En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Barer neizvestnosti

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

BARER NEIZVESTNOSTI
Vo.
Барьер Неизвестности
(Aux frontières de l'inconnu)

 


Année : 1962
Pays : URSS
Genre : science-fiction
Durée: 1 h 48 min.
Noir et blanc


Réalisateur : Nikita KURIKHIN
Scénario : Mikhail ARLAZOROV, Boris CHIRSKOV

Acteurs principaux :
Vyacheslav SHALEVICH (Sergeï Baykalov), Ella SUMSKAYA (Vera Stankevich), Nikolai GRITSENKO (Vadim Lagin), Aleksandr GRAVE (Fyodor Sokolov), Vasili MAKAROV (Oleg Kazantsev), Sergei PLOTNIKOV (Vavilov)

Musique : Moisey VAYNBERG
Photographie : Samuil RUBASHKIN
Compagnie productrice ; Lenfilm Studio    

Les aéronefs :
-Ilyushin Il-14, en arrière plan
-Ilyushin Il-28, idem
-Kamov Ka-18, CCCP-64653
-Lisunov Li-2, en arrière plan
-MiG- 17 n° "48", "49", en arrière plan
-Mil Mi-4
-Tupolev Tu-16, c/n 1881907
-Yak-25, en arrière plan

Notre avis :

Ce film est centré sur les essais d'un avion fusée hypersonique soviétique. Dans les années 60, l'URSS avait plusieurs projets identiques qui restèrent sans aboutissement, mais les caractéristiques de l'avion du film laissent inévitablement penser au North American X-15 qui fit son premier vol le 8 juin 1959 et qui atteignit une altitude de 107 800 m (1963) et une vitesse de 7 274 km/h (1967). Mais ici, l'avion russe est à propulsion nucléaire.

Loin, dans les steppes de l'Asie centrale, est située une base secrète où un nouvel avion fusée appelé "Tzyklon 01", est essayé, propulsé par deux réacteurs nucléaires. Transporté sous l'aile d'un avion porteur il est capable de faire des vols suborbitaux pilotés, à une altitude de 100 km et à une vitesse de plus de 6 500 km/h. Le pilote d'essai SergeÎ Baikalov et l'ingénieur aéronautique Vera Stankevitch sont envoyés vers ce centre d'essais. Lors du premier vol du prototype, le pilote est Kazantsev. Ce vol d'essai se termine mal et l'avion s'écrase en tuant le pilote. Il est nécessaire de comprendre la cause de ce crash pour éviter sa répétition. Peu avant le désastre, Kazantsev avait parlé d'une lueur qui entourait son appareil. Vera veut percer ce mystère. Après la reprise des vols avec un deuxième prototype, Sergeï, qui est le nouveau pilote, ne voit aucune lueur. L'explosion du moteur est la cause la plus probable. Vera arrive à la conclusion que l'apparition de la lueur dépend de l'activité du soleil. L'avion porteur piloté par le colonel Vavilov, emmène de nouveau Sergeï haut dans le ciel. Selon les informations reçues, l'activité du soleil est très forte. Une fois largué, Sergeï rapporte qu'il voit une lueur. La cabine et le moteur nucléaire sont endommagés et il est exposé à des radiations, après que son appareil soit entouré d'une lueur intense. Une explosion a plié l'écran de protection de la cabine qui est irradiée. Mais Sergeï refuse de s'éjecter, l'avion restant contrôlable; il décide de ramener le Tzyklon 02 à la base, afin de sauver les instruments de mesure installés à bord. Bien que le contact avec le Tzyklon irradié soit mortel, Vavilov le récupère avec son avion, après avoir fait s'éjecter les membres de l'équipage. Il va sauver le Tzyklon 02, malgré les risques qu'il encourt. Lui et Sergeï finissent à l'hôpital, où leur diagnostic n'est pas trop grave.

En 1960, les Américains soupçonnaient les Russes de travailler sur un missile semi balistique piloté, appelé "T-4A", capable d'être transformé en bombardier, proche du projet américain de l'USAF, le Boeing X-20 Dyna-Soar monoplace. Ces deux projets ne virent pas le jour et furent annulés.

En dehors des essais du Tzyklon, et du problème de la "lueur" apparue autour de l'avion peu avant son explosion, le film fait allusion à d'autres "essais", moins techniques, ceux de Vera pour attirer l'attention de Sergeï dont elle est tombée amoureuse et qui est vraiment trop préoccupé pour s'en apercevoir, et ceux du chef du projet, Vadim Lagin, pour nouer une relation amoureuse avec Véra qui le traite en ami, sans plus...

La production bénéficia apparemment de la collaboration de l'armée de l'air soviétique qui fournit un bombardier pour servir d'avion porteur au Tzyklon, les deux avions étant filmés principalement au sol, sur une base inconnue (Aktepe-Bezmein à Achgabat, au Turkmenistan ?).

 

Les avions du film :

Sergeï Baikalov et Vera Stankevich se rendent sur la base avec un hélicoptère Kamov Ka-18 (CCCP-64653, c/n 18 08-12) pris en charge par l'Aeroflot d'Ukraine en juillet 1961. Il sera réformé en avril 1970, ayant beaucoup servi.

Sur cette base (inconnue), on voit de nombreux bombardiers Ilyushin Il-28, quelques Yak-25 (dont le "14"), en arrière plan. Apparaissent deux MiG-17 portant les codes "48" et "49" et un MiG-15UTI. On aperçoit également plusieurs transports, des Lisunov Li-2 et des Ilyushin Il-12 et 14. On entrevoit ainsi un rare Li-2LL (Ли-2ЛП), équipé d'un long nez pointu, un "laboratoire volant" (Летающих Лабораторий), conçu pour le développement d'équipements électroniques

L'avion hypersonique à propulsion atomique capable d'atteindre plus de 6 250 km/h dans la thermosphère, porte le nom de Tzyklon-01 (Cyclone 01), avec "? 1" (Tz-1), inscrit sur l'avant du fuselage. Il apparaît bien petit et vu sa taille, on peut comprendre qu'il manque de protection pour le pilote, d'autant qu'il comporte deux moteurs fusées...Il ressemble plus à un missile avec son empennage réduit, et juste des moustaches à l'avant, sans avoir une aile véritable. Une fois les moteurs en marche, il apparait très radioactif, tous les gens assistant à son décollage s'éloignant en courant. Mais quand le "02" a atterri, vers la fin du film, tout le monde se précipite autour alors qu'il est totalement radioactif !

Le Tzyklon est tiré sur une remorque par une jeep GAZ-69A, puis suspendu sous le fuselage d'un Tupolev Tu-16. Ce type d'avion transporta des fuselages d'avions (L-39, Yak-36…) de la même manière, mais pour des essais aérodynamiques. L'avion du film porte le numéro "46" rouge et le numéro constructeur "1881907". Il ne décolla pas avec la maquette du Tzyklon, se contentant de rouler seulement sur la piste, allant jusqu'à soulever le train avant, la maquette en bois n'ayant pas la résistance suffisante pour supporter la pression de l'air, en vol. Les vues des deux avions en vol ont été reconstituées avec des maquettes.

Quand le Tu-16 décolle, il est parfois remplacé par les images d'autres Tupolev (sans le Tzyklon) portant les numéros "04" et "05" (vus à l'envers), des codes portés par des Tu-16 différents.

Le tableau de bord du Tzyklon que l'on montre ressemble fort à celui d'un MiG-15. On ne voit pas l'avion hypersonique atterrir et on ne le voit qu'au sol, sur sa remorque. Lors du deuxième vol du "02", il semblerait que le Tzyklon a rejoint, en vol, le Tu-16 pour s'y raccrocher !

Les recherches du Tzyklon "01" disparu se font avec des hélicoptères Mil Mi-4M et Mi-4ASW. On voit également un hélicoptère birotor, Yak-24, au sol.

 

Christian Santoir

*Film disponible sur https://ok.ru

Barer.jpg
Mots-clés associés

Date de création : 03/10/2020 : 07:07
Catégorie : - Films
Page lue 109 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !