Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
GOLDFINGER



Année : 1964
Pays : Grande-Bretagne
Genre : espionnage
Durée : 1 h 50 min.
Couleur

Réalisateur : Guy HAMILTON
Scénario : Richard MAIBAUM, Paul DEHN

Acteurs principaux :
Sean CONNERY (James Bond), Honor BLACKMAN (Pussy Galore), Gert FRÖBE (Auric Goldfinger), Shirley EATON (Jill Masterson), Tania MALLET (Tilly Masterson), Harold SAKATA (Oddjob), Bernard LEE (M), Martin BENSON (Solo), Cec LINDER (Felix Leiter).

Musique : John BARRY
Photographie : Ted MOORE
Producteur : Albert R. BROCCOLI, Harry SALTZMAN
Compagnie productrice : Eon Productions

Aéronefs :
-ATL-98 Carvair c/n 10273, G-ASDC
-Lockheed L.1329 Jetstar 6 c/n 1329-5023, N711Z
-Douglas C-47B (dans un hangar)
-Hiller UH-12E  c/n 2070, G-ASAZ
-Piper PA28-140 Cherokee  s/n 28-200680, N6056W
-Piper PA-28-150 Cherokee Warrior  s/n 28-1658, N5781W
-Piper PA-28B-180 Cherokee s/n 28-1400, N7489W
-Piper PA-28-180 Cherokee s/n 28-1613, N7641W
-Piper PA-28-235 Cherokee Pathfinder s/n 28-10264, N8729W
-Brantly B-2B


Notre avis :

Troisième film de la série des James Bond, "Goldfinger" est surtout le premier à faire une place substantielle à l'aviation. Un des hommes de main du méchant Goldfinger est en fait une femme de main, qui est pilote et dirige une formation aérienne constituée de beautés brevetées. Le nom du chef de cette escadrille de charme, Pussy Galore, semble avoir été choisi avec un certain humour, à défaut d'être un humour certain…. C'est en effet un vrai jeu de mot, d'un goût discutable, qui pourrait se traduire par : "chattes, à profusion" …Chocking, isn't it ?

Le tournage se déroula de janvier à août 1964, aux USA (Miami), en France (Fontainebleau) en Angleterre (studios de Pinewood, base RAF de Northolt) et en Suisse (Andermatt, Stans).

Auric Goldfinger est un des hommes les plus riches du monde, mais il est suspecté de piller les réserves d'or de l'Angleterre, par divers trafics. L'agent secret James Bond est donc chargé d 'enquêter sur l'affaire. Il rencontre Goldfinger dans un hôtel de Miami où il a l'occasion de d'apprécier sa façon de tricher aux cartes; sa secrétaire, Jill, le renseigne sur le jeu de ses partenaires au moyen d'une longue vue et lui transmet les informations via son appareil auditif. Quand Jill est séduite par James Bond, Goldfinger préfère la tuer en la recouvrant d'une peinture dorée ! Bond suit la Rolls Royce de Goldfinger à travers l'Europe, jusqu'en Suisse. La sœur de Jill, Tilly Masterson, traque aussi Goldfinger, mais elle se fait tuer à son tour par son homme de main, Oddjob. Bond finit par trouver que la carrosserie de la Rolls Royce est en or massif et que c'est comme ça que Goldfinger transporte son or à travers les frontières…Mais il est capturé et emmené dans le Kentucky, au quartier général de Goldfinger, par Pussy Galore, le pilote privé de Goldfinger. Ce dernier s'apprête à attaquer la réserve fédérale de Fort Knox, en neutralisant son personnel par un gaz répandu par Pussy et son cirque volant constitué uniquement de femmes. Puis, il placera sur Fort Knox une bombe "sale", fournie par les Chinois, qui rendra radioactive la réserve pour 58 ans, le temps de créer une pénurie mondiale et faire ainsi augmenter la valeur de son stock d'or personnel… Alors que le plan se met en place et que Bond est attaché à la bombe, Pussy a succombé, elle aussi, au charme du beau ténébreux et avertit Washington ! Le complot est déjoué et Bond parvient à se libérer quelques secondes avant l'explosion nucléaire. Dans l'avion qui emmène Pussy et Bond vers Washington, Goldfinger réapparait, déguisé en général. Quand il veut tirer sur Bond, il brise un hublot et il est aspiré dans le vide. Pussy et Bond peuvent néanmoins se parachuter sans mal.

Pour une fois, James Bond à failli s'appeler "James Bomb" ! Ce film est bourré d'inexactitudes et d'erreurs de continuité, le réalisateur ayant surtout cherché à faire du spectacle, sans trop se préoccuper des détails. La plus grosse erreur est celle de la femme "plaquée or". On ne peut tuer rapidement une personne par ce procédé qui a pour seul résultat de provoquer une hyperthermie, pouvant être mortelle au bout d'un certain temps, mais pas une suffocation instantanée. Coté aéronautique, James Bond se trompe quand il affirme que tirer une balle dans un avion pressurisé aura pour effet que les passagers soient aspirés vers l'extérieur (ce qui arrive à Goldfinger). La balle aura simplement pour conséquence de faire un trou dans le double vitrage du hublot, ou dans la coque étanche, en provoquant une dépressurisation, pas une explosion du hublot ou de la paroi (que seule une bombe peu réaliser), des dégâts susceptibles d'entraîner une dépressurisation explosive, beaucoup plus grave. Mais, naturellement, cette dernière éventualité est bien plus photogénique et on retrouvera ce genre de scène dans plusieurs films ultérieurs. On a donc affaire, ici, à deux "légendes" très répandues, chez le bon peuple….

Ce film fut un énorme succès commercial, très bien accueilli également par la critique. La chanson du film, interprétée par Shirley Bassey, devint un tube célèbre et le thème musical le plus connu de la série des James Bond.


Les avions du film :

L'avion, utilisé pour emmener la Rolls Royce Phantom III modèle 1937 de Goldfinger à Genève, était un ATL-98 Carvair (G-ASDC) de British United Air Ferries qui desservait effectivement Genève. Il est filmé sur le Southend Airport de Rochford (Essex) qui n'est pas situé où le montre le radar de l'Aston Martin de Bond, mais bien plus à l'ouest, et qui n'a qu'une seule piste. Cet ancien Douglas C-54A (c/n 10273, s/n 42-72168) de Seabord and Western (N54373), baptisé " Wake island airtrader", puis de la compagnie espagnole Aviaco (EC-WVD), fut immatriculé en 1962, au Luxembourg (LX-BNG) et exploité par Inter Ocean. Il fut acquis en janvier 1963 par BUAF (qui deviendra en 1967, British Air Ferries) et transformé en Carvair ATL-98 par Aviation Traders (ATEL), baptisé "Pont du Rhin", puis "Plain Jane" en 1972. L'avion fut vendu en 1979 aux USA et exploité par plusieurs compagnies de transport : Falcon Airways (N80FA), Pacific Air Express en 1983 (N103), Great Southern Airways en 1988, Great Artic Airways en 1996. L'avion fut détruit en Alaska, en juin 1997, après un atterrissage d'urgence, suite à un incendie moteur.

L'avion qui relie Genève à Blue Grass Field (KN), via Baltimore, était un Lockheed L.1329 Jetstar 6 (c/n 1329-5023, N711Z), marqué à l'avant "Auric Enterprises Inc." Plus tard, l'avion est décoré comme un VC.140B du gouvernement américain avec "United States" sur le fuselage. Les scènes ont été filmées sur la base RAF de Northolt, utilisée plusieurs fois par les films de James Bond, vu sa proximité des studios de Pinewood.

L'immatriculation de l'avion (N711Z) était une immatriculation utilisée par Lockheed pour ses avions de démonstration et il y eut ainsi au moins huit Jetstar différents l'ayant porté. L'avion du film était le c/n 5023, construit en 1961 et vendu en Italie, à la Società Nazionale Metanodotti (I-SNAL). Peu avant le tournage, qui eut lieu le 1° mai 1964, l'avion était venu de l'usine Lockheed de Marietta (Georgie), où ses équipements avait été remis à niveau, pour participer au salon de Hanovre (24 avril-3 mai 1964). Il ne resta qu'une journée à Northolt pour le tournage. Depuis 1987, immatriculé "N6ES", il appartient à une société du Texas, mais ne semble plus en état de vol. Pour les vues aériennes, l'avion est malheureusement relayé par une maquette.

Lockheed fait ici de la publicité pour son quadriréacteur d'affaire, sorti en 1960; c'était, à l'époque, le premier jet privé capable de traverser l'Atlantique (avec escales). Après les prises de vue à Northolt, l'avion rejoignit la Georgie, via Shannon, Keflavik (une escale qui aurait pu être évitée) et Gander, mais le Jetstar de Pussy Galore semble faire un vol direct Genève-Baltimore Friendship International (6500 km), un saut bien au-delà des moyens du Jetstar 6 qui avait une autonomie maximale de 3775 km... Publicité mensongère !

Devant les hangars de Northolt, on aperçoit deux Douglas C-47B, sur les trois que comptait alors la 3th Air Force américaine en Europe. Ces avions (s/n 0-51133, 0-48913 et 0-77214) avaient été convertis en VC-47, un transport pour VIP.

L'hélicoptère qui amène la bombe et Goldfinger à Fort Knox est un Hiller UH-12E (c/n 2070) portant la fausse immatriculation "NASAZ", qui était en réalité : G-ASAZ. Il appartenait à une société de location au moment du tournage. Construit en 1960 (N5372V), il arriva en Angleterre en juin 1962. Il appartient à un particulier et vole sous les couleurs de la Royal Navy (serial XS165).

Le cirque volant de Pussy Galore et de ses "girls" est composé de cinq Piper offrant un aperçu complet de la gamme des Cherokee en 1964 : PA28-140 Cruiser (s/n 28-200680, N6056W), PA28-150 (s/n 28-1658, N5781W), PA-28B-180 (s/n 28-1400, N7489W et s/n 28-1613, N7641W), PA-28-235 Pathfinder (s/n 28-10264, N8729W). Une autre page de publicité pour un autre constructeur américain ! Ces avions auraient été obtenus gracieusement de Piper Aircraft, grâce à l'intermédiaire du conseiller technique du film, Charles Russhon, qui parvint également à obtenir l'autorisation de survol de Fort Knox, par ces mêmes Piper. Tous ces avions volent encore aux USA, à l'exception du N7641W qui a disparu des registres, et du N7489W, endommagé après un atterrissage très dur, en décembre 1964. Les avions étaient en fait pilotés, dans le film, par des hommes portant des perruques….

Sur la base de Godman Army Airfield, près de Fort Knox, on observe cinq Cessna O-1 parqués sur le tarmac.

A la fin du film, c'est avec un petit hélicoptère Brantly B-2B, rouge et blanc, que Leiter part à la recherche de Bond et de Pussy Galore qui ne sont pas pressés d'être secourus….


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr





 


GOLDFINGER.jpg











 
GOLDFINGER2.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 18/08/2010 : 19:53
Dernière modification : 18/08/2010 : 19:53
Catégorie : - Films
Page lue 3543 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !