Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
LUCKY DEVILS




Année : 1941
Pays : Etats-Unis
Genre : comédie
Durée : 1 h 02 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Lew LANDERS
Scénario : Sam ROBINS, Alex GOTTLIEB

Richard ARLEN (Dick), Andy DEVINE .(Andy), Dorothy LOVETT (Norma), Janet SHAW (Wendy), Vinton HAYWORTH (Bradford), Gus SCHILLING (Grimshaw), Ralf HAROLDE (Ritter)

Photographie :  Charles VAN ENGER
Producteur : Ben PIVAR
Compagnie productrice : Universal pictures

Avions :
-Fairchild 24C-8C  c/n 2689, NC15346
-Sikorsky S.39 (maquette)
-Grumman J2F1 Duck (Extr. de film)



Notre avis :

Dans les années trente, comme au début des années quarante, le personnage du reporter fut souvent utilisé par Hollywood. C’était l’époque des grands reporters dont la renommée grandissait avec le développement des actualités filmées, de la radio, mais aussi, déjà, de la télévision (aux Etats-Unis..). Rappelons que Tintin était aussi un reporter. Le film nous parle de deux journalistes intrépides qui mettent le nez où ils ne devraient pas et qui découvrent un réseau d’espionnage allemand...Le film ne doit pas être confondu avec « Lucky devils », une production de RKO en 1933 qui, lui, mettait en vedette les cascadeurs.

Le reporter Dick McManus, et son cameraman Andy Tompkins, ont filmé un nouveau barrage hydraulique, le Phillips Dam, des photos jugées sensibles qui intéressent fort deux espions allemands, R. W. Ritter and Berko…Norma Bishop qui est télétypiste à l’agence Mercury, est en colère contre Dick, car il utilise les informations confidentielles qu’elle lui a communiqué et craint de perdre son travail. Dick et Andy sont envoyés couvrir les essais d’un avion radioguidé. Mais Dick est monté à bord, sans être vu, et quand l’avion entreprend des figures de voltige, il est projeté contre le récepteur ; il doit se parachuter de l’avion qui échappe à tout contrôle, au grand dam de l’inventeur. Plus tard, Dick apprend par Norma que le duc et la duchesse de Vere arrivent incognito par bateau. Ils couvrent l’événement et déjouent même un tentative d’attentat contre le couple et deviennent des héros. Excédée, Norma envoie Dick et Andy sur un faux événement, mais alors qu’ils voyagent en hydravion, ils trouvent le moyen de sauver le pilote Gordon Douglas qui a du amerrir, lors d’une tentative du tour du monde ! Norma est renvoyée et Dick lui trouve un emploi dans une station de radio. Ritter et Berko après avoir essayé d’acheter les films du nouveau barrage, les volent dans les bureaux de Mercury. L’agent du FBI, Chandler enquête sur une tentative de sabotage sur le barrage. Dick demande à Norma d’annoncer que le barrage a été dynamité. Andy film une maquette du barrage, le montrant démoli, et ce film est diffusé auprès des salles de cinéma. Mercury devient alors la risée de ses concurrents. Dick prétend alors détenir un film montrant le saboteurs à l’œuvre. …Ritter et Berko se lancent sur les traces de Dick et Andy. Ils forcent Norma à les emmener dans une ferme où ils se trouvent. Une bagarre éclate entre les reporters et les espions, quand le FBI survient à point nommé pour les arrêter. La pauvre Norma a de nouveau été licenciée et Dick lui propose d’être son mari pour lui éviter ce genre de désagrément.

Ce film de série B, totalement abracadabrantesque, avec deux reporters qui n’ont cure de la déontologie de leur profession, est une forme de critique sur le métier, où la recherche du scoop à tout prix, l’emporte sur l’information. On ne dirait pas mieux aujourd’hui. …Il utilise tous les thèmes d’actualité de l’époque, l’espionnage allemand, les progrès de l’aviation, avec un avion radioguidé. Quant à la tentative de tour du monde, on semblait oublier chez Republic Pictures en janvier 1941, que le monde, en dehors de l’Amérique, était en guerre et que l’heure n’était pas aux performances sportives.…


Les avions du film :

L’avion téléguidé est un Fairchild 24C-8C (c/n 2689, NC15346). Il est piloté à partir du sol et seulement s’il est en vue; on ne voit pas bien l’utilité de ce dispositif. Ce Fairchild 24 était un habitué des plateaux puisqu’il apparaît dans neuf films entre 1935 et 1943...Mais cette production à très petit budget, a vraisemblablement emprunté des images de l’avion à ces autres films. Le cockpit a été reconstitué en studio et fortement agrandi; il ne correspond absolument pas à celui du véritable avion. Cet avion de cinéma construit en 1935, fut acquis par Paul Mantz fin 1936. Il le revendit en novembre 1942, à Charles H. Babb, le célèbre marchand d’avions de Glendale.

Dick et Andy embarquent à bord d’un Sikorsky S.39, ou plus exactement dans sa maquette. On a cependant une vue en vol du véritable appareil, qui ne peut être identifié.

Le Grumman J2F1 Duck que les reporters secourent, est extrait de « A l’est de Shanghai » (1939), produit par les mêmes studios Universal.



Christian Santoir

*Film rare


LUCKYDEVILS.jpg


 

Mots-clés associés

Date de création : 08/04/2010 : 08:46
Dernière modification : 21/10/2010 : 17:39
Catégorie : - Films
Page lue 3773 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !