Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
CENTRAL AIRPORT




Année : 1933
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 12 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : William A. WELLMAN
Scénario : Jack MOFFITT (d’après son roman "Hawk's Mate"), Rian JAMES, James SEYMOUR

Acteurs principaux :
Richard BARTHELMESS (James 'Jim' Blaine), Sally EILERS (Jill Collins), Tom BROWN (Neil 'Bud' Blaine), Grant MITCHELL (Mr. Blaine), James MURRAY (Eddie Hughes), Claire McDOWELL (Mrs. Blaine), Willard ROBERTSON (le directeur de l’aéroport de la Havane), John WAYNE (copilote)

Musique : Howard JACKSON, Bernhard KAUN
Photographie : Sidney HICKOX
Prise de vues aériennes : Elmer DYER
Producteur : Hal B. WALLIS
Compagnie productrice : First National

Avions :
-Ford Tri-motor "BC-127H"
-Travel Air 16K, c/n 16K-2001, NC446W
-Fairchild 71 c/n 675, NC2K (Extr. de film)
-Travel Air D4000 c/n 1379, NC477N
-Stearman C3B c/n 110, NC4099
-Alexander Eaglerock "longwing" c/n 207, NC1412
-American Eagle A1 c/n 277, NC6969
-Pitcairn PA-5 Mailwing c/n 30, NC6708
-Ford Tri-motor 5-AT-C, version De Luxe Club
-Ford Tri-motor 4-AT-D c/n 24, NC5578
-Ford Tri-motor 5-AT-C c/n 64, NC405H



Notre avis :

Dans les années trente, l'aviation subit une profonde transformation aux Etats-Unis. L'ère des barnstormers qui faisaient voltiger leurs petits biplans au dessus des foules ébahies, se termine. Ils sont remplacés par des pilotes de lignes salariés, transportant du courrier ou des passagers, de ville en ville, voire d'une côte à l'autre, dans des avions de plus en plus gros. Il faut trois jours pour rallier New York à Los Angeles, en train. En 1933, il faut 24 heures en avion, environ 17 heures en 1936, moins de 6 heures, en 2013. L'avion raccourcit les distances, dans un vaste pays, où le temps c'est de l'argent. Ce film d'aviation, réalisé par un aviateur et un spécialiste du genre, William Wellman, s'inspire directement de cette évolution. Le titre ne correspond pas du tout au scenario qui ne se focalise pas sur la vie d'un aéroport. Le titre français, "Le signal", est tout aussi inadapté et plus énigmatique…

"Central airport" commence par une tempête qui sévit au-dessus du "Grand Central Airport" d’Amarillo (Texas). Un avion pris dans le mauvais temps, n’est pas rentré. Quand on retrouve son épave, seul le pilote, Jim  Blaine, a survécu. Même si le crash était inévitable par un tel temps, il est renvoyé par sa compagnie qui lui reproche de ne pas avoir tenu compte des avis météo. Quelques temps plus tard, alors qu’il se rend à un fête aérienne, il secourt une parachutiste, Jill, qui a atterri dans un arbre. Quand le frère de Jill, qui est aussi son pilote, se tue, Jim, toujours au chômage, prend sa place, et ils deviennent partenaires dans un cirque volant. Ils finissent par tomber amoureux l’un de l’autre. Jill voudrait se marier, mais après avoir lu la nouvelle de la mort d’un ami pilote laissant derrière lui, une veuve et des enfants, Jim lui déclare que les pilotes ne devraient jamais se marier ! Le message est reçu 5/5 par Jill ! Alors qu’il a été blessé en voulant arrêter un avion qui fonçait sur la foule, son jeune frère Bud, qui est aussi pilote, prend sa place et part en tournée avec Jill dont il tombe amoureux, à son tour. A l’hôpital, Jim change d’avis et achète une alliance. Mais entre-temps, son jeune frère s’est marié à Jill et il arrive trop tard. Il part alors au Mexique. Bud est devenu pilote de ligne et il est muté à la Havane. Jim, qui a servi comme mercenaire dans plusieurs pays (Chine, Chili, URSS..), atterrit, un jour, à la Havane. Il s’est couvert de gloire et sa renommée est parvenue jusqu’aux Etats-Unis; mais il revient borgne et boiteux, ayant laissé un œil au Nicaragua, un talon en Chine, des côtes au Chili ! A l’hôtel, il rencontre Jill, par hasard. Lors d’un dîner en tête à tête, elle lui avoue que c’est lui qu’elle aime le plus. Avant qu’ils aient pu prendre une décision, un message arrive annonçant que Bud a dû amerrir entre la Floride et la Havane, par mauvais temps. Jim vole à son secours. L’avion de Bud flotte encore ; Jim amerrit et arrive à embarquer les rescapés dans son avion. Le brouillard ayant envahi le terrain où il doit atterrir, on convoque toutes les automobiles pour éclairer la piste, mais comme Jim ne voit pas les lumières, on demande aux chauffeurs de klaxonner tous en même temps pour que Jim se guide au son, son moteur ayant calé faute de carburant ! Après avoir accompli ce nouvel exploit, Jim dit adieu à sa bien aimée, et retourne à sa vie d’aventures…


Le scénario est typique des films d’aviation avec le classique triangle amoureux qui est devenu un des poncifs du genre. Dans la scène du naufrage de l’avion de Bud, le rôle du copilote qui se noie en voulant sauver un passager, est tenu par John Wayne, qui, en 1933, jouait encore des petits rôles muets sans que son nom figure dans le générique.. Pour cette scène, les studios construisirent une vaste piscine de 180 m sur 120 m, et de 10 m de profondeur, de sorte qu’un Ford trimoteur puisse y être entièrement immergé ! Une autre grand scène du film montre, un avion sans pilote, fonçant dans la foule, lors d’une fête aérienne. Cette scène fut tournée au Wilson Airport. Paul Mantz devait arrêter l’avion fou en se précipitant dessus avec un autre avion. Juste avant l’impact, Mantz sauta du cockpit, mais se cassa la clavicule quand l’empennage de l’avion passa au dessus de lui. Ce fut d’ailleurs le seul accident de Mantz durant toute sa carrière, pourtant très risquée. Cette scène sera reprise telle quelle, l’année suivante, dans la série "Tailpsin Tommy" d’Universal.

Un autre accident, non simulé celui-là, survint quand Howard Batt, accompagné de Paul Mantz, dut atterrir, de nuit, avec un Ford Trimotor (NC5578), à l'United Airport (piste 25) de Los Angeles. Lors de l’approche finale, il heurta une ligne à haute tension mal signalée; dans une gerbe d’étincelles, l’avion atterrit en traînant les fils électriques derrière lui, mais sans prendre feu ! C'est Paul Mantz qui aurait pris les commandes, au dernier moment, quand il s'aperçut que Batt n'avait pas vu la ligne électrique…Tout le quartier autour de l’aéroport fut privé d’électricité. Ce genre d’accident sera reproduit plusieurs fois (mais en studio avec des maquettes) dans des films comme « Ceiling zero » (1936) et « Flight at midnight » (1939).

En définitive, "Central Airport" est une sorte de perle rare (pour les aérocinéphiles), totalement oubliée aujourd'hui, bien que rééditée récemment en DVD. Il n'y est pas seulement question d'une histoire d'amour malheureuse, sur fond de musique nostalgique ("Rememb'ring'" des sœurs Duncan, de 1923), mais aussi d'aviation, avec de belles scènes aériennes.



Les avions du film :

Le tournage eut lieu en grande partie à l’Alhambra Airport de Los Angeles, qui tient lieu de « Grand Central Airport » (nom inspiré du « Grand Central Air Terminal » de Glendale), situé à Amarillo (Texas). On tourna aussi au Wilson airport et à l'United airport de Burbank. Wellman fit appel, en plus de Mantz, à de grands pilotes cascadeurs comme Roy Wilson, Frank Clarke, Howard Batt et Earl Robinson.

Le Ford Tri-motor dans lequel s’écrase Jim, au début du film, a une fausse immatriculation (NC-127H) qui est celle d’un biplan Bird A. Quand l’Armée part à sa recherche, on voit décoller plusieurs avions militaires : Boeing P-12, Fokker C-14, Stinson R, Keystone LB-7, issus de documentaires. Il y a substitution quand le Travel Air 16K (c/n 16K-2001, NC446W) du frère de Jill perd une aile en vol ; son matricule change alors en "NC1071", celui d'un Thomas Morse S-4C) et c’est un monoplan aile haute Fairchild 71 (c/n 675, NC2K) qui percute le sol à sa place, une scène que l'on retrouvera dans plusieurs films. Des maquettes de Ford Trimotor et de Pitcairn furent utilisées pour les effets spéciaux.

Bud fait des acrobaties au dessus du train de son frère avec un Travel Air D4000 (c/n 1379, NC477N) qui appartient aujourd’hui à un particulier du Vermont. Jill saute en parachute du Stearman C3B (c/n 110, NC4099) rouge et blanc de Paul Mantz. Cet appareil lui servait aussi d’avion caméra et apparaît dans de nombreux films. C’est avec un American Eagle A1 (c/n 277, NC6969) que Mantz emboutit l’Alexander Eaglerock "longwing" (c/n 207, NC1412) qui sème la panique dans la foire.

Jim Blaine, devenu une sorte de mercenaire des airs, vole sur un Pitcairn PA-5 Mailwing (c/n 30, NC6708) équipé de deux flotteurs munis de deux paires de roues, que l'on voit atterrir à l'Alhambra Airport de Los Angeles (censé être l'aéroport de La Havane) , après être passé près de la tour de contrôle du Municipal airport….Le fuselage est orné d’idéogrammes chinois, de la faucille et du marteau, et de l’inscription « Viva la Republica, la Igualdad, la fraternidad ». Tout un programme ! Notons que la transformation du Pitcairn en amphibie n'est pas très convaincante. Avec ses flotteurs trop rapprochés du fuselage, l'hélice ou le fuselage, avait toutes les chances de barboter dans l'eau ! On ne connait pas de conversion du Pitcairn en hydravion, mais ici, il fallait qu'il puisse atterrir dans l'eau pour sauver Bud…Cet appareil avait été vendu en 1932 à l'United Air Service de Paul Mantz qui le revendit après le tournage. Il eut ensuite neuf autres propriétaires et fut stocké démonté pendant la guerre. Après être passé de mains en mains, cet avion fut restauré et revola en juillet 1972. En 1973, il fut vendu à la Owls Head Foundation Trust de Rockland (MA). En 1977, il fut racheté par Stephen Pitcairn qui l'exhiba dans plusieurs meetings. En 2007, il fut inscrit au nom de la société High View Aircraft Llc, d'Essington (PA). En 2009, il subit une nouvelle restauration approfondie, pour le remettre dans son état originel. Elle était encore en cours en 2012.

A La Havane, Neil pilote un Ford 5-AT-C, version De Luxe Club, avec roues carénées et moteurs droit et gauche, munis d'un anneau Townend. Mais quand il décolle, il se transforme en un autre modèle, un Ford 4-AT-D (c/n 24, NC5578). Cet avion appartenait depuis 1930 à R. Reed et E. Clemm, deux pilotes barnstormers se produisant dans les meetings et organisant aussi des promenades aériennes sur des sites touristiques. Construit en 1928, il fut livré à Scenic Airways, Inc., de Grand Canyon (AZ). Scenic le vendit en septembre 1929 à Continental Air Express Inc. de Los Angeles. En novembre 1930, il fut revendu à R Reed et E Clemm qui le gardèrent pendant sept ans durant lesquels, il participa au tournage de "Murder in the clouds" (1934) et "Fugitive in the sky" (1936). En 1937, le célèbre vendeur d'avions de Glendale, Charles Babb l'acquit, puis il eut de nombreux propriétaires, des pilotes barnstormers comme J. Bristow, des sociétés comme, St Louis Flying Service ou la Wichita Engineereing Co. Aviation School. En août 1943, il revint chez Charles Babb qui le revendit en 1945 à la compagnie Shell, en Equateur, basée à Quito (HC-SBC). Le 5 avril 1946, il s'écrasa près du terrain d'Ayuy. Jim retourne nuitamment à "El Paso" dans ce même Ford.

Le Ford qui amerrit et qui est filmé dans la piscine, est le Ford 5-AT-C (c/n 64, NC405H), vu plus haut avec Neil. On peut s'étonner à ce que le "tin goose", un avion entièrement métallique, flotte après avoir amerri sans aucun dégât, ce qui est aussi étonnant. Construit en juillet 1929, il appartint au Parks Air College, puis à la compagnie Southwest Air Fast Express. Au moment du tournage, il était la propriété du magnat du pétrole Erle P. Halliburton. En août 1934, il le revendit à la compagnie TACA (Transportes Aéreos Centro-Americanos) du Honduras (XH-TAW). Il fut ensuite exploité par la TACA du Nicaragua, en  janvier 1936 (AN-AAN), puis par de petites compagnies régionales au Mexique (XA-FUO) en 1942. Il aurait été détruit dans les années 50.



Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr

 

CENTRALAIRPORT.jpg















SIGNAL.jpg


Date de création : 10/06/2009 : 22:29
Dernière modification : 30/11/2013 : 10:38
Catégorie : - Films
Page lue 3600 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Jayjay le 27/01/2011 : 09:59

I've only seen Richard Barthelmess in Broken Blossoms - http://www.tubestime.com/watch/broken-blossoms-7-10 . As for Central airport, I never heard of this film. I just have to watch it, especially with this brilliant actors staffne