Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 141 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

EMBRASSE-LA POUR MOI
Vo. Kiss them for me
 

 
Année : 1957
Pays : Etats-Unis
Genre: Comédie

Durée : 1 h 45 min.
Couleur

Réalisateur : Stanley DONEN
Scénario : Julius J. EPSTEIN, d'après la pièce de Luther DAVIS

Acteurs principaux :
Cary GRANT (Comandant Andy Crewson), Jayne MANSFIELD (Alice Kratchna), Leif ERICKSON (Eddie Turnbill), Suzy PARKER (Gwinneth Livingston), Ray WALSTON (Lieutenant Howard McCann), Larry BLYDEN (Mississip), Nathaniel FREY (CPO Ruddle), Werner KLEMPERER (Lieutenant Walter Wallace), Jack MULLANEY (Enseigne Lewis)

Producteur :Jerry WALD
Musique : Lionel NEWMAN
Photographie : Milton R. KRASNER
Compagnie productrice : Twentieth Century-Fox.
   
Avions :
-Consolidated PBY-6A
-Boeing C-97 Stratofreighter
     

Notre avis :

Le scénario est adapté d'un roman écrit en pleine guerre, "Shore leave" de Frederick Wakeman (1944) et de la pièce de théâtre de Luther Davis "Kiss them for me", représentée à Broadway en 1945. Cette comédie constitue le dernier volet d'une trilogie, avec deux autres films de Stanley Donen, des comédies musicales, "On the Town"(1949) et "It’s Always Fair Weather" (1955), aux sujets voisins : trois militaires en permission, ou démobilisés, confrontés à la proximité, ou au souvenir de la guerre.

A Honolulu, en 1944. Trois pilotes de la Marine, héros de la guerre, Andy Crewson, un beau garçon débrouillard, Howard "Mac"McCann, un politicien dans le civil, "Missisip" Hardy, un gars de la campagne, obtiennent une permission de quatre jours à San Francisco. Sans tarder, ils embarquent, in extremis, dans l'avion de leur ami Chuck, qui est prêt à décoller. Ils sont accompagnés par le lieutenant Walter Wallace, chargé de les chaperonner pendant leur séjour en Californie. A l'hôtel Fairmount de San Francisco, Wallace leur obtient une suite et essaie de rameuter quelques jolies filles, en leur promettant des bas en nylon ! C'est ainsi que les trois héros font la connaissance de la plantureuse Alice Kratchna, qui se consacre corps (surtout) et âme, à l'amélioration du moral des guerriers…Alors qu'une party endiablée fait rage dans la suite, Wallace essaie d'obtenir une rallonge de leur permission, en leur présentant l'industriel Turnbill, qui dirige des chantiers navals, et qui est accompagnée de sa ravissante fiancée, Gwenneth Livingston. Turnbill demandent aux trois héros de faire des conférences dans ses chantiers, pour inciter ses ouvriers à travailler plus. Mais Crewson le prend mal, et le congédie brutalement. La réponse de Turnbill, qui a ses entrées à l'amirauté, ne se fait pas attendre. Les trois amis sont convoqués à l'hôpital pour une série d 'examens... C'est alors que Gwenneth intervient, pour faire annuler cet ordre, en expliquant à son fiancé influent, que les trois acceptent finalement de parler aux ouvriers. En route, pour les chantiers navals, Crewson et Gwenneth, s'arrêtent dans un night club où ils échangent un baiser. Puis ils retournent à l'hôtel. Crewson rencontre alors un de ses anciens camarade, bloqué sur un fauteuil roulant, et mourant lentement des suites de ses blessures reçues au combat. Quand Turnbill survient en lui reprochant de ne pas avoir tenu ses engagements, il lui envoie son poing dans la figure ! Quant à Gwenneth, elle lui jette sa bague de fiançailles à la face ! Gwenneth et Andy passent la nuit ensemble. Le lendemain, la police militaire arrive pour emmener les trois héros à l'hôpital. Mac apprend qu'il vient d'être élu au Congrès, ce qui lui permet de rompre son engagement. Wallace a trouvé un autre industriel pour remplacer Turnbill. Il s'agit d'un fabricant de papier, Bill Hotchkiss, qui fournit l'Armée. C'est alors qu"arrive l'enseigne Chuck, ivre mort, qui leur annonce que leur porte-avions vient d'être coulé, avec une grande partie de l'équipage à bord ! L'heure n'est plus à la fête. Crewson en fait une attaque de malaria. Pendant que Gwenneth s 'occupe de lui, il lui avoue qu'il l'aime. Cette triste nouvelle détermine Crewson et Missisip à reprendre le combat, et ils foncent au port pour attraper l'avion de Chuck qui s'apprête à décoller. Crewson embrasse Gwenneth en lui promettant de revenir. Mac, abandonnant ses projets politiques, les suit.

Ce film qui débute comme un grosse farce où on se moque des gens de l'arrière, des planqués, voit son ambiance s'assombrir progressivement quand Crewson encontre son compagnon de combat sur le point de mourir, puis apprend la perte de son porte-avions. La bamboula du début, avec musique de jazz, alcool et belles pouliches, dont la sculpturale Jayne Mansfield, fait place, par la voix de Crewson, à une critique amère des profiteurs de guerre. On imagine que ces soldats qui se comportent comme des collégiens, ont du vivre des choses bien pénibles sur le front. Ils repartent néanmoins au combat, sans illusion sur leur sort, laissant les civils à leurs intrigues.

Ce film reçut un accueil très mitigé de la critique. Il arrivait douze ans trop tard. Une autre guerre, d'un autre genre, (la guerre de Corée) était aussi passée par là, et la seconde guerre mondiale commençait à entrer dans l'Histoire; elle n'intéressait plus les spectateurs.
 
Les avions du film :

Le principal avion du film, vu au décollage et à l'amerrissage, est un amphibie Consolidated PBY-6A (à dérive haute) avec des étoiles sans ailes, comme avant juin 1943. Entièrement de couleur "midnight blue", sans aucun signe autre que "Navy" sur les ailes (ce qui n'est pas correct); il est équipé d'une tourelle désarmée, à la proue. Aucune marque ne permet de l'identifier, et ce devait être un avion fraîchement rayé des inventaires de l'US Navy. On voit les quatre amis s'installer confortablement (21 heures de voyage environ ! Le Cat était assez lent..) dans le poste du radio et du navigateur, un poste qui était en réalité beaucoup plus encombré, avec une table, et plusieurs consoles radio, à gauche. On ne voit d'ailleurs ni le radio, ni le navigateur, un homme clé pour un voyage Honolulu-San Francisco (3841 km, à la limite du rayon d'action du PBY-6). Ces avions servaient encore dans les années cinquante aux missions de sauvetage.

Alors qu'on nous annonce le lieu et la date : "Honolulu 1944", au tout début du film, on voit atterrir un Boeing C-97 Stratofreighter du MATS, mis en service en 1947. Le film n'est pas à un anachronisme près, et les voitures à San Francisco sont des modèles des années cinquante.

De même, à la fin du film, on nous montre le porte-avions USS "Boxer" (CV-21) qui n'entra en service qu'en avril 1945, trop tard pour participer aux opérations dans le Pacifique (mais il servira pendant toute la guerre de Corée). Les avions qui en décollent sont des Douglas Skyraider AD-4B de l'Attack Squadron 125 (VA-125, ex VA-923), "Rough Raiders". La VA-125 faisait partie du Carrier Air Group 12 (CVG-12), dont les avions portent la lettre "D" sur le dérive. Elle fut déployée sur l'USS "Boxer" en 1954, date à la quelle ces vues furent vraisemblablement prises, et désactivée en 1958.


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr
 

 
EMBRASSELA.jpg











KISSTHEMFORME.jpg


















©movieposters.ha.com
Mots-clés associés

Date de création : 23/12/2008 : 19:39
Dernière modification : 23/12/2008 : 19:39
Catégorie : - Films
Page lue 3854 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !