Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 141 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
 
TARGET FOR TONIGHT
 
Année : 1941
Pays : Grande-Bretagne
Durée ; 48 min.
Genre : documentaire
Noir et blanc

Réalisateur : Harry WATT
Scénario : Harry WATT, B. COOPER 

Photographie : Jonah JONES, E CATFORD
Compagnie productrice : Crown Film Unit
Compagnie distributrice : Warner Bros. Pictures
 
Avions :
-Vickers Wellington Mark.IA (P2517)
-Gloster Gladiator (en arrière plan)
-Avro Anson Mk.I


Notre avis :
 
Pendant la seconde guerre mondiale, le Ministère de l'Information britannique prit en charge la "GPO (General Post Office) Film Unit" et la renomma "Crown Film Unit". Cette société fit des documentaires de long métrage (voir "Coastal Command"), où les militaires hommes et femmes, jouaient leur propre rôle. "Target for tonight" fut un des premiers succès commerciaux de la nouvelle unité cinématographique. Ce film documentaire remporta un prix spécial dans sa catégorie en 1941, et un autre en 1942.

Ce documentaire, filmé par la RAF, "sous le feu de l'ennemi" comme il est précisé, se focalise sur l'équipage d'un bombardier qui va attaquer une installation pétrolière en Allemagne. Le film fut tourné à la base de Mildenhall, mais aussi à High Wycombe, au quartier général du Bomber Command dont le chef, Sir R. Peirse, joue dans le film. Le pilote du bombardier est le Squadron Leader Percy Charles Pickard qui trouvera la mort en 1944, lors de la mission sur la prison d'Amiens (voir "
Jéricho").

Le film débute par une explication de la structure du Bomber Command, composé de Groups avec un numéro, chaque groupe contrôlant plusieurs Stations (bases) avec un nom, chaque station hébergeant deux ou plusieurs squadrons. Chaque avion est identifié par une lettre. Ainsi le film, montrera la mission du bombardier "F" pour Freddie, de la base de Millerton, appartenant au Group 33 du Bomber Command.


Quelque part dans le sud de l'Angleterre, un petit avion parachute une boite de films pris récemment au dessus du territoire allemand. Le film est aussitôt développé dans un labo souterrain caché dans une zone boisée. L'étude des photos montre que les Allemands sont en train de construire depuis quelques mois, un vaste dépôt pétrolier à Freihausen, dans la Forêt Noire. Le quartier général qui a reçu les informations, décide de faire bombarder ce site. L'ordre est envoyé au centre des opérations qui choisit d'envoyer deux "flights", soit quinze bombardiers, équipés de différents types de bombes. Sur le terrain d'aviation de Millerton, les armuriers s'activent à confectionner les bandes de cartouches pour les mitrailleuses. Les équipages sont sélectionnés par le squadron leader. Le soir, les pilotes sont réunis en salle de briefing et on leur dévoile l'objectif de la mission. La météo s'annonce bonne. Sur des agrandissements photographiques, on explique aux pilotes les points à bombarder, ainsi que l'axe d'approche optimum. Puis on donne les codes des signaux. Après que le chef du Bomber Command leur ait souhaité bonne chance, les pilotes sont emmenés à leurs appareils. L'équipage du F pour Freddie est autorisé à décoller. La traversée de la Manche et d'une partie de l'Allemagne, se fait au dessus de la couche. En approchant de l'objectif, l'avion descend, et l'équipage cherche des repères. Une fois l'objectif bien identifié, le bombardement peut commencer. La flak allemande réagit, et l'opérateur radio est touché à la jambe. C'est le pilote qui va le soigner. Il est bientôt rappelé par le copilote qui constate que la pression d'huile d'un moteur est en train de chuter. L'avion ne peut prendre de l'altitude. Au terrain, on attend le F pour Freddie qui est le dernier à rentrer. Un brouillard dense s'installe sur la base. Le F pour Freddie finit par arriver, et on allume les projecteurs de guidage, ainsi que le balisage de la piste. Le bombardier atterrit normalement. Tous les avions sont rentrés et la mission a été un succès, comme le prouvent les interviews des pilotes effectués par l'officier de renseignement. "Good show !".

Le film nous montre donc une mission sans histoire, de pure routine, un vrai "milk run", selon le jargon des pilotes. Il y a effectivement peu d'action et l'avion ne rencontre aucun chasseur de nuit. On remarque que les Anglais bombardent la nuit (après s'être fait étriller le jour, par la chasse allemande), en envoyant de petits groupes de bombardiers qui attaquent de façon isolée, la chasse de nuit allemande n'étant pas encore très développée à la fin de 1940, ou au début de 1941. Le film insiste plus particulièrement sur l'organisation du Bomber Command, le travail des sous-officiers et des officiers au sol, qui travaillent dans une ambiance feutrée et toute administrative. On remarque que la RAF fait appel à un civil pour la météo. En l'air, on nous montre chaque membre d'équipage dans ses fonctions, le pilote et commandant de bord, assurant la coordination de cette équipe. Bref, le maître mot de ce documentaire, c'est "professionnalisme"; tout le monde fait son "job" dans cette guerre, sans état d'âme, entre deux tasses de thé.


Les avions du film :

Le F pour Freddie est un Vickers Wellington Mark.IA (P2517) construit dans l'usine de Weybridge. Il est équipé des nouvelles tourelles de mitrailleuses Nash & Thompson. Il a un équipage de six hommes (pilote, copilote, bombardier, radio-navigateur, mitrailleurs de nez et de queue). On a de très bonnes vues de ses moteurs Bristol Pegasus XVIII, équipés sur le devant, d'un cache à fentes. On remarquera leur mise en route particulière, avec un mécanicien qui bouche la sortie de l'échappement avec un chiffon, pendant les trois premiers tours de l'hélice (sans doute pour faciliter le démarrage…). L'avion porte le camouflage standard des bombardiers de nuit de la RAF, avec le code OJ-F, ce qui en fait un avion, non pas du fictif 33rd BS (le 33 était un squadron de chasse), mais du vrai 149th BS qui était équipé de cet appareil en 1939-40. L' "OJ-F" n'était pas un avion opérationnel mais servait à familiariser les équipages à ce type d'appareil. En septembre 1941, il fut transféré au n° 3 Group Trainig Flight sur la base de Newmarker. Les Wellington du 149th BS participèrent à la toute première mission de bombardement sur l'Allemagne. Les vues de l'intérieur sont nombreuses et font bien apparaître la structure "géodésique" qui caractérisait le Wellington. Mais on voit aussi que l'avion est recouvert de toile de lin enduite, comme un vulgaire Tiger Moth !

Le film donne un aperçu des installations plutôt succinctes de l'aérodrome de Millerton/Mildenhall. Quand le Wellington atterrit dans le brouillard, il est guidé par deux puissants phares fixes, alors que la piste est balisée au moyen de "goose-necks" (lampes à pétroles portatives). Quant à la tour de contrôle, elle est installée dans une roulotte tirée par un tracteur, une installation mobile, sans doute utilisée que pour les décollages de nuit.

Derrière le météorologue qui envoie ses ballons-sondes, on aperçoit un Gloster Gladiator, au moteur bâché, équipé d'une hélice tripale métallique. Au début du film, c'est un Avro Anson Mk.I qui parachute des films.

On notera que l'affiche du film montre trois Boulton Paul Defiant, un chasseur équipé d'une tourelle de quatre mitrailleuses, piquer tels des Stukas sur une cible ! Mis en service en mai 1940, ce type d'appareil  devra être retiré des opérations diurnes, dès le mois d'août suivant, après un succès bien éphémère.


Christian Santoir


*Film en vente sur Amazon.fr

 
TARGETFORTONIGHT.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 05/09/2008 : 07:49
Dernière modification : 10/04/2012 : 18:13
Catégorie : - Films documentaires
Page lue 4768 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !