En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Delta Force

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

DELTA FORCE
Vo. The Delta Force


Année : 1986
Pays : Etats-Unis
Genre : action
Durée : 2 h 5 min.
Couleur

Réalisateur : Menahem GOLAN
Scénario : James BRUNER, Menahem GOLAN

Acteurs principaux :
Chuck NORRIS (Scott), Lee MARVIN (Nick),  Martin BALSAM (Ben Kaplan), Joey BISHOP (Harry Goldman), Robert FORSTER (Abdul),  Lainie KAZAN (Sylvia Goldman).

Musique : Alan SILVESTRI     
Photographie : David GURFINKEL     
Producteurs : Yoram GLOBUS, Menahem GOLAN
Compagnie productrice : Golan-Globus Productions

Avions :
-Boeing 707-139B, N778PA, au sol
-Lockheed C-130H Karnaf, 4X-FBW
-Lockheed C-130H Karnaf, 4X-FBB
-Sikorsky CH-53Yas'ur
         

Notre avis :

Ce film de fiction s'inspire de deux événements réels, le détournement du vol 847 de TWA, le 14 juin 1985, et l'Opération Thunderbolt à Entebbe (Ouganda), le 4 juillet 1976.

Ce film, devait au départ être produit avec la coopération du fondateur de la "Delta Force", une unité des forces spéciales de l'US Army, le colonel Charles Beckwith. Les producteurs désiraient raconter l'histoire de l'Opération Eagle Claw, la tentative ratée de libération des otages de l'ambassade américaine en Iran, en 1979, mais en la modifiant, de façon à ce que la "Delta Force "remplisse sa mission avec succès... Le colonel abandonna ce projet.

Le film ouvre sur l'Opération Eagle Claw qui est annulée après le crash fatal d'un hélicoptère, la Delta Force évacuant dans des avions de transport. Le capitaine McCoy exprime son dégoût pour les politiciens et la hiérarchie militaire qui ont ordonné cette mission malgré ses risques avérés; il annonce sa démission. Cinq ans plus tard, un groupe de terroristes libanais détourne un avion d'American Travelways Airlines, le vol 282, parti du Caire pour New-York avec des escales à Athènes et Rome. A Athènes, deux terroristes pro-Khomeiny, appartenant à l'Organisation Révolutionnaire du Nouveau Monde,  prennent en otages les cent quarante quatre passagers et membres d'équipage et ils forcent le commandant Roger Campbell de prendre le cap de Beyrouth. Ils présentent aux Etats-Unis leurs exigences et menacent de tuer les otages, au cas où elles ne seraient pas acceptées. Ils séparent les hommes juifs, des autres passagers, puis, à Beyrouth ils les emmènent dans un quartier qu'ils contrôlent avec leurs complices. L'avion repart pour Alger où les femmes et les enfants sont libérés. Entretemps, la "Delta Force", commandée par le colonel Nick Alexander et McCoy, qui a repris du service avec le grade de commandant, est mobilisée pour résoudre la crise. A Alger, les commandos américains tentent d'attaquer l'avion, mais découvrent que les de terroristes sont plus nombreux que prévu et qu'il y a encore des otages masculins à bord, dont un, un plongeur de la Marine est tué. Les terroristes repartent vers Beyrouth. Là, les pilotes restent à bord, mais les passagers sont emmenés en ville. Renseignés par un prêtre orthodoxe sympathisant, les services secrets israéliens préparent une opération pour libérer les otages. Les Américains cherchent à identifier les leaders terroristes et à localiser les otages. Ces derniers finissent par être libérés et évacués vers l'aéroport, pendant que McCoy et son équipe cherchent le chef terroriste et les otages juifs. Un des membres du commando est gravement blessé, mais McCoy poursuit le chef terroriste et finit par l'abattre. De retour à l'aéroport, le commando prend possession de l'avion en tuant les gardes avec des armes munies de silencieux. Les otages embarquent à bord et l'avion commence à décoller quand McCoy survient sur une moto, avec laquelle il va détruire deux véhicules qui poursuivent l'avion sur la piste. Une fois McCoy hissé à bord, l'avion peut s'envoler vers Israël. Le commando blessé décède à bord, mais les otages saluent bruyamment les Américains. A Tel-Aviv, les otages sont accueillis chaleureusement par leur famille, pendant que la "Delta Force" embarque à bord d'un avion de transport à destination des Etats-Unis, acclamée par la foule.

Le film s'inspire beaucoup de l'autre film israélien "Opération Thunderbolt" (1976) dont certaines scènes ont été littéralement copiées. Faut-il préciser que si le déroulement des faits du vrai détournement du vol 847 de la TWA est à peu près bien exposé, la fin du détournement se passa très différemment. Le détournement fut attribué à l'Organisation des opprimés de la Terre, et l'avion décolla d'Athènes pour Londres via Rome. Pendant trois jours les otages et l'équipage furent retenus dans l'avion, à Beyrouth et Alger, où un passager, un plongeur de l'US Navy, fut effectivement tué. Trente neuf Américains furent retenus pendant trois semaines, puis relâchés quand les Israéliens, sous la pression des Etats-Unis, libérèrent sept cent soixante dix neuf prisonniers chiites, comme demandé. Une partie des otages fut emmenée en Syrie d'où ils purent repartir vers l'Allemagne. Ce furent donc les terroristes qui gérèrent la situation du début jusqu'à la fin et obtinrent ce qu'ils voulaient.

Le tournage commença en octobre 1985 et se déroula entièrement en Israël. Les scènes se déroulant sur les aéroports d'Athènes, de Beyrouth et de Tel-Aviv furent filmées sur l'aéroport international Ben Gurion de Tel-Aviv et dans sa partie militaire, la base aérienne de Lod. Une scène où un des terroristes sort d'un taxi, au début du film, fut filmée dans le terminal est de l'aéroport international d'Ellinikon à Athènes, alors que l'intérieur de l'aéroport a été filmé dans le terminal de Ben Gurion. L'aéroport de Jérusalem, aujourd'hui fermé, remplace celui d'Alger, dont le nom est inscrit sur la tour de contrôle.

L'USAF refusa de participer au tournage, suite à son principe de ne pas coopérer avec un film comportant le détournement d'un avion, ce qui conduisit la production à se tourner vers la force aérienne israélienne. Celle-ci fournit des avions et un hélicoptère mais n'est pas citée dans le générique…

Les avions du film :

Le générique ouvre sur une scène de combat en "Iran", où l'on voit, au sol, un hélicoptère en feu qui est une maquette (un peu trop anguleuse) d'un Sikorsky CH-53 Yas'ur (Pétrel). Peu après, on voit atterrir un autre CH-53, un vrai, avec un grand V peint à l'arrière du fuselage.

Les Américains rembarquent dans deux Lockheed C-130 Hercules peu visibles, de nuit. Ils décollent court à l'aide de fusées d'appoint. L'un d'eux porte sur la dérive le matricule israélien "4X-FBW". Il s'agit du C-130H Karnaf (Rhinocéros) ayant le code "406" (c/n 4686, s/n 75-0538) pris en charge par la force aérienne de l'Armée de Défense d'Israël en août 1976 et affecté au canaf (groupe) 28, basé à Nevatim. Il est toujours en activité. L'avion porte un drapeau américain sous le cockpit et la cocarde israélienne est masquée par l'insigne de la Delta Force, à l'arrière du fuselage.

Le commando est transporté à Beyrouth par un autre C-130 portant le matricule "'4X-FBB" qui devient parfois "14X-FBB". Selon certaine sources, il s'agirait d'un faux matricule, l'avion du film étant bien un C-130 israélien, mais portant le numéro de série "89-9106". Le problème est que ce serial correspond à un C-130H2 (c/n 382-5223) pris en charge par l'USAF en avril 1991, cinq ans après la fin du tournage. Il appartient toujours à l'USAF et n'a jamais été transféré à l'armée de l'air israélienne.

Le "4X-FBB" (s/n 71-1375 c/n 382-4431), livré à la force aérienne israélienne en novembre 1971, est entré en service avec le code "06" et le matricule "4X6JUB", au sein du 120 squadron, puis le code "106" avec le 103 squadron ("Les éléphants") de Nevatim. Réimmatriculé "4X-FBB", l'avion transporta, le 3 juillet 1976, avec trois autres C-130,  les commando parti libérer les otages, dans le cadre de l'opération Entebbe. En 1977, il apparait dans le film israélien "Opération Thunderbolt" traitant de la même opération. En janvier 1978, il est prêté à IAI (Israeli Air Industries) pour quelques mois. Retourné au 103 squadron, l'avion resta en service jusqu'en mars 2009, date de sa réforme. L'avion fut stocké à Nevatim et mis en vente; il l'était toujours en 2012.

Dans le film, le C-130 ne porte aucun camouflage, comme en février 1988, quand il fut aperçu sur l'aéroport de Schiphol (Danemark).

L'avion qui figure le Boeing 727-231 (N64339) du vol 847 de la TWA qui fut détourné, est un Boeing 707-139B de la compagnie fictive ATW (American Travelways Airlines), un anagramme de TWA. L'avion qui est resté aux couleurs de son dernier utilisateur, la compagnie israélienne MAOF Airlines, fut d'abord repeint avec la marque d'American Transworld Airlines, puis American Travelways Airlines, pour éviter tout problème avec TWA. Il fut loué à Golan-Globus Productions alors qu'il était stocké à Tel-Aviv, peu après le détournement de l'avion de la TWA. Des scènes ont été tournées dans le vrai cockpit et la vraie cabine.

Ce Boeing 707 ancien, construit en 1960, était d'abord prévu pour Cubana Airlines, mais il ne fut pas livré, suite à l'embargo américain. Il fut donc cédé en mai 1960, à Western Airlines (N74613) qui dès septembre 1962, le rendit à Boeing. Il fut alors loué en décembre 1962 à Pan American World Airways (Pan Am) qui l'acquit en février 1964 (N778PA) avec le nom de "Skipper Skylark". Entre février et décembre 1974, il fut loué à la compagnie turque THY (Turk Hava Yollari) (TC-JBE). En juillet 1975, Pan Am vendit l'avion à la compagnie charter Pan-Ayer qui le revendit rapidement, en janvier 1976 à la compagnie anglaise Transasian Airlines qui va louer l'avion à de nombreuses compagnies successives : Bangladesh Biman (S2-AAL) en avril 1976, SaudiArabian Airlines (immatriculé au Ghana, 9G-ACJ), en juin 1977, Merpati Nusantara Airlines en octobre 1977, Bahamas World en décembre 1977, Ariana Afghan Airlines et Aer Lingus, en mars 1978, Olympic Airlines en mai 1978, Mandala Airlines en janvier 1979. En avril 1979, le 707 sera réimmatriculé en Angleterre "G-TJAA" et continuera à être loué, à British Caledonian, en juin 1979, Egyptair en novembre 1979. En août 1980, il fut vendu à Grand E. Sita avec son ancien matricule "N778PA" qui le loua, en septembre 1982, à la compagnie charter israélienne MAOF Airlines qui le sous-loua à El Al Israel Airlines, en octobre 1982. L'avion, retiré du service commercial en décembre 1984, et rendu à G.E Sita, sera alors vendu en mai 1985 à Jet Avionics System qui le louera à la production, pour le tournage du film. Dès février 1986, l'avion fut revendu à la société américaine Aerocar Aviation de Miami (FL), puis à Boeing Military Aircraft Company, le 20 mars 1986, pour servir de source de pièces détachées pour l'entretien de Boeing KC-135. L'avion fut ferraillé en octobre 1992 sur la base de Davis-Monthan (KS), après avoir été incendié par accident.

Sur une base israélienne, le commando américain s'entraîne sur la cellule d'un vieux Boeing 707 dont le fuselage porte encore la marque d'Intercon Air Ireland, avec le drapeau irlandais. Il s'agit d'un ancien 707-430 de la Lufthansa, pris en charge en mars 1961 (D-ABOG). En octobre 1976 il fut vendu à vil prix, à Marshall Landy, l'associé de Henry "Hank" Warton, un pilote mercenaire qui s'illustra pendant la guerre du Biafra. L'avion fut transféré à Miami où était installée leur société; il fut alors transformé en cargo, notamment pour faire du transport de bétail vers l'Amérique du sud, avec le matricule "N9985F". En 1976 et 1977, il était exploité par leur compagnie paravent Air Trine. En mai 1977, l'avion fut loué à la société new-yorkaise International Air Leases qui le sous-loua à Nigeria Airways en décembre, pour le pèlerinage de La Mecque, de mai à novembre 1978, à Intercon Air Ireland et en septembre 1979 à Inter Aero Services. En 1979, le matricule anglais G-BGFB fut retenu pour l'avion mais il ne fut pas pris. Vu son mauvais état d'entretien, l'avion fut bloqué au sol en octobre 1979, à Manston, en Angleterre, où était basée la compagnie Invita Aircraft Engineering chargée de sa maintenance. Cela ne l'empêcha pas de quitter Manston et d'effectuer des missions de transport vers Sanaa (Yémen). En août 1980, le 707 fut réenregistré au nom d'Anderson Aviation, une société de Warton et immatriculé en décembre, "3C-ABH" au nom de Bata International, une compagnie charter équato-guinéenne éphémère (1981-1983), une compagnie de complaisance…En mars 1982, l'avion fut vendu à Israel Aircraft Industries qui le loua à Air Sinaï qui effectuait des vols entre l'Egypte et Israël. L'avion fut définitivement réformé en mars 1984 sur l'aéroport de Tel-Aviv, où il servit de cellule d'instruction. Il conserva curieusement, jusqu'en 1986, les marques délavées d'Intercon Air, vieilles de huit ans, et pas celles d'Air Sinaï. Il aurait été ferraillé depuis.

Quand le Boeing 707 d'ATW revient à Tel-Aviv avec les otages, il est escorté par quatre McDonnell Douglas A-4 Skyhawk / Ahit, un avion qui n'est plus en service, depuis 2008.

Enfin, sur le véritable aéroport d'Athènes-Hellinikon, au début du film on aperçoit un Boeing 727-51 de la compagnie allemande JetAir, et un Boeing 737 de Transavia Holland.


Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

DELTAFORCE.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 20/03/2020 : 08:04
Catégorie : - Films
Page lue 94 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !