Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
LOULOU GRAFFITI
 

Année : 1991
Pays : France
Durée : 1 h 30 min.
Genre : comédie
Couleur

Directeur : Christian LEJALE
Scénario : Christian LEJALE

Acteurs principaux :
ANEMONE (Juliette), Jean RENO (Pique la Lune), Jan VANCOILLIE (Loulou Graffiti), Jean BENGUIGUI (le commissaire Bloc), Yves LECOQ (M. Costandier), Patrick TIMSIT (Bernard), Mouss DIOUF (Tam-Tam).

Musique : Yvan CASSAR
Photographie : Laurent DAILLAND
Producteur : Xavier GELIN, Stéphane MARSIL
Compagnie productrice : Hugo Films, Productions La Gueville
 
Avions :
-Grumman G-44A "Widgeon" c/n 1411, N444M


Notre avis :

Sorti le 8 avril 1992, ce film est passé complètement inaperçu malgré des qualités indéniables. Cette aimable comédie, un peu loufoque, raconte l’histoire d’un orphelin qui rêve de se constituer une famille en réunissant deux « paumés », un cambrioleur, son père adoptif, et une « inventeuse » de jouets. Le couple Anémone-Jean Réno contribue à sauver ce film pour enfants, petits et grands, qui fut le seul long métrage de Christian Lejalé, un écrivain et un photographe, plus spécialisé dans les films documentaires.

Juliette dont la passion est d’inventer des jouets, apprend, le même jour, qu’elle est licenciée et que son petit ami l’a quittée ! Son patron, Costandier, lui a en outre volé les plans de son mini hélicoptère, le « Voltigeur », qu’il va essayer de vendre aux Japonais. …Désespérée, elle rencontre sur les quais de la Seine, un jeune garçon déluré, Loulou Graffiti, un enfant de la DASS. Son ami, qui lui tient lieu de père, est un cambrioleur surnommé «Pique la lune», dont la spécialité est le déménagement d’appartements dont les occupants sont absents. Loulou, qui apprécie Juliette, voudrait bien qu’elle rencontre Pique la Lune. En allant à la DASS chercher Loulou, Juliette apprend que celui-ci a quitté le foyer depuis un certain temps…. Un policier lui révèle le vrai travail de Loulou qui fait équipe avec Pique la Lune dans ses occupations ! Elle décide d’aller voir ce dernier. Leur rencontre est assez orageuse, car il n’accepte pas les reproches de Juliette qui l’accuse d’avoir fait de Loulou un voleur. C’est alors que Juliette apprend que Costandier est en train de vendre son «Voltigeur». Pique la Lune, qui a bon cœur, décide de l’aider à récupérer son invention. Juliette a entre temps construit un modèle plus évolué. Quand Costandier présente le mini hélicoptère à ses clients japonais, les trois interviennent. Loulou, aux commandes du nouvel hélicoptère de Juliette, ridiculise celui de Costandier, qui, voyant son marché lui échapper, n’hésite pas à tirer sur Pique la Lune ! Ce dernier n’est que blessé, et alors qu’il est évacué à l’hôpital, il réussit à prendre la fuite, aidé par ses acolytes. Grâce à l’hydravion qu’il a retapé, ils peuvent aussi échapper à la police. Une nouvelle vie les attend, ailleurs, où ils pourront construire le « Voltigeur » en série.

Le surnom de Réno dans le film, «Pique la Lune», était celui de Saint Exupéry, en raison de son nez en trompette et de ses airs rêveurs…. On voit une des dernières photos de l’écrivain aviateur, dans son P-38, épinglée sur le mur dans le repaire du cambrioleur. Juliette, en fouillant dans les photos de Pique la Lune, découvre qu’il avait pour amie une hôtesse de l’air, qui est morte dans un crash (on voit une photo d’un morceau du DC-10 d’UTA qui explosa en plein vol, au dessus du Ténéré, le 19 septembre 1989, dans un attentat perpétré par la Libye). Mais on ne sait pas quand Pique la Lune a passé sa qualif hydravion….

 

Les avions du film :

Le seul avion du film est un amphibie Grumman G-44A "Widgeon" (c/n 1411, ex N41980, N444M) appartenant alors à Michael Dunkerly, un Anglais, directeur de société, qui pilota son avion lors du tournage. Construit en 1944, ce Widgeon fut remotorisé en 1956 par la société McKinnon Enterprises (OR), ses moteurs Ranger étant remplacés par des Lycoming GO-480-B1D de 270 chevaux, à échappement propulsif, avec des hélices tripales à pas variable, ce qui en faisait un «Super Widgeon». Accidenté à l’atterrissage sur un lac de la région londonienne en 1981, il fut reconstruit en 1986, avec une nouvelle peinture jaune et un nouvel intérieur. Cet avion apparut dans les années 90, dans plusieurs film publicitaires, en plus de ce long métrage (voir son « Essai en vol » dans le Fana de l’Aviation n° 286, 1993, 34-38 pp).

En 2010, le Widgeon vole aux Etats Unis où il appartient à une société de l’Illinois.


Christian Santoir

* Film en vente sur amazon.fr

LOULOU.jpg



 

Mots-clés associés

Date de création : 02/09/2010 : 08:06
Dernière modification : 02/09/2010 : 08:06
Catégorie : - Films
Page lue 3409 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !