Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 

LES SABLES DU KALAHARI
Vo. Sands of the Kalahari




Année : 1964
Pays : Grande Bretagne
Genre : aventures
Durée : 1 h 59 min
Couleur

Réalisateur : Cy ENDFIELD
Writers: Cy ENDFIELD , William MULVIHILL

Acteurs principaux :
Stuart WHITMAN (Brian O'Brien), Stanley BAKER (Mike Bain), Susannah YORK (Grace Munkton), Harry ANDREWS (Grimmelman), Theodore BIKEL (Dr. Bondrachai), Nigel DAVENPORT (Sturdevan), Barry LOWE (Detjens).

Musique : John DANKWORTH
Cinematography Erwin HILLIER
Producteur : Stanley BAKER, Cy ENDFIELD
Compagnie productrice : Joseph M. Schenck Productions, Pendennis Productions

Avions :
-Douglas DC-3
-Beechcraft D18S  c/n A-393, ZS-BVR
-Piper Pa 28 140 Cherokee  ZS-QSD (en arrière plan)
-Sud Aviation SA 316 Alouette III
     

Notre avis :

Ce film reprend le thème classique du groupe humain perdu dans une nature hostile et devant lutter pour sa survie. Mais Cy Endfield le traite ici avec une violence particulière, rappelant que dans ces conditions extrêmes, l'homme retourne souvent à la bestialité. La scène du viol tenté par le mâle dominant sur la seule femelle du groupe, fit sensation à l'époque, notamment auprès de la censure... Elle nous semble aujourd'hui très "soft", car on a vu bien pire depuis, hélas ! Ce film annonce le "
Vol du Phenix" (1965) mais en plus réaliste; les survivants ici doivent s'en sortir à pied. Tourné en Namibie, à Swakopmund, "Les sables du Kalahari" offre de splendides images du désert.

Quand le vol pour Johannesburg est retardé de vingt quatre heures, le Dr Bondarahkai, un Libanais, persuade des passagers de louer un avion taxi. Ce petit groupe inclut Grace Monckton, une jeune divorcée, Bain, un ingenieur des mines, Grimmelman, un vieil Allemand et Sturdevant, le pilote. Juste avant le décollage, un chasseur, O'Brien, les rejoint. En vol, l'avion croise la route d'un énorme nuage de sauterelles. Les moteurs sont étouffés et le pilote doit se poser dans le désert. Le copilote est tué et l'avion prend feu. Les rescapés organisent la survie mais ne sont pas d'accord sur les moyens de s'en sortir. Sturdevant, après avoir essayé de violer Grace, décide de partir seul pour chercher du secours. O'Brien, un homme violent qui alimente les rescapés en gibier, prend alors le commandement et oblige le Dr. Bondarahkai à quitter le groupe. Il tue aussi Grimmelman quand il refuse de partir. Bain  a assisté au meurtre et en fait part à Grace qui est attirée par la virilité d'O'Brien. Lors d'une bagarre, Bain l'assomme et le descend au fond d'une cavité rocheuse. Mais une pluie violente remplit le trou et lui permet de s'enfuir. Pendant ce temps, Sturdevant a réussi à atteindre la côte où il est arrêté par les gardes d'une mine de diamants. Après de longues explications, il parvient à les persuader d'envoyer des secours à ses compagnons. Mais O'Brien refuse d'être secouru afin de ne pas à avoir à répondre de ses crimes. Alors qu'il vit seul, il est attaqué par une colonie de babouins dont il avait tué de nombreux individus... Débordé par le nombre, il succombe bientôt.

On remarquera qu'en pleine période d'apartheid, la camera n'oublie pas de filmer la population majoritaire du pays et s'attarde sur des groupes d'enfants noirs et des femmes Herero, puisant de l'eau à un marigot. Le Dr Bondarahkai est sauvé par des Bushmen, autre population locale.

Les critiques furent dans l'ensemble assez bonnes, ce qui n'empêcha pas ce film, qui bénéficie d'une excellente réalisation, de partir aux oubliettes. Il faut dire qu'au départ, il devait avoir un casting prestigieux avec le couple Taylor/Burton... Le "Vol du Phenix" avec James Stewart, sorti l'année suivante, lui fit très certainement de l'ombre.

Comme dans tous les films catastrophe, il y a peu d'avions et le principal est cassé dès le début.


Les avions du film :

Le film ouvre sur l'aéroport Eros de Windhoek où atterrit le Douglas DC-3 de la compagnie namibienne Suidwes Lugdiens, qui n'en possédait qu'un seul à l'époque (le ZS-DIW). En arrière plan, un Douglas DC-4 des South African Airways est parqué sur le tarmac. Quand les passagers sont emmenés en ville, il s'agit de la ville de Swakopmund dont on reconnaît les églises catholique et luthérienne, ainsi que la Poststrasse (actuellement, "Daniel Tjongarero" avenue) où est situé le vieil hôtel Hansa, où ils descendent.

L'accident a lieu avec un Beechcraft D18S (ZS-BVR, c/n A-393) qui appartenait à la compagnie minière Tsumeb Corp. On notera le radar météo sur la planche de bord, ce qui en fait un avion très bien équipé pour 1964. Ce Beech construit en 1947, se crashera à Balfour, Johannesbourg en février 1967. L'avion qui s'enflamme au sol est composé de piéces provenant de plusieurs  appareils, dont le ZS-CNZ.

Quand O'Brien arrive en retard pour embarquer, il passe devant un Piper Pa 28 140 Cherokee (ZS-QSD), du même type que l'appareil qui recherche les naufragés du désert.

Les réfugiés sont secourus par un hélicoptère Sud Aviation SA 316 Alouette III dépourvu de toute marque, avec sur une porte "Tsumba Diamond Mines", une compagnie fictive (Tsumba = Tsumeb).



Christian Santoir


*Film en vente sur ebay.com

LESSABLES.jpg
 
SANDSOFTHEKALAHARI.jpg
Mots-clés associés

Date de création : 23/07/2009 : 09:53
Dernière modification : 27/12/2013 : 19:08
Catégorie : - Films
Page lue 3702 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !