En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Fille de l'air (La)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LA FILLE DE L'AIR

 

Année : 1992
Pays : France
Genre : drame
Durée : 1 h 43 min.
Couleur

Réalisateur : Maroun BAGDADI
Scénario : Maroun BAGDADI, Dan FRANK et Florence QUENTIN, Nadine VAUJOUR

Acteurs principaux :
Béatrice DALLE (Brigitte), Thierry FORTINEAU (Daniel),
Hippolyte GIRARDOT (Philippe), Roland BERTIN (Maître Lefort), Jean-Claude DREYFUS (Marcel), Jean-Paul ROUSSILLON (Raymond), Catherine JACOB (Rose)

Photographie : Thierry ARBOGAST
Musique : Gabriel YARED
Producteur :     Jean-Claude FLEURY        
Compagnie productrice : Canal+, CiBy 2000, Sofica Investimage 4, TF1 Films Production

Les aéronefs :

-SNCASE SE.313B Alouette II, F-GHTO, c/n 1021
-SNCASE SE.313B Alouette II, F-GIJK, c/n 1087
-Sud Aviation SE.3130 Alouette II, F-GIJN, c/n 1345

En arrière plan :
-Agusta-Bell 206B Jet Ranger III, F-GCVY, c/n 8623
-Aerospatiale AS.350B Ecureuil, F-GIJP, c/n 1672
-Aerospatiale AS.350BA Ecureuil, F-GCQD, c/n 1357
-Beech 200C Super King Air, F-GIMD c/n BL-11
-Gates Learjet 25B, F-GIMD, c/n 25-182
-Piper PA 28RT-201T Arrow IV, F-GETG, c/n 28R 8218009
-Piper PA 28R-200 Cherokee Arrow II, F-GALH, s/n 28R7635283
-Reims Aviation / Cessna F-172M, F-GEJZ, c/n 1099
-Robinson R-22 Beta, F-GGFZ, c/n 0838

Notre avis :

"La Fille de l'air" est un film qui s'inspire de l'évasion de Michel Vaujour de la prison de la Santé , à bord d'un hélicoptère piloté par son épouse, Nadine, le 26 mai 1986. Le scenario a été écrit à partir du livre de Nadine Vaujour "La fille du l'air", publié en 1989, dont le film emprunte le titre.

Daniel écope de dix-huit ans de prison pour vol à main armée et pour meurtre. Pour l'avoir caché, quand qu'il était en cavale, son épouse, Brigitte, est également incarcérée. Elle accouche en prison. Son avocat parvient un peu plus tard à la faire libérer. Brigitte ne croit pas que l'homme qu'elle aime est un tueur, car c'est un non violent. Elle décide alors de le faire évader. Après six ans de prison, son frère Philippe, auquel elle est très attachée, est libéré. Bien que marié et père d'un enfant, il replonge rapidement en participant à un holdup qui tourne mal; il meurt carbonisé dans son véhicule. Brigitte cherche quelqu'un pour l'aider; elle se rapproche d'un cousin de Daniel mais celui-ci est abattu par la police alors qu'il fuyait après un cambriolage. C'est alors que Brigitte à l'idée de piloter un hélicoptère pour faire évader Daniel, l'amour de sa vie. Avec l'aide des relations de Daniel, elle peut prendre des leçons de pilotage sous une fausse identité. Elle obtient son brevet et peut donner rendez vous à Daniel. Le jour dit, elle enlève Daniel en survolant la cour de la prison de la Santé. Le film indique à la fin, qu'ils seront repris quatre mois plus tard…

Cette histoire incroyable d'une mère de famille ordinaire qui se transforme en pilote d'hélicoptère pour retrouver l'homme de sa vie et rendre un père à ses enfants, avait tout d'un scenario de cinéma. On remarque que Brigitte / Nadine n'a pas décidé de voler ou de détourner un hélicoptère, comme cela sera fait plus tard lors d'autres évasions aériennes; elle a payé ses cours de pilotage. Brigitte / Nadine vivait au milieu de délinquants multirécidivistes et la justice n'avait à lui reprocher que d'avoir caché et libéré son gangster de mari.

Elle avait obtenu une première licence de pilotage, sous son vrai nom, en 1983, à Athis-Mons (94). Lors de l'été 1985, après avoir suivi de nouveaux cours, elle obtint une deuxième licence à Annecy, sous un faux nom, avec comme moniteur René Romet. Elle déclara qu'elle pilotait alors un "vieux coucou, rouge coq qui a servi au tournage de Fantômas". Le seul hélicoptère qui correspondait à cette description, en 1985, à Annecy, était le Hiller UH-12B "F-BIFS" (c/n 249), vieux de 33 ans.

HILLER_FIBS.jpg
Le "vieux coucou rouge coq" en août 1985, à Bex (Suisse).

Dans les trois "Fantômas" tournés dans les années 60, seul "Fantômas contre Scotland Yard" (1967) montre un Hiller UH-12B, mais d'une couleur différente. En 1986, Nadine Vaujour était membre de l'aéroclub de Saint Cyr l'Ecole (77) et elle totalisait 47 heures de vol. C'est de ce terrain qu'elle décolla le 26 mai 1986.

L'exploit de Nadine aura des suites. En 1993, une nouvelle copine de Michel Vaujour, Jamilla, tentera par deux fois, en juin et août 1993 de le faire évader des prisons de Saint Maur (36) et Fresnes (94), non pas en apprenant à piloter, mais en prenant en otages des pilotes d'hélicoptère. Ce furent deux échecs…

L'évasion par hélicoptère n'a pas été imaginée par Nadine Vaujour. Elle s'est peut être inspirée d'une autre évasion par hélicoptère, celle du 27 février 1981 qui eut lieu à Fleury-Merogis et qui fut première et double évasion en hélicoptère d'une prison française. Il y en eut ensuite 17 (y compris celle de Nadine Vaujour) entre 1986 et 2018. On se rappellera aussi du film "L'évadé" (1977) avec Charles Bronson, basé sur la vraie évasion de Joël David Kaplan d'une prison mexicaine, le 19 août 1971.

La plupart des scènes aériennes ont été tournées sur l'aérodrome de Pontoise-Cormeilles. La scène de l'évasion a été filmée à Hagenau (devant l'ancienne maison centrale) et aussi à Paris, au-dessus du périphérique sud, où l'hélicoptère contourne le clocher de l'église du Sacré Coeur de Gentilly, avant d'atterrir devant le bâtiment de la cité universitaire.

Les avions du film :

Le premier hélicoptère aperçu, se posant de nuit tous feux allumés, est un Agusta-Bell 206B Jet Ranger III  (F-GCVY, c/n 8623) que l'on reverra plusieurs fois, en arrière plan, sur le terrain de Pontoise-Cormeilles.

Construit en 1981, il appartenait à la société Tactical System, une structure de formation spécialisée pour les forces de l'ordre, les militaires et professionnels de la sécurité intérieure. On voit d'ailleurs un homme armé assis sur le rebord de la porte arrière gauche qui a été enlevée. Après avoir été entreposée pendant un certain temps à Leeuw-Saint-Pierre, en Belgique, cette machine fut de nouveau active avec la société de location Skytech de Lasne (13). Il fut vendu en Irlande, en juillet 2005, (EI-DKM) à la société Stelbury Ltd. En septembre 2010, l'école de pilotage suédoise Northern Helicopters International de  Jönköping l'acheta (SE-JNI). L'hélicoptère fut inscrit sur le registre roumain en décembre 2010 (YR-MRA) et mis au nom de la filiale de Northern Helicopters JAR-OPS, en 2011, mais l'appareil resta en Suède. Il revint sur le registre suédois (SE-JNI) en mars 2013. En 2014, il fut saisi par les autorités suédoises, suite à un problème d'entretien et vendu à un particulier qui entreprit sa restauration.

Mais les seuls hélicoptères utilisés par le tournage furent trois Alouette II.

La première avec laquelle Brigitte a son baptême de l'air, est le Sud Aviation SE.3130 Alouette II (F-GIJN, c/n 1345). C'est ancien appareil sorti d'usine en mars 1960, fut d'abord affecté à diverses unités de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre) à Montauban, Clermont-Ferrand, aux Mureaux, à Lille. Il fut réformé en mai 1991; acquis en juillet, par un particulier il fut basé à Issy-les-Moulineaux.

Brigitte est lâchée sur le SNCASE SE.313B Alouette II tout blanc, (F-GHTO, c/n 1021) avec lequel elle va faire évader Daniel, vers la fin du film. L'hélicoptère ressemble bien à l'original qui participa à la vraie évasion, l'Aerospatiale SA.318C Alouette II "F-GEFE" (c/n 2033).

Construit à la Courneuve en décembre 1956, le "F-GHTO" fut lui aussi affecté à l'ALAT avec les matricules F-MMDI, F-MCXA, F-MCDL, F-MBEK, F-MBFN, et réformé en mai 1991. La société Héli Avia devait d'abord l'acquérir, mais ce fut C.L.Copter d'Issy-les-Moulineaux qui l'acheta en octobre 1991. C'est alors qu'il participa au tournage. Il eut ensuite plusieurs utilisateurs, Pyrénées Hélico Services, Aquitaine Hélicoptères et enfin Héli Bresse, en juillet 2002, basé à Bourg-Ceyzeriat. Il a été rayé des registres en octobre 2006, après 50 ans de service…

Brigitte passe son brevet en survolant des montagnes enneigées (ou ?) aux commandes du SNCASE SE.313B (F-GIJK, c/n 1087/14C) de Trans Hélico Service d'Issy les Moulineaux. Construit en 1957, il fut livré à la Gendarmerie Nationale avec le matricule F-MJSA et basé à Lyon, puis F-MJAH, en 1959, basé à Rennes-St Jacques. Réformé en décembre 1989, il fut acquis par Eurotranslation d'Issy les Moulineaux en décembre 1990 (F-GIJK), puis Trans Helico Services en 1991. On note qu'il a conservé la décoration bleu foncé à bandes blanches de la Gendarmerie et que le logo de la compagnie a été collé sur la cocarde nationale. L'hélicoptère fut transféré à Trans Hélico Caraïbes en 1997 et basé à Saint Martin et Saint Barthelemy. En mai 2013, l'hélicoptère démonté était dans les réserves du Conservatoire de l'Air et de l'Espace d'Aquitaine, à Bordeaux-Mérignac. En 2020, il serait en cours de restauration avec des pièces d'une autre Alouette II.

Sur l'aéroport de Pontoise-Cormeilles, sont aperçus en arrière plan, de très nombreux avions et hélicoptères appartenant à des particuliers ou à des sociétés :

-un Aerospatiale AS.350B Ecureuil (F-GIJP, c/n 1672) de la société immobilière Foncimo SAS, de Lyon Bron. Il commença sa carrière en Colombie (HK-3152X, HK-3152E) avant d'être rapatrié en France Il sera exploité en 2005, par Proteus Helicoptères et Azur Helicoptères, à partir de 2007.

-un Aerospatiale AS.350BA (F-GCQD, c/n 1357) construit en septembre 1980, il fut d'abord acquis par la société Bail Equipement de Cannes. Il était exploité par Héli Transport de Cannes en 1984, Proteus Helicoptères en 1997, par la compagnie monégasque Monacair (3A-MLD) en juin 1999, et Héli Air Service de Chambéry, en mars 2002 (F-GNBP).

- un Robinson R-22 Beta (F-GGFZ, c/n 838) de CM-CIC Bail, basé à Issy Les Moulineaux depuis septembre 1989. En août 1988, il avait été immatriculé à Monaco (3A-MTU) au nom de Dickinson Industries.

- un Piper PA 28RT-201T Arrow IV (F-GETG, c/n 28R-8218009, ex N8040A) d'un particulier de Pont sur Yonne, depuis septembre 1987. En 2010, il appartiendra à l'Aéro-club de Libourne, puis à LGP Aviation, en 2015, basé à Valenciennes-Denain.

- un Piper PA 28 R-200 Cherokee Arrow II (F-GALH, s/n 28R-7635283, ex N75194) d'un particulier, basé à Cormeilles en Vexin, depuis 1976.

- un Reims Aviation / Cessna F-172M (F-GEJZ, c/n 1099) de l'aéroclub Hispano Suiza de Pontoise Cormeilles-en-Vexin, depuis avril 1987. Entre 1973 et 1974, l'avion était à Abidjan en Côte d'Ivoire avec le matricule français "F-OVCT", puis, il fut immatriculé localement (TU-TGT) avant de revenir en France.

- un Gates Learjet 25B (F-GFMZ, c/n 25-182), de la société financière Soder Bail, basé à Coulommiers-Voisins, entre mai 1989 et 1994. Il serait exploité par la compagnie Aerope 3 S de Pontoise. Il fut d'abord livré en 1974 à la compagnie canadienne Execaire de Dorval C-GLBT). En juillet 1983, il fut exporté aux USA, acquis par Dee Howard Aircraft Sales (N4300L), puis par Paul Rochester Investments Co. en février 1984, Kirkham Aviation Inc. en juin 1986, General Aviation Services Inc. en décembre 1986, la compagnie Aero Corse, en décembre 1988 (F-GFMZ). En août 1994, il retourna aux Etats-Unis, acquis par Jetlease Finance Corp. (N225JL), puis en janvier 1997, par la compagnie Midatlantic Jet Charters Inc. Réimmatriculé en mars 1999 (N99MC), il fut racheté en mai 2004 par Air Ambulance Aircraft Inc. de Sarasota (FL), compagnie avec laquelle il est toujours en activité..

-autre avion aperçu, le Beech 200C Super King Air (F-GIMD c/n BL-11) inscrit au nom de Air Dragona Holdings et basé au Bourget entre mars 1990 et avril 1997. Il commença sa carrière en août 1980, en Allemagne (D-INEF) au nom du Dr. E. Ziegler. En octobre 1985, il est exporté aux Etats-Unis, vendu à Consolidated Airways Inc (N41JK), avant de retourner en Europe, en France, exploité par la société Location Moderne-Leasing Air. En avril 1997, il partit en Hollande, acquis par Schreiner Airways (PH-SKP), puis retourna en France avec la compagnie charter Regourd Aviation, en octobre 2001 (F-GRSO). Dès décembre 2001, il fut revendu à ManagAir de Jujurieux (01). En juin 2011, il partit en Nouvelle Calédonie, chez Air Loyauté. Il fut accidenté le 9 septembre 2014, à l'atterrissage à Nouméa, et sera radié des registres en mai 2016.


Christian Santoir


*Film disponible sur amazon.fr

LAFILLEDELAIR.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 04/04/2020 : 08:41
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 269 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !