Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

AIGLE DE FER II
Vo. Iron eagle II
 

Année : 1988
Pays : Israël, Canada
Genre: action
Durée : 1h 45 min.
Couleur

Réalisateur : Sidney J. FURIE
Scénario : Kevin ELDERS &Sidney J. FURIE

Principaux acteurs :
Louis GOSSETT Jr. Charles 'Chappy' Sinclair, Mark HUMPHREY Capitaine Matt Cooper, Stuart MARGOLIN (Général Stillmore), Alan SCARFE (Colonel Vardovsky), Sharon BRANDON (Valeri Zuyeniko), Maury CHAYKIN (Sergent Downs), Colm FEORE (Yuri Lebanov), Clark JOHNSON (Graves), Jason BLICKER (Hickman), Jesse COLLINS (Major Bush), Mark IVANIR (Balyonev), Uri GAVRIEL (Georgi Koshkin).

Prise de vue aérienne : Clay LACY
Musique : Amin BHATIA
Photographie :: Alain DOSTIE
Producteurs : Sharon HAREL, John KEMENY, Jacob KOTZKY
Compagnies productrices : Carolco Pictures, Alliance Entertainment, Harkot Productions
 
Avions :
-General Dynamics F-16A/B
-IAI  C.2/F-21A Kfir
-McDonnell F-4E Kurnass
-Lockheed C-130H Qarnaf
-Boeing 707-300
-Douglas Skyhawk A-4E  (dans un musée)
-Nord 2501 Noratlas (idem)
-Britten-Norman BN-2 Islander (idem)
-Dassaut Ouragan (idem)
-Fokker S.11 Instructor (idem)
-Boeing-Stearman Kaydet (idem)

Notre avis :

Faisant suite à "Iron eagle", "Iron eagle II" se distingue par un scénario un peu plus crédible. Il est vrai qu'il était difficile de faire plus farfelu que le premier, où un teen-ager attaquait, seul, un pays arabe, pour libérer son père, en écoutant de la musique rock ! Heureusement pour nous, ce jeune et improbable héros est éliminé dès le début de ce film. Le scénario est, en quelque sorte, d'actualité, ou presque : un pays du Moyen Orient est en possession de la bombe atomique et de fusées à longue portée, avec lesquelles il menace l'URSS et les USA… Pour y répondre, les Russes et les Américains montent une opération commune, et là, on revient dans la fiction totale. Même en 2009, les relations russo-américaines n'en sont pas encore là…

"Iron eagle II" commence comme le film précèdent du même nom. Deux jets américains à l'ouest de l'Alaska, pilotés par Matt Cooper et Doug Masters, pénètrent dans l'espace soviétique. Alors qu'ils se font intercepter, ils essaient de s'échapper pour rejoindre les USA, mais ils se font tirer dessus. Un des avions américains est abattu. L'"incident" est résolument ignoré par la Maison Blanche, au grand dam du général Stillmore. Le secrétaire d'Etat à la Défense doit lui expliquer qu'une opération secrète doit être bientôt montée avec les Soviétiques contre un pays du Moyen Orient qui dispose de l'arme nucléaire, et qui menace de s'en servir dans trois semaines ! Stillmore est chargé de cette opération. Il se rend alors chez le colonel de réserve "Chappy" Sinclair qui s 'occupe d'un musée aéronautique. Compte tenu de son précédent exploit (Cf. "Iron eagle"), il lui propose de prendre le commandement des forces mixtes, moyennant une promotion au grade de général. Chappy accepte. Cinquante six heures plus tard, un avion dépose sur une base israélienne, le capitaine Matt Cooper, l'ami de Doug. Etonné, il retrouve sur la base d'autres militaires américains, choisis comme lui, pour participer à cette opération spéciale. Un matin, ils assistent, médusés à l'atterrissage d 'appareils soviétiques sur la base. Ils apprennent alors qu'il va leur falloir sympathiser et collaborer avec leurs nouveaux alliés. Leur objectif est une usine nucléaire où on prépare le lancement d'une fusée intercontinentale portant une bombe A. L'opération combine une attaque aéroportée et une attaque aérienne. Mais Chappy a beaucoup de mal à faire coexister ses deux équipes qui se regardent de travers. Seul, Cooper trouve quelque charme dans cette alliance contre nature, dans la personne du beau pilote de sexe féminin, Valeri Zuyeniko…Chappy s'aperçoit que ses hommes ont été bien mal été choisis : Cooper a vu son coéquipier descendu par les Russes, le major Bush est claustrophobe, ce qui lui vaut de se tuer lors d'un vol d'entraînement au fond d'un canyon, quant au sergent Downs, il est violemment anti-communiste ! De là à penser que quelqu'un cherche à saboter la mission…Chappy et le colonel Vardovsky, commandant le groupe russe, comprennent alors qu'une alliance sovièto-américaine n'est pas du goût de certains dirigeants. Le général Stillmore est en fait contre la politique de détente, et préfère avoir recours aux bombardiers nucléaires ! Coté russe, la situation est la même. Chappy et Vardovsky décident néanmoins de continuer, sans l'aval de leurs hiérarchies respectives. Ils finissent par motiver leurs hommes, et passent à l'action. Lors de l'approche du site nucléaire, le transport emmenant le groupe d'intervention au sol est touché. Il se pose en plein désert, et Chappy réussit à sauver deux véhicules blindés qu'il emportait. Les chasseurs reçoivent l'ordre de rentrer, la mission semblant avoir échoué, mais Cooper et un petit groupe d'irréductibles, dont Valeri, attaquent le complexe nucléaire ennemi. Le temps presse car les bombardiers russes et américains ont déjà décollé pour anéantir le site. Cooper et ses coéquipiers parviennent à le détruire avant. Suite à la réussite de l'opération, une déclaration commune est signée par les présidents russe et américain. Chappy refuse l'offre de Stillmore de rester dans l'armée, sous ses ordres. Les Russes repartent chez eux, mais Cooper reverra bientôt sa "camarade" Valeri, à Moscou, pour le défilé de la victoire !

Le pays inconnu possesseur de l'arme atomique et du vecteur qui va avec, est vraisemblablement l'Iran. L'usine est située juste à la frontière Iran-Irak, au nord d'Al Basrah (Bassora), comme le montre Chappy sur une carte. Les soldats ennemis ont des uniformes israéliens, et le matériel roulant est israélien et russe, camions Zil, véhicules blindés BTR 152, dont l'armée israélienne est amplement pourvue…Mais le tank russe "dernier modèle" n'est qu'un transport de troupe américain M113 APC, avec une tourelle fantaisie. Les lance-missiles ont l'air particulièrement légers et un peu ridicules. Les Israéliens, auraient pu fournir de vrais SA-2 Guideline, SA-3 Goa, SA-9 Gaskin, dont ils détiennent de nombreux exemplaires. L'effet des deux missiles air-surface AGM65 Maverick, lancés sur l'usine, est disproportionné avec leurs charges (charge creuse de 57 kg seulement). Enfin, signalons qu'il n'y avait pas en 1988, de femmes pilotes de chasse en URSS, comme en 1945.

Le film comporte de nombreuses scènes de dogfights où F-16, F-4 et Kfir se poursuivent sur fond de désert et qui ont fait comparer "Iron eagle II" à "Top gun". C'est sans doute grâce à ces séquences, où on peut admirer l'adresse des pilotes israéliens, que le film a connu un certain succès, suffisant pour envisager la production d'une suite.


Les avions du film :

Le musée fictif de  l'USAF à Fowler AFB (le vrai musée de l'USAF est à Wright-Patterson, dans l'Ohio) est en fait l'Israeli Air Force Museum, établi sur la base d'Hatzerim. On y voit une partie de sa riche collection : un Douglas Skyhawk A-4E (893, c/n 13143, BuNo. 150090), un Nord 2501 Noratlas, un Britten-Norman BN-2 Islander, un Dassaut Ouragan (113). Comme dans le premier film, on voit Chappy le nez plongé dans un capot moteur, tout en écoutant de la musique et en tortillant du derrière (!). Mais cette fois, ce n'est pas d'un Cessna 150 dont il s'occupe, mais d'un Fokker S.11 Instructor, tout jaune avec dessus noir, un ancien avion d'entraînement de l'IAF. A coté, on peut voir par dessus l'épaule du général Stillmore, un Stearman PT-17 Kaydet tout argent. Ces deux derniers avions appartiennent au musée d'Hatzerim.

On retrouve les General Dynamics F-16A/B de la base de Ramat David (Haïfa), dont certains ont conservé l'étoile de David. Il y aussi les McDonnell F-4E "Kurnass", avec leur curieuse perche de ravitaillement made in Israël, qui remplacent les Mig-23/29 russes, auxquels ils ne ressemblent absolument pas. Les Kfir C.2/F-21A sont appelés "Mirage" (ce qui n'est pas faux) et représentent la chasse du pays ennemi, avec des insignes nationales fictives (étoile à cinq branches sur fond rouge). L'Iran reçut effectivement des Mirage, mais des F.1.

Le groupe d'intervention de Chappy est emmené dans un Lockheed C-130H "Qarnaf" de l'IAF. A la fin du film, les Soviétiques rejoignent leur pays dans un Boeing 707-300 israélien, frappé du drapeau soviétique… !

Les bombardiers nucléaires, vus rapidement du dessous, sont deux maquettes à grande échelle de Boeing B-52 (on voit sur l'aile gauche le support de la maquette…) et de Tupolev Tu.95 Bear.


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr


 
AIGLEDEFER2.jpg

IRONEAGLE2.jpg
 
Mots-clés associés

Date de création : 03/02/2009 : 22:03
Dernière modification : 04/12/2012 : 16:55
Catégorie : - Films
Page lue 4440 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !