Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml


JE REVIENS DE L'ENFER
Vo. Toward the unknown

 

Année : 1956
Pays : États-Unis
Genre : drame
Durée ; 1 h 55 min.
Couleur

Réalisateur : Mervyn LeROY
Scénario : Beirne LAY Jr.

Acteurs principaux :

William HOLDEN (Major Lincoln Bond), Virginia LEITH (Connie Mitchell), Lloyd NOLAN (Général William Banner), Charles McGRAW (Colonel R.H. McKee), Murray HAMILTON (Major Bromo Lee), Paul FIX (Général Bryan Shelby), James GARNER (Lieutenant Colonel Joe Craven) L.Q. JONES (Lieutenant Sweeney), Bartlett ROBINSON (Sénateur Black)


Musique : Paul BARON
Photographie : Harold ROSSON
Producteur : Mervyn LeROY
Compagnie productrice : Toluca productions, Warner Bros. Pictures

Avions :
-Martin XB-51
-Bell X2 (6674)
-Boeing YKB-29T Superfortress
-Boeing EB-50D  s/n 48-086
-Lockheed F-94C Starfire s/n 51-5642 et 5662
-Lockheed T-33
-North American F-100 Super Sabre
-Republic F-84F

 

Notre avis :

Ce film dont le scenario est signé par un spécialiste du genre, Beirne Lay Jr., a été réalisé avec la collaboration de l'US Air Force qui est remerciée dans le générique. La majeure partie du film fut tournée sur la base d'Edwards, dans le sud de la Californie. "Toward the unknown" (Vers l'inconnu) est la devise du Centre d'Essai en Vol qui y est installé. Frank "Pete" Everest, le pilote du X-2, fut conseiller technique du film.

Le titre français fait référence à la Corée et à ce qui s’est passé avant le film. La guerre de Corée vient de se terminer et les prisonniers (pas tous) rentrent à la maison. Certains, quand ils étaient aux mains de communistes (chinois ou russes) on fait de drôles de déclarations, ont signé des papiers où ils avouaient leurs « fautes ». Le communisme, comme toute religion, croit à la rédemption des âmes, pour cela il suffit d’avouer ses pêchés contre le peuple (Évangile selon St Marx...). Après, dans les années cinquante, le repenti avait le droit d’aller au purgatoire, pardon ! au goulag.


Le major Lincoln Bond est un as qui a été capturé et détenu par les Chinois, pendant la guerre de Corée. Il revient au Centre d'essais de la base d'Edwards avec l'espoir d'être repris comme pilote d'essais. Le commandant de la base, le colonel R. H. "Mickey" McKee, un ami intime, le voudrait bien, mais il doit obtenir l'aval du général Bill Banner. Ce dernier refuse car il n'a pas confiance en Bond. Pendant sa captivité chez les Chinois Lincoln a signé des "aveux" sur l'emploi d'armes bactériologiques... Lincoln constate que son ancienne petite amie, Connie Mitchell, sort avec le même général. Pour continuer à voler, il accepte d'effectuer des essais peu importants. Bill Banner, malgré son âge, se charge toujours des essais les plus difficiles et les plus dangereux; il refuse une promotion qui l'enverrait dans un bureau, à Baltimore. Un jour, Lincoln rencontre un sérieux problèmes avec un prototype qu'il réussit à ramener au sol malgré une déformation des ailes. Le constructeur, H.G. Gilbert, ne veut pas entendre parler de problèmes structuraux et accuse Lincoln d'avoir dépasser les limites de l'appareil. Bill décide d'effectuer un nouvel essai, mais le phénomène ne se reproduit pas. Un jour que Bill procède aux essais en plein vol d'un parachute de freinage, celui-ci se met en torche, mettant en danger son appareil. Lincoln qui vole à coté, parvient à refermer le parachute avec un bidon d'aile de son appareil; les deux avions peuvent atterrir ainsi côte à côte. Bill reconnait que Lincoln lui a sauvé la vie. Le major Joe Craven, un ami de Lincoln est chargé de tester le nouvel avion propulsé par fusée, le X-2. Quand il a des problèmes, Bill lui ordonne de s'éjecter, mais Joe veut reste aux commandes jusqu'au moment où les ailes se brisent. Il s'éjecte alors trop bas et se tue. C'est Lincoln qui le remplace dans le programme d'essai. Malgré les craintes de ses collaborateurs et de Connie, sur sa forme physique, Bill insiste pour effectuer les derniers tests du X-2. Mais juste avant, on demande à Lincoln d'effectuer un avant dernier essai. Largué par l'avion porteur, Lincoln désobéit aux ordres, et allume les deux moteurs fusées, préférant risquer sa vie à la place de Bill. Mais l'avion part en vrille et devient incontrôlable. Lincoln s'éjecte, son parachute s'ouvre, mais le souffle arrache la visière de son casque. Il ne souffre que de blessures légères. Le docteur affirme que Lincoln s'en sort à cause de sa bonne constitution physique et qu'à sa place, Bill n'aurait pas survécu ! Un peu plus tard, Lincoln, accompagné de Mickey, dit adieu à Bill qui part rejoindre son poste à l'État-Major; mais Connie décide de rester avec Lincoln...


Ce film permet de voir quelques aspects de la base d'Edwards, en 1956, la tour de contrôle, le club des officiers avec le mur des signatures et des empreintes de mains (on y reconnait les signatures de "Chuck" Yeager, Glen W. Edwards..), et la pancarte "Through these portals pass the oldest and boldest pilots in the world." (Par ces portes passent les pilotes les plus vieux et les plus téméraires du monde) placée au dessus de la porte du centre des opérations.

"Je reviens de l'enfer", malgré son titre, est un authentique film d’aviation et non pas un drame psychologique sur les prisonniers de guerre. Certes, le scénario comporte l'inévitable compétition amoureuse entre les héros du film, au sujet de la belle Connie, mais le film nous donne l’occasion de voir une belle brochette d’appareils, filmés pour la plupart sur la base d’Edwards, par Paul Mantz. En outre, beaucoup d’entre eux, on fait leur premier vol deux ou trois ans seulement avant le tournage. Le générique commence d’ailleurs sur fond de F-102 au décollage, PC allumée. Ça promet et la promesse est tenue.

 

Les avions du film :

Vu le nombre des avions apparaissant à l'écran, il convient d'opérer un tri...Il y a d’abord les avions que l’on voit en vol et qui ont participé au tournage du film, les avions « acteurs», en somme :

-Le Martin XB-51 est, avec le Bell X 2, la vedette du film sous le nom bizarre de « Gilbert XF-120 » ; curieux appareil avec ses deux réacteurs accolés à l’avant du fuselage comme le Junkers Ju 287. Il porte l’écusson du ARDC (Air Research and Development Command). Le premier prototype vola en 1949. On remarquera ses superbes tonneaux barriqués qui démontrent son exceptionnelle manœuvrabilité. Ce fut aussi le premier Martin à être équipé de sièges éjectables. Mais dès 1951, on lui avait préféré le Martin B-57, un Canberra construit sous licence, qui fut équipé d’une soute à bombes rotative, une des principales innovations de son malheureux concurrent. C’est sans doute pourquoi le Martin XB-51, s’appela « Gilbert » un bombardier qui, dans le film, doit être produit en série !

-Le Bell X2 (6674) fit son premier vol sans moteur en août 1954 et avec moteur, en novembre 1955. Il fut détruit en septembre de la même année alors qu’il avait atteint mach 2.09. Le pilote mourut dans l’accident. Ainsi les essais du X-2 eurent lieu pendant le tournage du film sorti le 27/07/1956. Beaucoup de détails sont vrais : l’accident d’un X-2 (le 6675 en mai 1953) alors qu’il était encore accroché au EB-50; le pilote rejoignant le X-2, une fois que l’avion porteur avait décollé, comme pour le X-1. Par contre, le pilote n’avait pas de siège éjectable comme on le voit dans le film, c’est tout la pointe avant qui se détachait de l’avion. Le 7 septembre 1956, le X-2, piloté par le capitaine Iven "Kinch" Kincheloe, atteignit l'altitude de 126 200 pieds. Le 27 du même mois, il vola à Mach 3,2, aux mains du capitaine Milburn "Mel" Apt qui se tua lors de ce record.

-Boeing YKB-29T : le premier tanker à pouvoir ravitailler en même temps trois avions (ici, un F-100, un F-101 et un B-66).

-Le Boeing EB-50D (s/n 48-086), l'avion porteur du X-2

-Lockheed F-94C Starfire (s/n 51-5642 et 5662) ; on en voit deux atterrir, reliés par un filin !

-Lockheed T-33

-North American F-100 Super Sabre

-Republic F-84F de la patrouille acrobatique de l'USAF, les "Thunderbirds" qui clôturent le film.


Viennent ensuite les avions que l’on voit en arrière plan, au sol, autrement dit, les « figurants » :

-Boeing B-47

-Convair B-36

-Convair C-131 B Samaritan (s/n 53-7790)

-Convair F-102

-Convair XF-92A, «père» du F-102; il est brûlé au début du film, à la place d’un F-102A qu’il double (s/n 53-1801).

-Douglas D-558 Skyrocket (dernier vol en juin 1953)

-Douglas X3 Stiletto (a/c 49-2892) qui finit sa carrière le 23/05/1956

-McDonnell F-101 Voodoo

-North American F-86D (FU-462)

-Republic F-84E/F Thunderjet

-Sikorsky H-19B (s/n 52-7564)


Enfin, il y a ceux qui apparaissent sur des documents filmés :

-Douglas B-66

-North American F-86D

-North American F-100

En outre, on assiste aux essais au sol des sièges éjectables d’une cellule de B-66, placée sur un chariot à fusées, puis au lancement d’un F-84 à partir d’une plateforme mobile, réalisée par Glenn Martin pour son engin guidé Regulus, enfin, à une éjection en vol à partir d’un T-33.

Ce film, sorte de journée « portes ouvertes » à la base d’Edwards qui se clôt, comme c’est normal, avec la patrouille acrobatique de l’USAF, les «Thunderbirds», est donc une belle opération de communication pour la technologie aéronautique américaine, au début des années cinquante. Nous, on en redemanderait.


Christian Santoir

* Film rare


 
JEREVIENSDELENFER.jpg

TOWARDTHEUNKNOWN.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 09/01/2010 : 07:09
Dernière modification : 21/05/2011 : 18:06
Catégorie : - Films
Page lue 4348 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !