Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
L’ANIMAL





Année : 1977
Pays : France
Genre : comédie
Durée : 1 h 30 min.
Couleur

Director: Claude ZIDI
Scénario : Michel AUDIARD

Acteurs principaux :
Jean-Paul BELMONDO (Mike Gaucher et Bruno Ferrari), Raquel WELCH (Jane Gardner), Dany SAVAL (Doris), Raymond GEROME (le comte de Saint-Prix), Claude CHABROL (le metteur en scène), Mario DAVID (Santos, le Gitan), Henri GENES (Camille, le patron du bistrot), Julien GUIOMAR (le producteur), Aldo MACCIONE (Sergio Campanese),

Producteur : Christian FECHNER, René MALO
Musique : Vladimir COSMA
Photographie : Claude RENOIR
Compagnie productrice : Cerito Films, Les Films Christian Fechner

Aéronefs :
-Agusta-Bell 206A Jet Ranger c/n 8021, F-BNPS
-Morane Saulnier MS.500 c/n 41, F-BJQA
-SOCATA ST10 Diplomate (en arrière plan)
-Reims Aviation F-150 G c/n 210, F-BOQH


Notre avis :

En 1977, Jean Paul Belmondo renoua avec la comédie dans ce film de Claude Zidi. La partie action y est aussi importante que la comédie, Belmondo jouant le rôle d’un cascadeur, mais aussi celui de la vedette qu’il est chargé de doubler. On a ainsi deux Belmondo, le casse cou, plutôt sympathique, l’acteur, efféminé, plutôt détestable. Il a pour partenaire la belle Raquel Welch, une actrice un peu trop sophistiquée pour le rôle de cascadeuse qu’on lui fait jouer, mais on ne saurait se plaindre de sa présence…Les deux vedettes sont entourées de brillants seconds rôles : Julien Guiomar, Aldo Maccione, Mario David, Henri Génès, Claude Chabrol…. Le film disposa aussi d’un budget confortable.

Le cascadeur Michel Gaucher a pour partenaire, Jane Gardner, qui est aussi sa fiancée. Peu avant leur mariage, Michel rate une cascade qui les envoie tous les deux à l’hôpital. Blessée et furieuse, Jane ne veut plus le voir ! Une fois rétabli, Michel a de la peine à retrouver du travail et doit vivre d’expédients (fraude à la Sécurité Sociale..) et de petits boulots (emploi publicitaire dans un supermarché). Mais quand la grande vedette, Bruno Ferrari, vient à Paris tourner un nouveau film, « L’espion couvert de femmes », on fait appel à lui pour son étonnante ressemblance avec la star. Michel part alors à la recherche de Jane pour lui proposer d’être de nouveau sa partenaire dans ce film aux cachets juteux. Il la retrouve alors qu’elle assiste à un dîner dans le château du comte de Saint Prix qui doit devenir son mari ! Michel sème le trouble dans la soirée, et arrache à Jane la promesse de tourner dans le film. Il fait, lors du tournage, tout son possible pour la reconquérir, même en se faisant passer pour Bruno, un homosexuel maniéré qui joue les séducteurs, mais Jane n’est pas dupe. Lors d’une cascade périlleuse en avion, elle lui sauve la vie. Le public découvre à cette occasion, que le célèbre Bruno Ferrari, réputé pour faire ses propres cascades, utilise en réalité une doublure ! Le jour du mariage de Jane avec Saint Prix, Michel, déguisé en gorille, surgit au milieu de la cérémonie ; il disperse les invités et enlève Jane.…

Notons, au passage, que le comte de Saint Prix, avec son château et ses animaux exotiques, fait furieusement penser au comte de la Panouse, avec son château de Thoiry et son parc animalier...

Le film se distingue par ses cascades qui sont à la base du scénario, mais la première que l’on voit n’est pas réalisée par Jean-Paul Belmondo, mais par Rémy Julienne. Par contre, Belmondo tourna lui-même la scène où il dévale un escalier à plusieurs reprises, ce qui lui valut d’être blessé à la cheville. Bien qu’il se soit certainement amusé dans ce film, notamment en se moquant de lui même, il confiera, par la suite, qu’il envisageait d’arrêter les cascades... La séquence aérienne lui a été inspirée par les cascades de Roland Toutain (Cf. « Rouletabille aviateur »), et fut minutieusement préparée par Jean Salis.

Ce film fut un gros succès populaire, mais il faut bien avouer qu’il est assez « nul ». On le regardera pour la scène de « robe mouillée » (transparente) de la splendide Raquel Welch et pour la cascade aérienne de l’intrépide Bébel (4 min. 50 sec.)...


Les avions du film :

Michel et Bruno Ferrari décollent à bord d’un hélicoptère Agusta-Bell 206A JetRanger (c/n 8021, F-BNPS), du terrain d’Enghien-Moisselles où furent tournés plusieurs films, comme « Horizon sans fin » (1952), « Les copains du dimanche» (1958), les « Aventuriers » (1966)… Cet ancien appareil de la société anglaise Bristow Helicopters (G-AVSV, AVSX), exporté en France en 1968, fut acquis dans les années 90 par la société « Touraine Hélicoptères ». Il fut détruit le 5 octobre 2006, en heurtant une ligne à haute tension.

Belmondo descend, grâce à une échelle de corde, sur un Morane Saulnier MS.500 (c/n 41, F-BJQA) à moteur Salmson-Argus, décoré comme un Fieseler « Storch » de la Luftwaffe (code fictif XJ+FE), avec croix allemandes à moitié masquées et l’insigne du I./JG54 « Grünherz » sur le capot moteur. Cet avion appartenait à Jean Salis au moment du tournage et il avait déjà tourné dans « La poudre d’escampette » (1971). Il fut réformé en 1983 et acheté en 1984, par la fondation suisse l'Aérotique, basée à Fribourg-Ecuvillens. La cellule est de fabrication allemande (avec le Wr. Nr. 1814), le reste, les surfaces portantes, proviennent d’un Morane 500. Après la guerre, Morane Saulnier attribua à l’avion le n° 41, sur la chaîne de fabrication. Cet avion est, en 2010, en cours de restauration. Le cascadeur Roland Toutain utilisa plusieurs fois ce type d’appareil lors de ses apparitions dans des meetings.

Le tournage de la scène eut lieu à la Ferté-Alais. Belmondo ne fait que toucher du pied le Morane Saulnier « en feu ». Le plan suivant le montre sur le toit de l’avion qui vole au ralenti avec 10° de volets. Une trappe avait été ménagée dans le plafond du cockpit du Morane pour aller chercher Bébel au cas où…...Celui-ci se tient debout, mais il est attaché par deux filins, au niveau de la ceinture.

Sur le terrain de Moisselles, on voit, derrière le producteur qui explique la cascade de Bruno aux journalistes, un SOCATA ST 10 Diplomate. On en voit un autre, en arrière plan, quand l’hélicoptère (F-NBPS) décolle. Dans un hangar, Michel se fait maquiller devant un Reims Aviation (Cessna) F-150 G (c/n 210, F-BOQH).


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr


LANIMAL.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 22/04/2010 : 18:51
Dernière modification : 23/05/2011 : 07:22
Catégorie : - Films
Page lue 4661 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !