En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Recherche

Recherche

Fiches de film

Articles cinéphiles

Webmaster - Infos

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 31 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2021

Stahlerner Strahl (Der)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 

DER STÄHLERNER STRAHL
(Le rayon d'acier)

 

Année : 1935
Pays : Allemagne
Genre : aventures
Durée : 1 h 29 min.
Noir et blanc


Réalisateur : Franz WENZLER
Scénario : Helmut BRANDIS, Heinrich OBERLÄNDER, Helene von FORTENBACH

Acteurs principaux :
Karl Ludwig DIEHL (Michael Tetjus), Dorothea WIECK (Enja Wiggers),  Friedl HAERLIN (Katja Lorenz), Alexander GOLLING (Zöger), Paul BILDT (Halliant), Walter FRANCK (le réalisateur)

Musique : Marc ROLAND     
Photographie : Alexander von LAGORIO
Compagnie productrice : Pallas Film GmbH

Avions :
-Curtiss O-1 Falcon, doc.
-Junkers Ju-52/3mce D-AKEP (c/n 4029)
-Junkers Ju 60, D-OPAL/UPAL (c/n 4201)

Notre avis :

Michael Tetjus est un pilote de course célèbre. Il a pour épouse une actrice, Katya Lorenz. Un jour, il trouve, sous le moteur de son bolide, une femme, Enja Wiggers. Cela le choque, mais celle-ci s'avère être une experte en mécanique et il commence à l'apprécier, ce que Katya a remarqué... Lors d'une prochaine course, Michael est grièvement blessé. Pendant sa très longue convalescence, il voit de moins de moins Katya, qui, sous l'influence de son metteur en scène, est de plus en plus préoccupée par sa carrière. Elle décide finalement de partir pour Hollywood. Elle envoie à Michael une lettre où elle lui explique que, vu leur situation actuelle, le mieux est de se séparer ! Elle lui indique l'adresse de son avocat pour régler les  affaires administratives de leur divorce. Bouleversé, Michael parvient néanmoins à récupérer, mais il ne peut plus courir; il se rend aux courses comme spectateur. C'est alors qu'il retrouve Enja qui lui remonte le moral, notamment en lui proposant de se tourner vers l'aviation. Il se rend avec elle à Hambourg, pour rencontrer le directeur de l'usine d'aviation Halliant. Cette usine construit un nouvel avion de record et Enja va participer à la mise au point du moteur. Tetjus devient pilote d'avion et quelques mois plus tard, l'avion vole. Tetjus envisage de traverser l'Atlantique avec ! Le jour du départ est arrivé et Enja fournit à Michael toutes les provisions dont il a besoin pour ce long vol. Au début, tout se passe bien et les bateaux rencontrés au milieu de l'Atlantique signalent sa progression. Mais la météo se dégrade et Michael doit traverser de violents orages. Son avion part en vrille. Toutes les communications avec lui sont interrompues. Le constructeur demande à tous les bateaux de rechercher l'avion, mais en vain. C'est alors qu'Enja et le constructeur reçoivent, enfin, un message de Michael; il vole toujours ! Il parvient à New-York à la grande joie d'Enja qui l'aime éperdument.

Ce petit film, totalement oublié, montre un pilote de course automobile se convertir très (trop) rapidement en pilote de record sur avion. On ne devient pas un Dieudonné Costes en quelques mois. On rappellera que le premier vol allemand transatlantique fut effectué par le Junkers W33L "Bremen" qui décolla le 26 mars 1928 de Berlin pour New-York, avec une escale à Dublin. Mais il fut pris dans une tempête de neige qui l’obligea à atterrir sur l’île de Greenly, au large de la pointe nord du Labrador. Le film "Gloria" (1931) s'était fait l'écho de cet exploit.

Quant au coureur Michael Tetjus, il rappelle un autre coureur très célèbre en 1935, Bernd Rosemeyer, dont il partage les mêmes voitures, de course (Auto Union type C, n° "42") ou personnelle (Horch 852 coupé) aperçues dans le film. Mari de l'aviatrice Elly Beinhorn, il passa sa licence de pilote d'avion, mais pas pour faire des vols de records, seulement de tourisme.

Tetjus ne devient aviateur que vers la fin du film, au bout d'une heure. C'est alors que l'on voit un avion rare, construit, non pas par "Halliant", mais par Junkers. Le conseiller technique en aéronautique du film, fut Hans Bertram, un aviateur qui participa à la production de plusieurs films d'aviation.


Les avions du film :

Michael Tetjus débarque au début du film, d'un Junkers Ju-52 /3mce de la Deutsche LuftHansa (ancien nom de la Lufthansa), immatriculé "D-AKEP" (c/n 4029), "D-2650" avant 1934. Construit en 1933, il fut livré à DLH qui lui donna le nom de "Fritz Rumey". Il fit aussi partie de la Fliegerstaffel des Fuehrers, l'escadrille d'Hitler. En novembre 1939, il fut affecté à la Luftwaffe (code NG+VO), aux Kampfgruppe z.b.V.103 et z.b V.600. Il fut abattu le 14 mars 1942 par un chasseur.

Mais le principal avion du film, et le plus intéressant, est le Junkers Ju-60 qui est l'avion construit par "Halliant". Il s'agissait en fait d'un prototype. L'avion est équipé d'un moteur radial à neuf cylindres qui démarre à la manivelle, et qui dispose d'une hélice bipale. Il a un cockpit situé en haut du fuselage recevant deux pilotes assis en tandem. La cabine dispose de quatre hublots et peut accueillir six passagers. Le train d'atterrissage principal est fourchu. Les roues se rétractent vers le haut, dans des niches profilées dans la section centrale du bord d'attaque de l'aile, faisant saillie à un niveau suffisant pour assurer un atterrissage en toute sécurité lors d'un atterrissage sur le ventre.

On peut voir l'intérieur du vrai cockpit filmé de la place arrière. Quant au tableau de bord aperçu, on ne sait s'il correspond au vrai.

Une maquette fut construite pour les vues de l'avion en vol, qui furent mélangées avec des extraits de films où le véritable avion apparait au milieu des nuages, mais malheureusement de trop loin.

Cet avion aurait été l'unique prototype qui fit son premier vol le 8 novembre 1932. Selon certaines sources, il y en aurait eu deux : le Ju 60a ou Ju 60 V1, immatriculé "D-5" puis "D-URIM", avec le numéro de série "4200", et le Ju 60ba ou Ju 60 b1a /V2, immatriculé "D-2328", puis "D-2400" et "D-UPAL" en 1934, avec le numéro de série "4201". Mais le numéro "4200" n'est pas valable, car chez Junkers le premier avion d'un nouveau genre recevait toujours un numéro se terminant par "01" et non par "00"... L'avion du film est immatriculé "D-OPAL", un matricule très proche du vrai "D-UPAL", et il s'agit donc du même avion.

Le Ju 60 fut accordé en juin 1933 à DLH et mis en service expérimental, avec le nom de "Pfeil" (flèche), pour transporter du fret. En septembre 1933, il retourna chez Junkers à Dessau, et fut modifié avec une voilure sans tôle ondulée (comme dans le film). DLH le récupéra en février 1934, pour le transport de passagers. De 1934 à 1935, il fut mis sur les lignes principales de DLH, mais semble avoir fonctionné (au moins en partie), lors de l'été 1933, sur la route Berlin-Vienne-Budapest-Sofia-Thessalonique-Athènes. En 1934, l'avion opéra sur la ligne de passagers Berlin-Breslau, et en 1935 et 1936 sur les lignes Berlin-Breslau-Gleiwitz et Essen-Düsseldorf-Cologne-Francfort-Nuremberg-Munich. En 1936, l'avion fut rendu au RLM (ministère de l'Air Imperial) puis affecté à la Luftwaffe comme avion de liaison. Il aurait été détruit en août 1936.

A New-York, c'est un Curtiss O-1E Falcon portant le numéro "9", de l'United States Army Air Corps, vu sur un document filmé, qui accueille Tetjus, au-dessus de Governors Island, au sud de Manhattan.

Christian Santoir

*Film disponible sur : rarefilmsandmore.com

Der_StAHLERNER.jpg
Mots-clés associés

Date de création : 28/11/2020 : 09:12
Catégorie : - Films
Page lue 208 fois

Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !