Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
APPOINTMENT IN LONDON




Année : 1952
Pays : Grande-Bretagne
Durée : 1 h 36 min.
Genre : guerre
Noir et blanc


Réalisateur :Philip LEACOCK
Scénario : John WOOLDRIDGE, Robert WESTERBY

Acteurs principaux :
Dirk BOGARDE (Wing-Commander Tim Mason), Ian HUNTER (Group Captain Logan), Dinah SHERIDAN (Eve Canyon), Bryan FORBES (Pilot Officer Peter Greeno), Walter FITZGERALD (Docteur Mulvaney), Bill KERR (Flight Lieutenant Bill Brown), William SYLVESTER (Major Mac Baker), Anne LEON (Pamela Greeno), Charles VICTOR (Dobbie).

Producteurs : Aubrey BARING, Maxwell SETTON
Musique : John WOOLDRIDGE
Photographie : Stephen DADE

Avions:
-Avro Lancaster B.I TW862, TW883
-Avro Lancaster B.VII NX673, NX782, NX679
-Avro Lincoln B.I/II (en arrière plan, dont le RF344)
-De Havilland DH.82A Tiger Moth, T7187

 

Notre avis :

"Appointment in London" traite à peu près du même sujet que "12 O'Clock high" (1949), à savoir le stress du commandement pendant la dernière guerre mondiale, mais ici vu, non pas par Hollywood, mais du coté anglais et à la façon anglaise, autrement dit, sans excès. L'histoire se déroule dans une unité de bombardement de la RAF, en août 1943.

Le personnage principal joué par Dick Bogarde aurait été copié sur le Wing Commander Guy Gibson, qui conduisit le fameux raid des "dambusters" contre les barrages hydrauliques allemands, en mai 1943. Ce qui est sûr, c'est que le scénariste et compositeur, John Wooldridge, fut Squadron leader sous les ordres de Gibson au 106 Squadron, en 1942. Leacock, dix ans plus tard, dirigera un autre film d'aviation "Celui qui aimait la guerre", avec Steve Mc Queen.

"Appointment In london" sortit aux Etats-Unis sous le titre de "Raiders in the sky" et connut un grand succès des deux cotés de l'Atlantique.

Le film commence au moment où le wing commander Tim Mason s'apprête à terminer son troisième tour d'opération, soit quatre vingt neuf missions au dessus de l'Allemagne. Désireux de continuer jusqu'à la quatre vingt dixième, il reçoit l'ordre de rester au sol ! Les raids sont de plus en plus coûteux en hommes et certains passent même pour de graves échecs, au point que certains membres de son équipage, comme Brown et Greeno, pensent qu'il y a un traître au travail…Peu de temps après, Greeno est surpris en train d'envoyer des télégrammes codés vers l'extérieur. Ils s'avèrent être destinés à sa femme, Pam. Cependant Mason réprimande Greeno qui est porté disparu lors d'une mission ultérieure. Mason essaie de maintenir les femmes en dehors de la base pour éviter que ses hommes se déconcentrent, mais il rencontre Eve Canyon, une belle attachée navale. Bien qu'il lui manque une mission pour achever son tour, Mason accepte son sort. Alors qu'il assiste au départ de l'avion de Brown, un des membres de l'équipage est gravement blessé par la chute d'une bombe. Baker, l'observateur américain, prend aussitôt sa place. Mason décide de venir aussi. Au dessus de l'objectif, le bombardier de tête qui conduit le bombardement est abattu, ce qui nuit à la précision du bombardement. Mason prend alors la direction du raid, en communiquant par radio les informations nécessaires pour rectifier le tir. Le supérieur de Mason, Logan, félicite Mason à son retour bien qu'il ait désobéi aux ordres. A la fin du film, Mason prend un taxi en compagnie d'Eve et de Pam, la femme de Greeno; il a rendez-vous à Buckingham Palace pour y être décoré par le roi.

Ce film fut tourné en partie sur la base de la RAF d'Upwood, où était basés, à l'époque, les Nos. 7, 148 et 214 Squadrons, tous équipés d'Avro Lincoln. "Appointment in London" se caractérise par une très bonne reconstitution de l'atmosphère d'une unité de bombardement en 1943 (une époque pas si éloignée en 1952). On assiste au briefing avant la mission, avec les interventions des différents spécialistes (navigation, armurier, chasse, météo...). La scène finale du bombardement est particulièrement bien rendue, en entrecoupant des scènes prises dans le cockpit d'un bombardier avec des films pris au-dessus d'une ville allemande (Dresde ?), lors d'un véritable raid. Il y a de la tension dans les voix, mais aucune excitation, aucune vocifération, comme dans le film américain "Memphis Belle" (1990). Ces aviateurs sont des professionnels, et malgré le danger permanent (notamment lors du bombing run où l'avion ne doit absolument pas dévier de sa course), ils échangent calmement des informations importantes pour la précision du bombardement, ou pour avertir le pilote de l'approche d'un chasseur de nuit. On décrit la méthode du marquage des cibles par des fusées de couleur (appelées "arbres de Noël") lancées par les Mosquitos pathfinders, ainsi que l'approche de l'objectif suivant différents axes pour déjouer la chasse adverse. Un bombardier (master bomber) contrôlait les flots convergents d'avions, tout en fournissant aux autres bombardiers les résultats de leur largage.

A l'issue de la guerre, le Bomber Command ne reçut pas beaucoup de médailles, malgré ses pertes élevées (plus de 44% des effectifs !), et bien des équipages eurent le sentiment que leur contribution déterminante avait été oubliée, alors que la chasse reçut tous les honneurs. Ce film, de par son témoignage véridique, fut un des rares à leur rendre justice. Il est d'ailleurs dédié aux aviateurs "qui n'ont pu se rendre à leur rendez-vous à Londres"…

Certains trouveront que "12 O' clock high" est supérieur à "Appointment in London", mais cela n'enlève rien à ce film qui est du bon, du beau film d'aviation anglais, "as usual".


Les avions du film :

Les Avro Lancaster du film sont trois Lancaster B Mk.VII (NX673, NX679 et NX782), la dernière version construite en 1945 par Austin Motors Ltd. et un Lancaster B1 (TW862), construit par W.G. Armstrong-Whitworth Aircraft Ltd.. Ils furent préparés pour le film par la n°20 Maintenance Unit d'Aston Down (pays de Galles) et envoyés à Upwood, durant la dernière semaine de mai 1952, où ils restèrent tout le mois de juin et une partie de juillet. Ils retournèrent au n°20 MU, le 25 de ce mois. Un cinquième appareil, un Lancaster B.1 (TW883), stocké au n°38 MU, fut également prêté à la production, pour le tournage.

Les trois Mk.7 étaient des B Mk.I, avec un armement modifié : une tourelle supérieure Martin 250CE, et une tourelle de queue FN.82 avec deux mitrailleuses de 0.50 seulement. Le B.1 (TW862) a conservé sa tourelle dorsale Frazer-Nash.

Ils ont le même type de camouflage qu'ils auront plus tard dans "Les briseurs de barrage" (1955), avec des casseroles d'hélices de couleur claire, des cocardes et des drapeaux de dérive correspondant bien à 1943. Ces avions ont reçu le faux code "IH" d'une unité fictive, le n° 188 Squadron. Le IH-V (V pour Victor) porte le vrai serial NX782, le IH-S (S comme Sugar) le serial TW862 d'un Lancaster Mk.I. et le IH-B (B comme Baker), le serial NX673. On appréciera le bruit, pardon, la "musique" des Rolls Royce Merlin 24, un véritable enchantement…

Le personnel des trois squadrons basés à Upwood, mit en oeuvre les Lancaster, comme les Lincoln, sous le commandement du squadron leader Peter Landon, le chef du n°214 squadron qui pilota le NX673, pour le tournage. Le squadron leader "Lofty" Hayes du n°148 squadron, pilota le NX782, avec le lieutenant George Fletcher du n°7 squadron qui pilota le troisième B.VII, NX679. Le TW862 fut confié au flying officer Reg Wareham, alors que le cinquième Lancaster, le TW883, ne fut employé que pour le tournage de scènes au sol, ou les prises de vues rapprochées du cockpit, son serial n'étant pas visible.

Les cinq Lancaster furent envoyés, plus tard, à la ferraille, le TW883, vraisemblablement en 1952, le TW862, certainement à la fin de 1954, suivi par les trois Lancaster B.VII, en juillet 1956 (no comment)...La base RAF d'Upwood cessa d'être opérationnelle en 1961.

Certaines vues, prises à Upwood, montrent en arrière plan, des Avro 694 Lincoln, les successeurs du Lancaster, qui font ici de la figuration discrète, pour faire nombre. Ils sont filmés de loin, ou on utilise des subterfuges pour cacher leurs marquages anachroniques, comme leurs cocardes de type D. Le seul que l'on peut clairement identifier quand Mason manque de percuter un tracteur au volant de sa voiture, est le Lincoln dont le serial RF344, qui a échappé au cameraman ou au monteur. Cet Avro Lincoln B Mk.II, construit par Armstrong-Whitworth, avait été transféré de MU en MU, ou OCU (Operational Conversion Unit) avant d'être affecté à Upwood, en mai 1952. Les cinq années suivantes, il reprit son errance, avant d'être vendu à un ferrailleur en août 1957.

L'autre avion employé par le film est un biplan De Havilland DH.82A Tiger Moth II (c/n 83653) construit en 1940 et appartenant au Training Command. Après un long service dans la RAF (serial T7187), cet avion reçut en 1955, le matricule civil G-AOBX. Il connut de nombreux propriétaires (RNVR Flying Group, Universal Flying Services, Tiger Club flying Circus, Leisure Sport Ltd., Vintage Displays and Training Services...). Depuis 2000, il appartient au David Ross Flying Group de Winchester (Hampshire).

Les avions allemands sont représentés par des Focke Wulf 190 et des Messerschmitt Bf.109D, extraits d'images d'archive, fort peu visibles, car filmés par nuit noire...


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.com

 



 
APPOINTMENTINLONDON.jpg



RAIDERSINTHESKY.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 25/06/2009 : 08:15
Dernière modification : 10/03/2012 : 21:53
Catégorie : - Films
Page lue 4725 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !