi, et on n'a pas besoin d'aller en Amazonie, pour s'en rendre compte...

En Amazonie, hier comme aujourd'hui, la parole de Dieu vient effectivement du ciel. Le meilleur moyen de se déplacer dans une espace où les routes sont rares, est l'avion. Il est donc une des vedettes du film. Nate Saint, faisait partie de l'association MAF (Mission Aviation Fellowship) qu'il rejoignit en 1948, après avoir servi dans l'USAAF en tant que pilote. MAF fournit toujours des services de transport aux missionnaires, mais aussi des traducteurs, des conseillers, des linguistes. Elle effectue également des évacuations sanitaires et assiste de multiples associations missionnaires, des hôpitaux de brousse, partout dans le monde. Comme ses services impliquent l'utilisation de pistes sommaires et difficiles d'accès, MAF entraîne son personnel à pratiquer des atterrissages et des décollages courts (STOL), et lui enseigne d'autres techniques de vol spéciales.

Le tournage eut lieu en janvier-avril 2004, en grande partie au Panama, où furent reconstitués, au bord du lac Gatun, non loin de Gamboa, la maison et le petit terrain de Nate Saint, qui étaient en réalité situés à Shell Mera (Equateur), une petite ville créee avant guerre, en pleine forêt, par la société pétrolière Royal Dutch Shell Company, dont de nombreux employés furent tués par les Indiens des environs...


Les avions du film :

L'avion joue un grand rôle dans ce film; c'est la "mule" des missionnaires. Une réplique de l'avion de Nate Saint devait donc être construite ou trouvée, pour figurer le Piper "N5156H (c/n 14166), appelé "56 Henry" (au lieu de 56 Hôtel) par Nate Saint. En 1956, cet avion appartenait à Alas de Secorro de Fullerton (CA). Ce type de monomoteur pouvait atterrir sur de courtes distances, dans de petites clairières. L'avion de Nate Saint avait aussi été massacré, à coups de machettes. Son épave, ou ce qui en restait, après être restée de nombreuses années dans un milieu extrêmement humide et subi les débordements du rio Curaray, a été récupérée en 1994 et elle est exposée au siège de l'association Mission Aviation Fellowship, à Napa (ID).

Les studios demandèrent à Steve Saint de leur fournir un avion. Finalement, il trouva un PA-14 Familiy Cruiser, stocké dans un hangar, dans le  nord du Minnesota, près du Great North Woods. Immatriculé "N4225H" (c/n 14-28), cet avion était inscrit depuis 1964, dans le Minnesota, ayant appartenu à Howard Hanifl de Robbinsdale, puis à George Grubich de Buhl, en 1971, et John Edba Ingebrigston d'Aitkin, en 2002. Il avait besoin d'une profonde restauration. Il fut acquit en avril 2003, et mis au nom de la société missionnaire, I-TEC (Indigenous Peoples Technology & Education Center) fondée par Steve Saint et basée à Denellon (FL). Steve voulut également lui faire retrouver son ancienne immatriculation "N5156H", qui appartenait à un Cessna 172, détenu par un aéroclub, la Valley Flyers Inc. de Salem (OR). Les dirigeants de ce club qui connaissaient l'histoire de Nate Saint, acceptèrent le transfert. Il fut donc aussitôt réimmatriculé "N5156H", toujours au nom d'I-TEC. Blanc à bandes rouges, il fut repeint en jaune comme le "N5156H", une couleur destinée à mieux le faire repérer en cas d'atterrissage forcé dans la jungle. Après plusieurs mois de travail, le "25H" ressemblait au "56H". C'est Steve Saint qui le pilote dans le film.

Une maquette grandeur nature, sans moteur, ni équipement, fut également construite pour doubler le "56h". Elle servit pour les prises de vue, au sol, pour certaine scènes filmées devant un écran vert (notamment celles où les missionnaires envoient des cadeaux aux Indiens, au moyen d'un petit treuil fixé à la porte de l'avion) et c'est la maquette qui fut endommagée par les Indiens, naturellement.

C'est un hélicoptère Bell 47G, entièrement kaki, portant l'étoile de l'USAF et aucune autre marque apparente, qui part la recherche des missionnaires (en 1956, l'United States Air Rescue Service de Panama participa aux recherches). Il est filmé en grande partie, derrière les arbres... Tout ce que l'on sait, c'est que son pilote, Rogellio Medena, cité dans le générique, faisait de l'épandage agricole avec un Bell-47G. Ce pourrait être un appareil fourni par la société panaméenne Helix Craft qui est mentionnée dans le générique de fin et dont le manager pilota pour le film.

Steve Saint se rend à l'enterrement de sa mère, avec un Cessna 172N Skyhawk II "HP-762" (c/n 17270342), construit en 1978, appartenant à la société panaméenne Bocas Air Adventure Corp. Il fut d'abord enregistré sous le matricule américain "N7378M", au nom de Cavico-Alamo Aircraft Sales Inc. (FL), puis exporté au Panama en 1978. Le 23 décembre 2007, il fut détruit après avoir heurté une montagne par mauvais temps, dans la région de Chiriqui, près de Boquete (trois morts et un blessé grave).

C'est un Cessna 185 qui largue des médicaments aux femmes des missionnaires. On ne voit que l'avant, avec les lettres "HG" de la fin de son matricule. Ce pourrait être un matricule panaméen ou américain, peut être un avion d'Helix ou de Mission Aviation Fellowship qui compta plusieurs Cessna 185 dans sa flotte.

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

ENDOFTHESPEAR.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 03/05/2019 : 08:06
Catégorie : - Films
Page lue 680 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !