Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 141 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

QUELS SERONT LES CINQ ?
Vo. Five came back
 
Année : 1939
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée : 1h15 min.
Noir et blanc :

Réalisateur :John FARROW
Scénario :Jerome CADY, Richard CARROLL, Dalton TRUMBO, Nathanael WEST

Acteurs principaux :
Chester MORRIS (Bill Brooks), Lucille BALL (Peggy Nolan), Wendy BARRIE (Alice Melbourne), John CARRADINE (Mr. Crimp), Allen JENKINS (Peter "Pete"), Joseph CALLEIA (Vasquez), C. Aubrey SMITH (professeur Henry Spengler), Kent TAYLOR (Joe, le copilote), Patric KNOWLES (Judson Ellis), Elisabeth RISDON (Martha Spengler), Casey JOHNSON (Tommy Mulvaney).

Musique : Roy WEBB
Photographie : Nicholas MUSURACA
Producteur : Robert SISK
Compagnie productrice : RKO Radio Pictures
   
Avions :
-Capelis XC-12 NC12762
-Lockheed 12A c/n 1207, NC58Y


Notre avis :

La trame dramatique de ce film est une des plus classiques du cinéma américain. Son archétype est "La chevauchée fantastique" (1939) de John Ford : un petit groupe d'hommes et de femmes, est confronté à un danger mortel qui permet de révéler les caractères de chacun. Mais ici, la diligence est remplacée par un avion, et les Indiens ne sont pas des Apaches, mais leurs cousins du sud, des Jivaros, dont la spécialité est la réduction des têtes…Un des scénaristes, Dalton Trumbo, se distinguera en écrivant les scénarios de plusieurs films d'aviation, dont "A guy named Joe" et "Thirty seconds over Tokyo".

A Los Angeles, neuf passagers montent à bord du "Silver queen" piloté par Bill Brooks, à destination de Panama. Il y a Crimp, un détective chargé de ramener l'anarchiste Vasquez dans la capitale d'un pays d'Amérique du sud, moyennant un prime de 5.000 dollars; le riche Judson Ellis qui voyage incognito avec sa secrétaire Alice Melbourne; le professeur Henry Spengler et sa femme Martha; Tommy, le fils d'un gangster et son accompagnateur Pete; enfin, Peggy Nolan, une prostituée. Après une escale à Mexico, l'avion entre dans un violent orage. Une bonbonne d'air comprimé arrache la porte de l'avion, et le steward est happé dans le vide, en essayant de retenir le petit Tommy. L'avion dévie fortement de sa route. Un moteur lâche et Bill doit poser l'avion en pleine jungle. Le lendemain, après avoir estimé les dégâts de l'appareil, Bill organise la survie. Mme Spengler sera chargée de la cuisine, Pete, bon tireur, approvisionnera le groupe en gibier. Quand la radio est réparée, ils apprennent qu'on les recherche sur le versant ouest des Andes, autrement dit dans la mauvaise direction... Les jours passent, et tandis que Bill et le copilote Joe, travaillent pour réparer l'avion, la vraie nature des voyageurs se révèle. Crimp commence à craquer, et Ellis sombre dans l'alcool. Vasquez, au contraire, fait montre d'un grand humanisme, et il sympathise avec les Spengler, qui semblent apprécier ce séjour au milieu de nulle part. Peggy s'occupe comme d'une mère du petit Tommy, et gagne l'estime de Bill. Quant à Alice, elle tombe amoureuse de Joe, le copilote. Le vingt troisième jour, l'avion est réparé, et on procède aux essais moteurs. Tommy s'égare en forêt. Pete et Peggy partent à sa recherche et tombent sur le corps de Crimp défiguré. Les Indiens réducteurs de tête sont dans les parages. Pete est tué à son tour. Alors que des tambours se font entendre, tout le monde embarque dans l'avion. Mais il s 'avère que la charge est trop lourde pour les moteurs, qui ne sont pas au mieux de leur forme. Seuls quatre adultes et Tommy, pourront embarquer. Vasquez prend les choses en main, et comme il n'a plus rien à perdre, il considère qu'il est mieux à même de décider objectivement qui doit partir. Le professeur et sa femme qui sont vers la fin de leur vie, acceptent de rester, mais Ellis se rebelle et se jette sur Vasquez qui le tue. Les tamtams s'arrêtent d'un coup. Les Indiens approchent. Les cinq montent rapidement à bord, et l'avion décolle. Le professeur demande alors à Vasquez de tuer sa femme pour lui éviter une mort horrible. Celui-ci tue également le professeur. Il n'y a plus de balles dans le revolver...

Le film reçut à sa sortie, le 23 juin 1939, un bon accueil de la part des critiques qui estimaient que c'était un bon thriller, bien réalisé. Avec "Thirteen hours by air", ce film passe pour un des deux meilleurs films sur l'aviation commerciale, d'avant guerre et il servit de modèle à plusieurs films-catastrophes de l'après guerre. Le public l'apprécia également puisque les recettes dépassèrent le coût du film, qui n'était guère élevé, tout ayant été réalisé en studio, à part quelques scènes d'aéroport, tournées au Grand Central Air terminal de Glendale.
 
Les avions du film :

Le "Silver Queen" de la compagnie fictive "Air Coast Lines" est l'unique Capelis XC-12 (NC12762). Cet avion était surtout un "roi des hangars" car il n'avait pu trouver acquéreur, suite à la forte concurrence des Boeing 247 et Douglas DC-2, bien plus performants. Pour le tournage, la RKO acheta l'unique exemplaire. Cet avion ne volait plus, les compagnies d'assurance ne voulant pas le couvrir, mais ses moteurs, deux Wright Cyclone de 525 chevaux, marchaient parfaitement, moyennant un certains nombre de tours de manivelle, comme on le voit dans le film. Le pare brise de son cockpit et les hublots du fuselage furent modifiés pour leur donner une forme plus conventionnelle. Sous cet aspect, il fit une assez longue carrière cinématographique paraissant dans au moins treize films, jusqu'en 1957.

L'intérieur de l'avion, avec ses quatre sièges de front et ses couchettes, n'a rien à voir avec le Capelis, et se rapproche plus de celui d'un DC-3 (que l'on voit avant le générique), plus exactement un DST (Douglas Sleeper Transport), qui se distinguait par une rangée de petites fenêtres rectangulaires situées au dessus des hublots, et destinées aux occupants des couchettes supérieures. Le Capelis, bien que plus petit que le DC-3, avait d'ailleurs été doté de cette double rangée de hublots pour accentuer la ressemblance.

En vol, le Capelis est doublé par une maquette, et au roulage, à Mexico, il est remplacé par un Lockheed 12A (c/n 1207, NC58Y).


Christian Santoir

*Film en vente sur Amazon.com

 
FIVECAME.jpg





















 
Mots-clés associés

Date de création : 19/09/2008 : 09:40
Dernière modification : 22/10/2010 : 09:41
Catégorie : - Films
Page lue 3767 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !