Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

200.000 DOLLARS EN CAVALE
Vo. The pursuit of D. B. Cooper
 

Année : 1981
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 40 min.
Genre : aventure
Couleur

Réalisateur : Roger SPOTTISWOODE
Scénario : J.D. REED, Jeffrey Alan FISKIN


Acteurs principaux :
Robert DUVALL (Gruen), Treat WILLIAMS (D.B. Cooper), Kathryn HARROLD (Hannah), Ed FLANDERS (Brigadier), Paul GLEASON (Remson), R.G. ARMSTRONG (Dempsey), Dorothy FIELDING (Denise), Nicolas COSTER (Avery)

Musique : James HORNER
Photographie : Harry STRADLING
Producteurs : Michael TAYLOR, Dan WIGUTOW
Compagnie productrice : PolyGram Filmed Entertainment
 
Avions :
-Boeing 727-173C  c/n 19504-527, N690WA
-Boeing 727-51 c/n 19122-319, N105RK
-Boeing-Stearman PT-17 s/n 41-25304, N56949
-Embraer EMB 110 Bandeirante  N107/108CA


Notre avis :

Ce film est tiré d'un fait divers très connu aux États-Unis. Le 24 novembre 1971, un homme menaça de faire exploser en vol un Boeing 727 de la compagnie Northwest Orient, entre Portland et Seattle, en demandant une rançon de deux cent mille dollars. Après avoir redécollé de Seattle-Tacoma avec l'argent, il sauta en parachute au dessus des Cascade Mountains, dans l'état de Washington. On ne récupéra, par hasard, que 5880 dollars, trouvés au bord d'une rivière; le reste de l'argent et le voleur ne furent jamais retrouvés. Cet événement eut un grand impact, non seulement dans les médias, mais aussi dans la culture populaire et  fut à l'origine de plusieurs livres, films et même chansons.

L'action commence quand Cooper se prépare à sauter de l'avion avec son butin. Il atterrit en pleine forêt. Ayant bien préparé son coup, il retrouve le matériel de chasse ainsi que le véhicule tout terrain qu'il avait soigneusement dissimulés. Il tue un daim et camoufle son argent à l'intérieur de l'animal. Il peut ainsi passer les barrages de police qu'il rencontre. Mais, Bill Gruen, un inspecteur de l’ assurance de la compagnie aérienne, en interrogeant une hôtesse qui a bien observé Cooper, en arrive à la conclusion que le fameux Cooper n'est autre que Jim Meade, un  ancien commando qu'il avait formé quand il était instructeur dans l'Armée. Il se rend donc chez sa femme Hannah qui n' a pas vu son mari depuis des mois. Il lui dit qu'il cherche son mari pour lui offrir un travail. Jim réapparait peu après et montre à Hanna son butin. D'abord, exaspérée par le comportement irresponsable de Jim, elle accepte de le suivre pour refaire leur vie. Gruen, à deux reprises, est sur le point d'arrêter Jim, mais à chaque fois il réussit à s'enfuir. Une longue course poursuite s'ensuit, en bateau, à cheval et en voiture. Jim et Hannah cherchent à gagner le Mexique. Le couple est aussi traqué par Reisen un ancien camarade de Jim qui espère bien mettre la main sur la magot. Gruen finit par s'emparer de l'argent, alors que Jim et Hannah sont dans un vaste cimetière à avions,  pour y récupéré du matériel que Jim y avait caché. Jim saute dans un vieil avion et poursuit Gruen en auto. Cette course finit mal, l'avion de Jim se crashant, alors que la voiture de Gruen est démolie après avoir sauté un déclivité du terrain. Finalement, Bill Gruen abandonne, écœuré, et laisse Jim partir avec sa femme et l'argent. En partant, Jim, pas rancunier, lui a jeté un paquet de billets...

Le réalisateur expose ici la version du livre de J. D. Reed "Free fall" (1979) qui, en bien des points, ne correspond pas à la réalité. Ici on connait l'identité du malfaiteur dès le début comme dans Colombo. La seule chose de vraie est la disparition de Cooper avec l'argent... Le vrai voleur n'utilisa jamais le pseudonyme de « D.B. Cooper », qui était le nom d'un individu que la police interrogea, mais celui de « Dan Cooper », comme le héros de la bande dessinée. Il ne sauta pas de l'avion, de jour, par beau temps, mais de nuit, alors que la pluie tombait en abondance et que le sol était masqué par des nuages bas. Ainsi, les chasseurs F-106 qui suivaient l'avion depuis son décollage de Seattle, ne le virent pas sauter. Sauter dans ces conditions, au dessus d'un terrain rocailleux et boisé, sans aucune lumière au sol, était très risqué, surtout s'il s'agissait d'un parachutiste amateur (il n' a pas inspecté le matériel qu'on lui avait fourni, et c'est ainsi qu'il choisit un parachute ventral non fonctionnel !). Plusieurs enquêteurs pensent qu'il n'a pas survécu à ce saut...

Sinon, le film est assez agréable à regarder. Sur fond de musique country, on ne s'ennuie pas à suivre la course du pauvre inspecteur Gruen, accroché aux basques de Meade, alias Cooper, à travers les forêts de l'Oregon, du Wyoming, sur les rapides de la Snake River ou dans les paysages arides de  l'Arizona. Certes, le scenario est plutôt tiré par les cheveux et on ne comprend pas pourquoi le chef de Gruen ne le croit pas quand il lui affirme connaître l'identité du voleur...

Les aérocinéphiles remarqueront une cascade digne de la belle époque des barnstormers entre un biplan et une voiture lancée à toute vitesse. Elle est réalisée par Art Scholl qui montre là tout son art du vol.


Les avions du film :

Le vol 305 de Northwest Orient était un Boeing 727-51 (c/n 18803-137, N467US). Au moment du saut de Cooper, l'avion volait en dessous de 3000 m, le train et 15 degrés de volets sortis, comme montré dans le film, l'avion étant dépressurisé, on pouvait alors ouvrir la porte arrière qui descendait par gravité. On voit la porte remonter légèrement après que Cooper a sauté. A la suite de cet évènement (le premier du genre), un dispositif mécanique (Cooper vane..) empêchant la porte d'être ouverte en vol, fut installé sur tous les 727.

L'avion qui apparait en vol, dès le générique, est le Boeing 727-173C (c/n 19504-527, N690WA) loué 65 000 dollars à World Airways. Clay Lacy le film à partir de son Learjet, équipé en avion caméra. La compagnie charter World Airways avait déjà fourni un 707 à la MGM pour "Alerte à la bombe", en 1972. Ce 727, acquis en 1967, avait auparavant été loué à diverses compagnies de par le monde (Ariana Afghan, Japan Air Lines, Air Algerie, Yemenia) avant d'être vendu à Spirit of America airlines, en décembre 1981. Puis il sera acquis par des compagnies de transport de fret (Burlington Air Express, Kitty Hawk Aircargo (N740A), Trans Continental, Express.net) avant de finir en mars 2008, dans le désert, à Kingman (AZ), où il sera ferraillé en octobre 2009.

Mais le 727 que l'on voit atterrir de nuit, puis être investi par la police sur le tarmac, est un autre avion. On remarque de légères différences avec le précèdent : le nom de la compagnie fictive "Northern Pacific" est inscrit bien plus en avant sur le dos du fuselage; l'antenne VHF est située juste à l'aplomb de la porte située du coté droit, au lieu d'être plus en arrière (comme sur tous les 727 "C" pour "Cargo"...) C'est un 727-51 (c/n 19122-319, N105RK), un ancien appareil de Northwest Orient (N476US), acheté en 1978 par Ray Kroc, le président de McDonald (les hamburgers..), qu'il utilisait pour les déplacements de son équipe de base ball, les San Diego Padres. L'avion avait conservé la décoration du film (blanc avec un bandeau marron à bord jaune au niveau des hublots) sans le nom de la fausse compagnie. Il sera ensuite revendu à la fin de 1981 à d'autres compagnies (Thunderbird Airways, Aeron Aviation) avec un autre matricule (N727TA). Il passera alors en Colombie en 1984 où il sera exploité par Avianca et sa filiale SAM (HK3151X, 3151, 3803X, 3803). En 1995, il est revendu aux Etats-Unis (N11415) à la société Air Taxi Inter. (Floride). Il sera ferraillé en novembre 1998.

Quatre parachutistes professionnels furent sélectionnés pour réaliser et filmer la scène du saut en parachute de Cooper.
 
Cooper poursuit Gruen avec un Boeing-Stearman PT-17 (s/n 41 25304, N56949) d'épandage agricole. Cet avion avec un pare brise bricolé avec du ruban adhésif, apparait plutôt usé. La scène où il passe sa roue gauche à travers le toit de la vieille Ford de Gruen, est remarquable. Cet avion vole toujours et a été restauré depuis, comme un avion d'entraînement de l'USAAF.

La police recherche Cooper en patrouillant au dessus de la forêt, avec un hélicoptère Bell 206 Jet Ranger. Bill Gruen arrive à Jackson Hole (Wyoming) dans un Embraer EMB 110 Bandeirante (N107/108CA) de la défunte compagnie Cascade Airways. Sur le tarmac stationnent plusieurs avions privés dont un Lockheed L-1329 JetStar (N39E), un IAI Westwind...

Enfin, Cooper a caché ce qui semble être un ballon ou une montgolfière, dans l'immense parc à avions de Tucson-Davis Monthan (AZ) où on voit un nombre impressionnant de bimoteurs et de quadrimoteurs à hélice : Douglas C-47, Lockheed P2V Neptune, Lockheed C-121, Douglas C-54, ainsi que de nombreux hélicoptères Sikorsky H-34 et H-37.



Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.com
 



 
DEUXCENTMILLEDOLLARS.jpg










 
THEPURSUIT.jpg


Date de création : 03/06/2010 : 19:30
Dernière modification : 26/12/2013 : 17:35
Catégorie : - Films
Page lue 4676 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !