Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

GALLANT JOURNEY
 

 
Année : 1946
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée : 1 h 25 min.
Noir et blanc


Réalisateur : William A. WELLMAN
Scénario : Byron MORGAN, William A. WELLMAN

Acteurs principaux :
Glenn FORD (John J. Montgomery), Janet BLAIR (Regina 'Ginny' Cleary), Charles RUGGLES (Jim Montgomery), Henry TRAVERS (Thomas Logan), Jimmy LLOYD (Dan Mahoney), Charles KEMPER (père "Dickie" Ball), Arthur SHIELDS (père Kenton), Willard ROBERTSON (Zachary Montgomery), Selena ROYLE (Mme. Zachary Montgomery), Robert De HAVEN (Jim Logan)

Producteur : William A. WELLMAN
Musique : Marlin SKILES
Photographie : Elmer DYER, Burnett GUFFEY, George MEEHAN
Compagnie productrice : Columbia pictures.
 
Avions :
-Montgomery Aeroplane (réplique)
-Montgomery Santa Clara (idem)
-Montgomery Evergreen (idem)
     

 Notre avis :

William Wellman avait été le premier réalisateur à tourner un grand film d'aviation après la première guerre mondiale ("Wings" 1927), il fut également le premier à tourner un grand film d'aviation après la seconde. Il s'investit dans ce film, puisqu'il participa à l'écriture du scénario, et en assura la production pour la Columbia. Comme pour faire oublier les films de guerre, il choisit un sujet fort éloigné des combats, et même de l'époque. L'histoire se passe à la fin du XIX° siècle, alors que des pionniers exploraient le vol des plus lourds que l'air. Elle est basée sur vie la vie du pionnier américain John J. Montgomery. Ce dernier est fort peu connu en Europe, mais aux Etats-Unis, il passe pour être le premier homme à avoir inventé et essayé avec succès, un planeur aux ailes cambrées, en août 1883, vingt ans avant les frères Wright. Né en Californie à Yuba City, Montgomery jouissait d'une grande renommée dans l'état. La Jeune Chambre de Commerce de San Diego avait déboursé 25.000 dollars pour acheter les droits de sa biographie. En outre, elle fit érigé, après guerre, un mémorial de 10.000 dollars à la mémoire de Montgomery, à Otay Mea, près de la frontière mexicaine, où il avait effectué son premier vol plané. Un autre monument, beaucoup plus petit, fut érigé sur le campus de l'université de Santa Clara, où il poursuivit ses expérimentations. C'est dans ce contexte, que le film de Wellman fut tourné. La Columbia racheta les droits à la Jeune Chambre de Commerce qui joua un rôle actif dans la promotion du film, qui faisait indirectement de la publicité à la ville de San Diégo.


 
Le film commence avec un garçon faisant voler une maquette d'avion radio commandée que des garnements descendent à coup de fusil ! Un vieux monsieur, Jim Montgomery, sépare les jeunes gens qui en étaient venus aux mains; il les emmène voir le monument dédié à son frère John, et leur raconte l'histoire de ce pionnier de l'aviation. Tout jeune, John n'a qu'un seul désir, voler. Tout le monde, à part la fille qui l'aime, Régina, le croit fou. Il construit en août 1883, un planeur qui lui permet de voler sur quelques dizaines de mètres, et qu'il appelle "aeroplane". Grâce à l'entremise du père Kenton, un fanatique d'aviation, John trouve un travail au Santa Clara College où il peut poursuivre ses travaux sur les planeurs. A la suite d'un évanouissement, il apprend qu'il ne pourra plus voler, ces malaises pouvant se répéter. Regina trouve un parachutiste, Dan Mahoney, qui se produit dans un cirque sous le nom du "professeur LaSalle". Il accepte de piloter le planeur de John. Après s'être entraîné sur la machine, tirée par un cheval lancé au galop, il acquiert une maîtrise suffisante pour faire un essai en public. Le planeur est emmené en altitude par un ballon gonflé à l'air chaud. A une certaine altitude, Mahoney se sépare du ballon et redescend en vol plané. Il est accueilli en héros. Mais un jour, Mahoney se tue lors d'un essai. La malchance poursuit John, quand un tremblement de terre détruit son planeur ainsi qu'une partie des bâtiments du Santa Clara College. La seule chose qu'il peut récupérer du désastre est une machine de son invention, pour laver les graviers, afin d'en extraire l'or. Il peut la vendre 25.000 dollars. Il se marie enfin avec Regina, mais un homme qui prétend être l'inventeur de la machine qu'il a vendu, lui intente un procès. Il le gagne, mais il est ruiné. Néanmoins, John reconstruit un nouveau planeur et décide de le piloter lui même. Lors d'un vol, il s'évanouit, et percute le sol; Il meurt peu après dans les bras de sa femme.

Le film s'annonce comme "l'histoire du premier homme qui ait jamais volé". Wellman annonça dans une interview que le film "provoquerait l'effet d'une bombe dans le monde aéronautique " ! Il n'en fut rien, et ces déclarations tonitruantes n'ont pas servi la renommée de Montgomery. Régina, son épouse d'une année, passa le reste de ses jours à obtenir la reconnaissance historique qu'elle croyait due à son mari. Ce film fut un pas important dans ce sens. Montgomery travailla pendant vingt sept ans à inventer des machines volantes, et fut sans doute un des premiers, sinon le premier, à expérimenter des planeurs aux Etats-Unis. Wellman semble ne pas connaître le vol du Français Jean-Marie Lebris en 1856, ainsi que les nombreux travaux de ses prédécesseurs tant en France qu'en Europe. Il est bien difficile de savoir qui a été le premier homme  à voler, encore faudrait-il s'entendre sur la définition du mot "voler". …Rien qu'aux Etats-Unis, on mit longtemps avant de s'accorder sur qui les représenterait dans cette sorte de compétition, de Whitehead, Langley, ou les frères Wright, tous en 1903. En fait, les recherche menées simultanément dans plusieurs pays, ont profité à tout le monde, les chercheurs s'inspirant des travaux des autres. Un avion est ainsi l'aboutissement de multiples apports qui ont enrichi son constructeur. C'est donc une oeuvre commune et internationale.

Quant au fait d'être lâché d'un ballon, ce ne fut pas non plus une "première" de Montgomery. En 1853 et 1854, un autre Français, Louis Charles Letur, fut le premier à expérimenter des vols en "pleine atmosphère", après avoir été lâché d'un ballon. Enfin, précisons que le mot "aéroplane" n'est pas dû à Montgomery, mais à l'inventeur français Joseph Pline, qui l'employa pour la première fois en 1855. Rendons à César, ce qui appartient à César….

Comme d'habitude, cette biographie hollywoodienne ne recherche pas l'exactitude historique. La maladie de Montgomery, responsable de sa mort dans le film, est une pure invention, et a été imaginée pour ajouter du sel à l'histoire. Montgomery, comme plus tard les Wright, fit ses essais en secret, et la première mention de son vol de 1883, apparut dans un livre d'Octave Chanute, qui parle d'un vol de 36 mètres, et non de 183 mètres comme revendiqué. …Il n'était donc pas facile d'écrire un scénario sur un homme qui faisait des expériences de planeurs à l'abri des regards indiscrets. Le film parle donc surtout des essais publics des machines de Montgomery. Un parachutiste professionnel, Daniel J. Maloney (appelé Mahoney dans le film), fut effectivement embauché pour piloter le planeur. Après trois mois d'entraînement, il put effectuer des démonstrations privées, en août 1904  à Aptos (CA), et en mars 1905, devant un parterre de journalistes. Mais en juin 1905, Maloney trouva la mort suite à une rupture de la structure du planeur. En octobre 1911, Montgomery essayait un nouveau planeur qui devait être motorisé. Il décrocha à faible altitude et se renversa en touchant le sol. Sa tête ayant heurté un boulon qui fixait l'aile, Montgomery mourut peu après.

Comme le montre le film, Montgomery ne s'intéressait pas uniquement à l'aviation, mais était professeur de sciences appliquées au Santa Clara College. De 1894 à la fin de 1903, il s'intéressa surtout à la télégraphie sans fil, et à d'autres expériences sur l'électricité.

Pour l'anecdote, notons que parmi les acteurs il y avait Robert M. DeHaven, l'as du Pacifique aux 14 victoires sur P-38. Il pilotera plus tard un P-51D de l'ANG, avec marques allemandes, dans le film "Fighter Squadron"(1948).

"Gallant journey" qui passe pour certains, pour un grand film d'aviation (au moins de par son budget : 1.300.000 $­­­), manque de souffle épique, et n'arrive jamais à captiver le spectateur. Ce film, inédit en France, ne reçut pas les éloges de la critique. Il s'étend beaucoup trop sur les rêves du pionnier, ou sur les efforts désespérés de son amie d'enfance pour attirer son attention (il ne l'épousa qu'à 52 ans, un an avant sa mort..)... Mettre à l'écran la vie d'un homme qui avait consacré tout son temps et son énergie à maîtriser la technique du vol, malgré les rires et les critiques, fournissait matière à produire un film avec une grande dimension dramatique, que Wellman n'a pas réussi à traduire.

 


Les avions du film :

Le tournage des scènes aériennes fut effectué sous la direction de Paul Mantz qui pilota l'avion caméra, et l'opérateur légendaire Elmer Dyer, chargé des prises de vues.

Pour les ballons, Wellman s'attacha les services d'un des meilleurs aérostiers de la côte ouest, Art Lenkeit. Lenkeit considérait les montgolfières d'origine comme des monstruosités, et utilisa des ballons ayant une enveloppe plus solide que les originaux. Ils furent en outre gonflés à l'hélium. Le pilotage des ballons posa quelques problèmes au pilote du planeur, Paul Tuntland, suspendu en dessous. Un jour, il dépassa l'altitude de largage prévue (1200 m) et fut emporté à près de 4900 m d'altitude, la valve de largage du gaz s'étant bloquée.

Onze reproductions de trois planeurs de Montgomery furent construits par la société Radioplane Company de Van Nuys (CA). Cette société avait construit des cibles télécommandées pour l'Armée et la Marine pendant la guerre. Alors que les répliques devaient ressembler grosso modo aux originaux, Radioplane substitua des tubes de duralumin au bois et au bambou, et de la toile d'avion au tissu de soie de l'époque. Aux essais, plusieurs défaut durent être corrigés, ce qui fait que les planeurs du film sont légèrement différents des originaux.. Le premier planeur qui vola secrètement en 1883, avait une envergure plus petite et ne disposait pas d'une dérive comme celui du film. Elle fut ajoutée pour des questions de sécurité. Lors du deuxième essai, l'original s'était écrasé. Le second planeur qui vola en public en 1904, le "Santa Clara", est assez semblable à l'original, sauf que ses ailes n'ont pas le dièdre négatif de l'original. Le troisième planeur l'"Evergreen", a également une aile sans dièdre, munie d'ailerons, avec quatre mats de haubanage sur le dessus au lieu d'un seul sur la copie. Montgomery pilotait le planeur au moyen de deux commandes latérales manuelles (un peu comme un Wright), qui furent remplacées par un manche unique doté d'un volant totalement anachronique. On ajouta également un palonnier qui n'existait pas sur l'original. Malgré plusieurs accidents sans trop de gravité, ces planeurs obtinrent leur certification, dans la catégorie expérimentale. Ces copies améliorées furent pilotées par Don C. Stevens et Paul Tuntland qui reproduisit l'accident fatal de Montgomery. Ces planeurs apparaissent aussi sous forme de maquettes que Montgomery utilise pour tester ses théories.

Au tout début du film, un garçon fait voler un modèle radio commandé de Lockheed P-80, appelé "Atom jet" pour faire encore plus moderne, et marquer ainsi le grand pas accompli en matière d'aéronautique en une soixantaine d'années..



Christian Santoir


*Film rare
 
GALLANTJOURNEY.jpg






















Montgo.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 20/01/2009 : 09:45
Dernière modification : 14/07/2013 : 13:08
Catégorie : - Films
Page lue 4796 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !