Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LES AIGLONS
Vo. 20 000 men a year
 
Année : 1939
Pays : Etats-Unis
Genre : Action
Durée : 1 h 24 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Alfred E. GREEN
Scénario : Lou BRESLOW, Owen FRANCIS
Histoire originale : Frank WEAD

Principaux acteurs :
Randolph SCOTT (Brad Reynolds), Preston FOSTER (Jim Howell), Margaret LINDSAY (Ann Rogers), Mary HEALY (Joan Marshall), Robert SHAW (Tommy Howell), George ERNEST (Skip Rogers), Jane DARWELL (Mme. Allen), Kane RICHMOND (Al Williams), Max 'Slapsie Maxie' ROSENBLOOM (Walt Dorgan), Douglas WOOD (Crandal)l, Victor SEN YUNG (Harold Chong), Paul STANTON (Gerald Grant)


Musique : Samuel KAYLIN
Photographie : Charles A. MARSHALL, Ernest PALMER
Conseiller technique : Paul MANTZ
Producteur : Sol M. WURTZEL
Compagnie productrice : Twentieth Century-Fox Film Corporation
 
Avions :
-Boeing 100 c/n 1144, NX873H
-Stearman C-2B  c/n 110, NC4099
-Stearman C-3B c/n 190, N6391
-Piper J-3 Cub c/n 2037 NC20237
-Fairchild 24C-8C  N15346
-Lockheed 10 (en arrière plan)
-Waco Cabin (idem)
-Curtiss-Wright 16K (idem)
-Douglas DC-4E (images d'archives)
-Boeing P-26 (images d'archives)

     

Notre avis :

Dans les années précédant la dernière guerre mondiale, plusieurs états européens, en particulier l’Allemagne nazie, l’Italie, l'URSS, et, dans une certaine mesure, la France, commencèrent à entraîner des milliers de jeunes hommes pour devenir pilotes. Bien que de nature civile, ces programmes encadrés et financés par l’Etat n’étaient en réalité rien d’autres que des opérations à but militaire. A la fin de 1938, avec l’imminence de la guerre en Europe, la Civil Aeronautics Authority (CAA, l’ancêtre de la FAA) instaura aux USA un plan de formation visant à former 20.000 pilotes civils par an, le «Civilian Pilot Training Program». Ce film basé sur une histoire du très prolifique Frank WEAD, offre une histoire romancée de ce programme, destinée à susciter des vocations.


 
Randolph SCOTT joue le rôle d’un pilote de ligne, Brad Reynolds, qui se fait mettre à pied parce qu’il n’a pas respecté les ordres de la tour de contrôle lui enjoignant de ne pas atterrir sur le terrain de Saugus, à cause de la trop faible visibilité. L’inspecteur de la CAA suspend sa licence pour deux mois, mais Brad, furieux, la déchire devant lui ! Au chômage, il rachète une petite école de pilotage à Riverside, en Californie, mais les affaires ne vont pas fort. Il essaie de se faire réembaucher par son ancienne compagnie, mais le directeur lui apprend qu’il est trop âgé. Alors qu’il s’apprête à fermer son école, son banquier se dit disposé à lui prêter de l’argent s’il participe au nouveau programme de formation de pilotes civils lancé par la CAA, d’autant que son école est située à proximité d’un campus universitaire. Brad saisit l’occasion et fait quelques conférences à l’université. Les candidats affluent ; parmi les premiers se trouve Tommy, le frère de l’inspecteur de la CAA qui lui a suspendu sa licence ! Il y a aussi Skip, un orphelin auquel il a déjà donné des cours, mais dont la soeur aînée, Ann, désapprouve son choix, car elle trouve que les avions ne sont pas sûrs. Lors de son premier vol solo, Tommy se livre à toutes sortes d’excentricités et Brad ne lui donne pas son brevet. Tommy lui avoue qu’il apprend à piloter uniquement pour faire plaisir à son frère, mais qu’en fait, il est terrifié. Brad lui donne une deuxième chance. Alors qu’ils sont au dessus du Grand Canyon, le moteur a des ratés ; Tommy prend peur et se cramponne aux commandes. L’avion part en vrille et quand Brad parvient à le redresser, Tommy, paniqué, saute en parachute ! Brad atterrit et trouve une auto qui le ramène au terrain. Il prend alors un autre avion dans lequel embarque, au dernier moment, Skip. Ils retrouvent Tommy resté accroché à un arbre. En voulant le décrocher, Brad se blesse gravement et ne peut plus bouger les jambes. Alors que les recherches s’organisent, Skip réussit à faire embarquer les deux blessés dans l’avion et prend les commandes. Suivant les conseils de Brad, il décolle, non sans endommager le train d’atterrissage. Quand il arrive au terrain où les attendent Ann et le frère de Tommy, on les avertit qu’une jambe du train est manquante ! Skip atterrit sur une roue et réussit à freiner l’avion sans casse, révélant ainsi ses dons pour le pilotage. Brad a gagné l’estime du frère de Tommy et l’amour d’Ann.

 
Ce film fournit quelques informations intéressantes sur le CPTP, cette sorte d’Aviation Populaire, à l’américaine, qui ne recrutait pas parmi le "peuple", mais dans les universités. La plupart des pilotes sortant du CPTP allèrent dans l’aviation civile. On remarquera l’élève d’origine chinoise qui rappelle que les cours étaient ouverts aux citoyens de toute origine. En fait, les citoyens de couleur étaient plus représentés par les Noirs que par les Jaunes. Ils provenaient notamment du Tuskeege Institute qui avait été inclus dans le CPTP. A la déclaration de la guerre, ils feront partie des premiers pilotes afro-américains de l’Armée. Mais, en 1939, aucun Noir n’apparaît dans le film….

Tourné à Monrovia Airport, ce film n’est pas exempt de longueurs (notamment la longue recherche de Tommy tombé dans le canyon). Il déçut beaucoup Paul MANTZ, le conseiller technique du film. Selon lui, l’impact du film sur la jeunesse serait faible ; il fallait donner aux jeunes ce qu’ils voulaient, c’est à dire, des sensations. Il déclara au producteur : «C’est le méchant qui fait l’histoire... Le type qui fiche tout par terre, qui fait tout de travers, est plus proche du spectateur. Faisons un film sur la formation des pilotes avec un héros volant sous les ponts, à travers les granges et faisant du radada au-dessus de la garden-party du général ». Le producteur préféra en rire….


 
Les avions du film :

Les principaux avions du film sont ceux de Paul MANTZ : son célèbre Boeing 100 (NX873H, c/n 1144) qui est actuellement la propriété de Kermit Weeks, en Floride, et un Stearman C-2B (NC4099, c/n 110). Ces deux appareils portent la même décoration (rouge et blanc), comme tous les avions de MANTZ. Il y aussi un autre Stearman, un C-3B (N6491, c/n 190). Ce type d’avion ne correspondait pas à ceux utilisés par le CPTP, qui employait pour l’école de début, le Piper J-3 Cub, dont on entraperçoit un empennage (NC20237, c/n 2037) près d’un hangar.

Au début du film, Brad pilote un très beau Fairchild 24C-8C (N15346) qui apparut dans une demi douzaine de films et de séries, entre 1937 et 1943. Il volait encore dans les années 1990 dans l’Oregon. Plusieurs autres avions apparaissent en arrière plan, au sol : un Lockheed 10, un Waco Cabin et un Curtiss-Wright 16K.

On remarquera les passages du gros Douglas DC-4E, filmé lors de ses vols d’évaluation sous les couleurs d’United Air Lines. Cet ancêtre du Douglas DC-4 avec ses trois dérives et son train principal à deux énormes roues ne fut pas un succès. Il fut jugé beaucoup trop complexe, et le DC-4 final n’avait pas grand chose en commun avec lui. Cet exemplaire unique fut acheté par les Japonais qui le démontèrent entièrement pour l’examiner. Il servit de base au bombardier Nakajima G5N1 Shinzan qui conserva son aile, ses fuseaux moteurs et son train d’atterrissage.

Juste avant le mot «Fin», on assiste à un défilé de chasseurs Boeing P-26, qui montre bien que ce programme de formation de pilotes civils avait un but militaire sous-jacent.



Christian Santoir


*Film rare
 
20000MENAYEAR.jpg




 
Mots-clés associés

Date de création : 05/03/2009 : 14:53
Dernière modification : 29/07/2010 : 15:04
Catégorie : - Films
Page lue 4154 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !