En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Furet (Le)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LE FURET

 


Année : 1950
Pays : France
Genre : policier
Durée : 1 h 30 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Raymond LEBOURSIER
Scénario : Raymond LEBOURSIER

Acteurs principaux :
Jany HOLT (Cécile), Colette DARFEUIL (Louise Heller), Pierre RENOIR (Docteur Dauvel-Juste), Pierre JOURDAN (L'inspecteur Wens), Jacques BAUMER (Commissaire Hyacinthe), Pierre LARQUEY (Le furet), Jean TISSIER (De Thomaz).

Producteur : René BIANCO
Musique : Charly BAILLY, André VAREL
Photographie : Georges MILLION     
Compagnie productrice : Société Parisienne d'Art Technique

Avions :
- Lockheed L-749 Constellation
- Douglas C-54E, c/n 27279, N45342, en arrière plan
- Douglas C-54A-15-DC, c/n 10377, F-BELN, en arrière plan

 

Notre avis :

Un individu mystérieux, qui signe "le Furet", envoie des lettres à la police parisienne, lui annonçant des meurtres en préparation dans la capitale. A chaque fois, rien de sérieux n'est volé, le mobile du crime étant soit un problème d'héritage, le chantage, une compétition pour un siège à l'Académie, la jalousie, un crime passionnel….La police arrête plusieurs personnes et ce n'est qu'après le sixième crime, qu'un célèbre policier arrive de New-York, pour s'emparer de l'affaire et faire avancer les choses. Un jour, un homme est victime d'un accident, à un passage piétonnier, on trouve sur lui plusieurs lettres du Furet, prêtes à être postées ! Le furet déclare qu'il est extralucide. Il est inculpé, les autres suspects étant relâchés. Le furet prédit, de sa prison, d'autres crimes. Wens découvre ainsi, dans une grange, appartenant à un taxidermiste, le corps d'une femme. Le furet, ou le professeur Star, comme il se fait appeler, prédit un crime dans un train, mais celui-ci n'a pas lieu. Il voit aussi une femme, une folle, mettre le feu à un appartement et cette fois, c'est vrai. Star est relâché et profite largement de la publicité que toutes ces prédictions lui ont faite. Alors que sa salle d'attente est comble, Wens va l'interroger, mais en vain, Star l'ayant reconnu. Avec l'aide d'un assassin qui regrette son geste, Wens va trouver le moyen de faire avouer à l'astrologue, simulateur et manipulateur, qu'il est l'instigateur de tous ces assassinats, et que ses lettres étaient un moyen de détourner 1'attention de la justice, des vrais coupables.


Ce très bon polar, avec de grands acteurs comme l'inoubliable Pierre Larquey, ne comprend qu'une seule scène d'aéroport, vers le milieu  du film, tournée à Orly, quand l'inspecteur Wens débarque de New-York.

 

Les avions du film :

Wens descend d'un Lockheed L-749 Constellation d'Air France, non identifiable, le cameraman ayant pris grand soin de ne pas filmer le matricule, situé juste à droite de la porte…

Derrière le beau cabriolet Rosengart Super traction (modèle 1939) de Mme de Lanier, on aperçoit sur le tarmac, un Douglas C-54E de la TWA (N45342, c/n 27279, s/n 44-9053, n° de flotte : 601) qui s'apprête à partir. Cet avion avait été acheté par Transcontinental and Western Air en 1946, et baptisé "Shamrock". Enregistré au nom de Trans World Airlines en mai 1950 (donc, après les images du film), il fut loué à Northwest Airlines en 1951. Il s'écrasera en mer après s'être posé trop long sur le Sandspit Airport (Colombie britannique, Canada), le 19 janvier 1952 (36 morts). En 1950, TWA desservait Paris-Orly à partir de New York-La Guardia, en Lockheed Constellation, mais aussi en DC-4.

L'avion de TWA est garé entre un Lockheed Constellation et un Douglas C-54A-15-DC d'Air France, le "F-BELN" (s/n 42-72272, c/n 10377). Livré à l'USAAF en août 1944, il avait été transféré au gouvernement néerlandais en janvier 1946 (NL-315) et exploité par la compagnie KLM, dès février (PH-TBU). En mars 1949, il fut vendu à Air France (F-BELN). Ce n'est qu'en juin 1966, qu'Air France le céda à la compagnie espagnole Trans Europa Compania de Aviacion (EC-BEB), basée à Palma de Majorque, qui l'utilisa pour le transport de fret. Il sera ferraillé à Madrid, en octobre 1974.

Le F-BELN" apparut plus ou moins furtivement dans un documentaire ("Nederlands in zeven lessen" 1948, sous les couleurs de la KLM) et dans deux films ("Cet homme est dangereux" 1953, "Emile et les détectives" 1954, sous les couleurs d'Air France).

 

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

LEFURET.jpg
Mots-clés associés

Date de création : 16/10/2020 : 19:06
Catégorie : - Films
Page lue 94 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !