En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Parade de l'adieu (La)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LA PARADE DE L'ADIEU
Vo. Alerta en el cielo

 

Année : 1961
Pays : Espagne
Genre : mélodrame
Durée : 1 h 40 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Luis César AMADORI
Scénario : Manuel TAMAYO

Acteurs principaux :
Pablito CALVO (Miguelito Ramos), Antonio VILAR (Colonel Richard Weston), Peter DAMON (Comandant Arthur Wright), Alfredo MAYO (Colonel Carlos Gadea), Eulália del PINO (Pilar), José Marco DAVO (Dr. Luis Medina), Fernando SANCHO (Sergent Montebello)

Musique : Gregorio García SEGURA
Photographie : Alfredo FRAILE...     
Producteur : Juan Jesús BUHIGAS
Compagnie productrice : Buhigas Films, Suevia Films - Cesáreo González

Les avions :
-CASA 352L, en arrière plan
-Convair F-102A Delta Dagger (dont les FC-449, 980, s/n 55-349, 56-0980)
-Convair TF-102A (FC-438, s/n 55-3438)
-Douglas C-47A, en arrière plan
-De Havilland L-20A Beaver, en arrière plan
-HA-1112M.1L Buchon, en arrière plan
-Lockheed T-33A (dont le "E.15-44'', s/n 57-658)
-North American F-86F Sabre, en arrière plan
-North American B-45A Tornado (BE-069, s/n 47-069), au sol
-Sikorsky H-19B Chickasaw  (s/n 52-7507)

Extraits de stock-footages :

-Boeing B-47E   
-Boeing KB-50J  
-Boeing B-52C,
-Boeing KC-97G Stratofreighter
-Convair F-102A
-Lockheed F-104A Starfighter (dont le FG-736, s/n 56-736)
-Martin B-57 Canberra
-North American F-100 Super Sabre (dont le FW-3949, s/n 56-3949)
-McDonnell F-102 Voodoo
-Nord 1500 Griffon II
-SAAB 35 Draken

Notre avis :

Ce film est sorti huit ans après la signature du Pacte de Madrid, en septembre 1953, signé par Franco et le président américain Eisenhower, accordant à l'Espagne du matériel militaire et une aide économique, en échange de l'installation de trois bases aériennes de l'USAF construites en 1954, à Torrejón, Morón et Saragosse, où eut lieu le tournage.

Le film a bénéficié de la coopération des forces aériennes espagnole et américaine, citées dans le générique. Le scénario est centré sur l'amitié hispano-américaine, autour de l'histoire d'un jeune garçon gravement malade que les Américains vont essayer de sauver.

Un enfant de Saragosse a besoin, avec la plus grande urgence, d'un médicament difficile à trouver en Espagne, préventif de la maladie dont il souffre, la leucémie. Le colonel de la base aérienne de l'USAF de Saragosse, où travaille son père comme mécanicien, paralyse les services du jour pour rechercher, avec un grand sens humanitaire, des médicaments dans toutes les bases aériennes européennes. Il le trouve, après de laborieuses négociations, à la base américaine de Wiesbaden. Un chasseur à réaction apporte le médicament à Saragosse et le garçon, semble, momentanément, sauvé. A partir de ce moment, des relations amicales se nouent entre le garçon et les aviateurs de la base, dont beaucoup donnent leur sang pour lui. Tous les membres de la base se mettent en quatre pour rendre la vie du garçon plus heureuse. Miguel est un passionné d'aviation et ne rêve que de monter à bord d'un avion et de voler. Il va pouvoir réaliser son rêve grâce à un pilote. Mais le médicament apporté de Wiesbaden ne sert qu'à une amélioration temporaire. Après un certain temps, l'enfant tombe de nouveau malade et les médecins assurent qu'il n'a plus de remède. Après une parade grandiose qui lui est offerte, l'enfant se sent mal et il est évacué vers Madrid. Il meurt peut après. Les Américains qui on tout fait pour lui, en sont bouleversés.

Nous avons un intérêt particulier pour ce film, non pas pour sa qualité, plutôt médiocre, mais surtout parce qu'il nous rappelle, notre propre jeunesse. A l'âge de Miguel, mon père travaillait à la base américaine de Châteauroux Air Station (CHAS). Entre 1954 et 1967, il fut d'abord Fire inspector, puis Ground Safety engineer. Ses collègues et amis étaient des colonels, des majors, des pilotes de chasseurs ou d'avion de transport. C'est ainsi que je pouvais visiter les bases de la Martinerie et de Déols, et même m'asseoir (comme Miguel) dans des T-33, F-86 et F-100 et également dans le cockpit (haut perché) d'un Douglas C-124 Globemaster (surnommé Old shaky par ses pilotes). Déjà passionné d'aviation depuis mon baptême de l'air, reçu à 4 ans, j'achetais mes boites de maquettes d'avion (Revell) au PX de la base. Mais je n'ai jamais été, comme Miguel, l'idole de la base (j'étais en bonne santé) et je n'ai jamais porté l'uniforme avec le grade de senior airman. C'est peut être là que la réalisateur en fait trop.

Que les Américains cherchent un médicament pour guérir Miguel, un fils d'un de leurs employés, c'est tout à fait possible, qu'il fasse une promenade en hélicoptère, c'est également possible, à titre exceptionnel (les civils ne pouvaient voler dans les avions de l'USAF que s'ils étaient employés de la base, avec un ordre de mission). De là, à déclencher une parade aérienne gigantesque, avec chasseurs, bombardiers, ravitailleurs en vol, en appuyant sur un simple bouton…

Il est évident que l'USAF est mise en avant, la force aérienne espagnole apparaissant de façon fort timide, en arrière plan. Le film veut souligner la découverte par les gens de Saragosse des Américains, des gens venus d'un autre pays, ou plutôt d'un autre monde, avec leurs grosses voitures colorées (Chevrolet Impala, De Soto, Studebaker, Buick..) contrastant avec nos petites voitures européennes aux couleurs ternes. Les Saragossains, comme les Castelroussins, découvraient les hamburgers, le Coca-Cola, le jeans, les cigarettes blondes (Pall Mall; Chesterfield, Camel..), le base-ball…Nous ne savons pas pour Saragosse (300 000 habitants en 1954), mais à Châteauroux, l'arrivée de 7 000 Américains dans une petite ville de 36 420 habitants, en 1954, qui, à l'époque, n'avait guère changé depuis George Sand, eut un impact très important sur la vie des Castelroussins, et la ville ne sera plus la même, quand les Américains la quittèrent en 1967.

Au moment du film, l'Espagne n'appartenait pas à L'OTAN, qu'elle ne rejoindra qu'en 1982. Mais on le voit, à Saragosse, était basé le 3974th Combat Support Group du SAC (Strategic Air Command). En juillet 1957, la base avait était transférée du Joint United States Military Group, Air Administration, au SAC Sixteen Air Force, avec pour mission de fournir un appui opérationnel aux bombardiers Boeing B-47 Stratojet, qui y étaient en alerte permanente. Ce rôle dura jusq'en1964, quand les B-47 furent retirés du service actif.


Les avions du film :

Les premiers avions vus dans ce film sont filmés au sol et du sol.

On aperçoit plusieurs North American F-86F Sabre espagnols, qui resteront en service jusqu'en 1974. Ils sont vus en arrière plan, de  trop loin pour distinguer le moindre code.

Il y a également plusieurs Lockheed T-33 espagnols, dont le  "2-44, E15-44", vu plus tard. Ce dernier T-33A-5-LO  (c/n 580-1307, s/n 57-658) fut livré à l'Espagne en mai 1958. Il changea de code plusieurs fois par la suite : "2-44", "732-44","102-44", "41-28". Réformé en juin 1980, il sera préservé sur la base de Saragosse.

Mais l'avion le plus souvent vu est le Convair F-102A Delta Dagger, au sol, comme en vol. Son cockpit aperçu (avec un volant et une vitre frontale !) ne correspond pas du tout au vrai. A part leurs codes et serials, ils ne portent en 1961, aucune décoration, sans l'emblème du 431st FIS, les "Red Devils", de la 65e division aérienne du SAC, peint sur la dérive, auquel ils appartenaient, une unité qui sera réformée en 1964. A la fin du film, on peut voir cet emblème sur le blouson d'un major. En 1959, le 431th FIS avait échangé ses F-86D contre les F-102.

On voit des F-102 tout au long du film, au décollage, à l'atterrissage et en vol, dont les :

-"FC-980", un 102A-55-CO (s/n 56-0980) qui connut plusieurs affectations : 317th FIS, 47th FIS, 431st FIS en 1961, 32nd FIS en 1964, 132nd FIS avec l'ANG du Maine, en 1969, 159th FIS avec l'ANG de Floride en 1971, 157th FIS avec l'ANG de la Caroline du Sud. Il sera réforme en 1974 et stocké à l'AMARC (Aerospace Maintenance and Regeneration Center, à Davis Monthan AFB, AZ). En juillet 1979, il fut converti en PQM-102B, en avion cible,  avec le numéro "747". Il sera abattu en mai 1980, au dessus du golfe de Mexico, par un missile envoyé à partir de la base de Tyndall AFB (FL).

-"FC-449", un F-102A-50-CO (s/n 55-3449) qui lui aussi eut un parcours bien rempli, presque identique au précédent :   31st FIS, 2nd FIS, 431st FIS en 1961, 4780th ADW (Air Defense Wing), 4756th ADW, ANG du Montana, ANG du Wisconsin, 123rd FIS de l'ANG de l'Oregon, 102nd FIS de l'ANG de New-York. Réformé en 1974 et stocké à l'AMARC; converti en PQM-102B avec le numéro "741" en 1979. Il sera battu au dessus du golfe du Mexique par un missile envoyé à partir de la base de Tyndall AFB (FL) en janvier 1981.

Miguel monte à bord d'un TF-102A, la version d'entraînement biplace côte à côte du F-102A; celui-ci porte le code "TC-438" (s/n 55-3438). Il fut d'abord affecté au 323rd FIS, puis au 86th FIS, au 496th FIS, au 2nd FIS, au 431st FIS, en 1960, 32nd FIS en 1963, au 4780th ADW, à l'ANG du Maine, au 132 FIS, à l'ANG du Wisconsin, au 176th FIS. Réformé en mai 1968, il sera radié des listes en mai 1968 sur la base de Truax Field (WI).

Extrait d'un document d'archives, on voit en vol, un Lockheed F-104A de l'USAF avec le code "FG-736", lui aussi avec une fausse planche de bord. Ce F-104A (s/n 56-736) réapparaitra en 1968 dans le film, "The bamboo saucer". Il fut converti en JQF-104A, puis en drone QF-104A, en service au sein du 3205th Drone Squadron, sur la base d'Eglin AFB (FL). Il fut abattu par un missile après son cinquième vol sans pilote, le 4 octobre 1962..

On voit, au sol un North American B-45 Tornado en train de brûler. Ce  B-45A-5-NA Tornado (s/n 47-069) avait été affecté entre 1953 et 1953 au 87th BS (47th BG). Réformé en août 1958, sur la base de la RAF de Sculthorpe, il fut envoyé à Saragosse, pour servir à l'entraînement des pompiers, une scène que l'on voit dans le film (en direct ?).

Dans un hangar, sont regroupés plusieurs De Havilland L-20A Beaver dont le "***38", ce qui n'est pas suffisant pour l'identifier.

Quand Miguelito, dans le taxi de son grand père, circule sur la grande base de Saragosse, on voit passer devant eux (de loin), un CASA 352L (Ju-52/3m), qui restera en service jusqu'en 1978, et un chasseur HA-1112M.1L Buchon, en service jusqu'en 1965. Ce sont des avions qui équipaint l'armée de l'air espagnole avant l'arrivée de l'aide américaine...

Miguel fait un petit tour en hélicoptère, dans un Sikorsky H-19B Chickasaw "27507" (s/n 52-7507, c/n 55565) pris en charge par l'USAF en novembre 1953.

Les autres avions dans la seconde partie du film sont vus, filmés au sol, lors du décollage, mais surtout sur des extraits de documentaires, lors de la "parade" exceptionnelle offerte à Miguelito.

Par ordre d'apparition :

-des Convair F-102A (dont le FC-438)
-des North American F-100 Super Sabre de la patrouille de l'USAF les "Thunderbirds" dont les images vont alterner avec tous les autres avions suivants. A Châteauroux-Déols, au début des années 60, nous avons vu les "Thunderbirds", lors d'une escale, faire une petite exhibition privée consistant à venir  des quatre coins de l'horizon et à se croiser à très basse altitude, à la verticale du lieu où nous étions regroupés ! Un spectacle plutôt impressionnant, car en cas de collision, nous étions "arrosés"…
-des Lockheed F-104A Starfighter
-des North American F-100, dont le F-100 "FW-3949" (s/n 56-3949, c/n 243-225), un F-100F, un avion d'entraînement avancé, qui sera affecté en juin 1974, à la force aérienne danoise avec le code "GT-949". Reformé en 1982, il fut exposé sur la base de Karup. En 2008, il était exposé à l'extérieur, au musée du château de Savigny les Beaune, en France, avec une fausse décoration des "Thunderbirds", portant le numéro "nine".
-un McDonnell F-102 Voodoo, un avion dont les marques de sa dérive en font un appareil du 32TRS (66thTRW), basé à Phalsbourg en 1958.
-un Boeing KC-97G Stratofreigher, un ravitailleur,  vu au sol
-des Convair F-102A en vol
-un Nord 1500 Griffon II, un appareil qui ne fut pas intégré à l'Armée de l'Air.
-un SAAB 35 Draken qui fait des tonneaux.
-décollage de plusieurs Boeing B-47B, dans des nuages de fumée noire, à faire s'évanouir un écologiste.
-un Boeing B-52V ravitaillé par un Boeing KC-135A.
-un Boeing KB-50J ravitaillant un North American F-100 Super Sabre, un McDonnell F-102 Voodoo, et, à ce qui ressemble à un Republic F-105B Thunderchief.
-un Boeing B-47 décollant avec ses fusées.
-de nouveau les F-100 des "Thunderbirds" en pleine voltige.
-une formation d e F-86 Sabre, une autre patrouille acrobatique.
-des Convair F-102 en formation
-des Martin B-57 Canberra qui ferment le défilé.

 


Christian Santoir

*Film disponible sur YouTube

Alerta_en_el_cielo.jpg
 
Mots-clés associés

Date de création : 05/09/2020 : 07:46
Catégorie : - Films
Page lue 184 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !