Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

Le Royal Aircraft Factory SE.5 : les vieux acteurs ne meurent jamais…

   

La guerre de 14-18 se poursuivit sur les écrans des salles obscures bien après sa fin. Vingt sept films furent tournés sur ce conflit, entre 1921 et 1939. Ce fut l’occasion de voir à l’écran les avions ayant participé aux combats. Mais dès les années vingt, ceux ci commençaient à se faire rares, étant peu à peu retirés du service. Le cinéma utilisa les appareils les plus "récents", ceux qui avaient combattu lors de la dernière année de guerre : SPAD, Fokker D.VII, Sopwith, S.E.5…Ce dernier, le Royal Aircraft Factory SE.5 (Scout Experimental 5) représentait "LE" chasseur anglais, le Sopwith Camel étant jugé trop pointu à piloter devant les caméras.

Après le conflit, en 1919, l’US Army Air Service avait environ 200 S.E.5A, en service et en stock, parmi lesquels, les machines achetées en octobre 1918 par le corps expéditionnaire américain. Les usines Curtiss en avaient assemblés 57 qui avaient conservés leurs numéros de série anglais. En 1923, la compagnie Eberhardt Steel Products Co., un sous traitant de Curtiss, transforma 50 avions importés, en SE.5E. Ces avions se distinguaient par un fuselage en contreplaqué et un moteur Wright Hispano E; ils reçurent les serials 22-325 à 376. Ils servirent avec les autres SE.5 pour l’entraînement avancé jusqu’en 1927, date de leur radiation des effectifs de l'US Army Air Corps. Certains se retrouvèrent alors sur la marché civil.


D’autres SE.5 parvinrent aux Etats-Unis directement d’Angleterre. Des SE.5 civils y servaient principalement au "skywriting " (écriture de messages dans le ciel, au moyen d'un fumigène), un procédé inventé par le major "Jack" Clifford Savage de la RAF, lors du conflit mondial. C’est le 30 mai 1922 qu’il fut utilisé en public pour la première fois. La Skywriting Company acquit en Angleterre trente trois SE.5A neufs pour honorer ses nombreux contrats publicitaires. Dès la fin de 1922, fut créée aux Etats-Unis, la  Skywriting Corporation of America  basée à New-York, qui détint les droits exclusifs de l’équipement (échappement spécial, produit fumigène dont la formule était tenue secrète...) pour tracer des messages publicitaires dans le ciel. Cette société importa, au début de 1923, huit SE.5A construits par Wolseley et Austin et appartenant à Jack Savage. A leur arrivée aux USA, ils écrivirent "Hello, New-York " au-dessus de la ville, puis furent loués pour un million de dollars par l’American Tobacco Company.

SE5Fig1.jpg
Fig.1. Un SE.5 "Skyscriber" venant d'être monté par Kinner à Glendale (CA)

La flotte de Skywriting Co. compta jusqu’à onze SE.5A, dont cinq construits par Austin; ils furent modifiés avec un nez mieux profilé muni d'une casserole d‘hélice pointue, ce qui impliquait un déplacement du radiateur frontal sous le moteur. A la fin de 1924, ces derniers furent enregistrés aux USA avec de nouveaux numéros de série (1 à 5) et d’immatriculation (NC2677 à 2681). Cependant le G-EBGL (c/n 1662) conserva son matricule anglais jusqu’en 1931. Un SE.5A (c/n 1678, G-EBGM) fut cannibalisé, autrement dit, il servit de réserve de pièces détachés pour les autres. Cette activité se maintint dans la première moitié des années trente, mais diminua peu à peu avec l’apparition d’autres supports publicitaires, principalement la radio. En 1939, la Skywriting Corporation of America  n’employait plus que deux avions pour ce travail.

SE.5Fig2.jpg
Fig.2. Un S.E.5, "skywriter" aux USA. © Real Photographs Co.

Les SE.5 employés pour les tournages de films, provenaient de ces deux sources d’approvisionnement. Pour "Hell’s Angels", Howard Hughes décida de se procurer des S.E.5 qui ne figuraient pas dans le film précurseur, "Wings" (1927), de William Wellman. Sa société de production Caddo Company en acheta, en 1927, au moins cinq, dont deux S.E.5E assemblés par Eberhardt. Trois S.E.5 furent détruits lors de ce tournage qui s’avéra extrêmement coûteux en appareils et en hommes...Ross Cooke en démolit un en atterrissant à travers une barrière, à Santa Paula. C. K. " Phil" Phillips se tua suite à une panne moteur au décollage, lors d’un convoyage. C’est Frank Tomick qui fut chargé d’en trouver d’autres et de les convoyer jusqu’à Oakland. A la fin du tournage, il n’y avait que deux S.E.5E survivants. En 1930-1931, Caddo Company possédait deux SE.5, le NC4160 (s/n A.S. 23-943) et le NC4488 (s/n A.S. 22-296). Mais le NC4160, immatriculé en janvier 1931 (donc, bien après la sortie du film) est peut être une recontruction à partir du SE.5 NC3166, détruit pendant le tournage, en avril 1930. Les NC4160 et 3166 avaient le même numéro de série "23-943", qui est d'ailleurs inexact car correspondant à un SPAD 13E, modifié par Eberhardt en 1923…Ces avions, parqués dans le hangar de J. B. Alexander au Metropolitan airport de Burbank, furent vendus au début des années trente.



SE5Fig3.jpg
Fig.3. "Hell’s angels": Roy Wilson dans un S.E.5 et Frank Clarke dans un Fokker D.VII
muni d’une caméra © Harry Perry

En 1931, la RKO acheta deux S.E.5A, construits par Austin en Angleterre, appartenant à la Skywriting Corporation of America, pour le film "Balloon buster", basé sur la vie du lieutenant Frank Luke. Wally Timm reconditionna les appareils au Metropolitan airport, mais le projet de film fut abandonné. La RKO utilisa ces deux avions pour "Aces of aces" (1933), en les doublant parfois par deux maquettes, à l'échelle 1/1, que l'on retrouvera dans "Flying down to Rio" (1933). Il n’y en avait plus beaucoup en état de vol et, en 1936, seulement trois étaient encore immatriculés, les deux de la RKO et celui de la société Westinghouse (NX4488), mais on ignore leur état exact. La dernière apparition à l'écran d’un vrai S.E.5 en vol eut lieu dans "The story of Vernon and Irene Castel" (1939), où l'avion était piloté par Howard Batt.
 

Paul Mantz acheta aussi un SE.5E. Le seul film dont il s’occupa des scènes aériennes et qui montre un vrai SE.5, est "Suzy", tourné en avril-mai 1936, son achat ayant donc pu avoir lieu eu avant cette date. Mais cet avion reste au sol et les scènes aériennes sont réalisées avec un Earl Populair, transformé en SE.5. Le SE.5 de Mantz était le NX4488, un vrai S.E.5A anglais (B4863) construit par R.A.F. et reconditionné par Eberhart, un ancien avion de la Caddo Company d'Howard Hughes. Frank Tallman signale seulement qu’il fut reconstruit plusieurs fois. Il se trouvait dans la collection de Mantz qui fut vendue aux enchères le 29 mai 1968, après sa mort. L’avion fut acheté par l’Aeroflex Museum de New York qui le vendit en octobre 1985 à un Anglais. Immatriculé G-BLXT, il a été radié du registre anglais en octobre 2000. Supposé avoir été exporté aux USA, cet avion était, en fait, stocké en 2006 à Greenham Common (Flying A services/Wizzard Investments Ltd.) dans le Berkshire…C’est à notre connaissance, le seul S.E.5 de cinéma à avoir survécu et il est dommage que ce vieil avion, au passé chargé, ne soit pas exposé.

SE5Fig4.jpg
Fig.4. L’avion de Paul Mantz en 1968, devant un Garland Lincoln LF-1


Il faut attendre le milieu des années soixante pour revoir le SE.5 à l’écran, mais uniquement sous la forme de copies, plus ou moins fidèles.

En 1965, deux "SE.5" (G-ATGV, ATGW) équipées de moteurs Gypsy Queen 30 furent construites par Miles Marine and Structural Plastics Ltd. pour le film " Le crépuscule des aigles" (1966). Enregistrés en Irlande comme EI-ARA and EI-ARB, pour les besoins du tournage, ils furent transférés à la Shillelagh Productions Inc. et utilisés dans d’autres films sur la première guerre mondiale, comme " Darling Lili "(1970). Malheureusement ces deux avions furent perdus dans des accidents ; le EI-ARB entra en collision avec un hélicoptère en tournant "Zeppelin" en août 1970, et le EI-ARA, décrocha lors d’une évolution à basse altitude, pendant le tournage du " Baron rouge "en septembre 1970.

En 1967, la société anglaise Slingsby Sailplanes Ltd. construisit six SE.5 à échelle réduite (1/85°), à partir de biplans Currie Wot (G-AVOT à OY), sous le nom de Slingsby Type 56, propulsés par un moteur Lycoming de 115 ch. Ils furent acheminés en Irlande pour le tournage du film " Darling Lili " (EI-ARH à RM). Ces copies participèrent en 1969, au tournage de " I shot down Richtofen, I think », puis les EI-ARI et RJ furent acheminés par mer et par route en Turquie pour le tournage de "Les baroudeurs" (1970), avant de retourner en Irlande pour tourner dans "Zeppelin" (1971) et "Le baron rouge" (1971). Deux furent détruits pendant les tournages, les quatre survivants étant exportés au début de 1980 aux USA, rachetées par l’association Fighting Air Command, au Texas. Mais leur mauvais état ne leur permit pas de revoler.


SE5Fig5.jpg
Fig.5. Deux répliques de S.E.5 dans " Darling Lili "

D’autres répliques furent construites sur la base de Stampe Vertongen SV-4 pour le film "Le tigre du ciel" (1976) par Personal Planes Services Ltd. de Doug Bianchi, avec radiateur frontal, une seule place avec appui-tête, une dérive carrée, des culasses moteur sortant du capot et l'ajout de deux longs tuyaux d’échappement, d'une mitrailleuse Lewis sur l’extrados et d'une Vickers installée sur la place avant. On retrouve ces caractéristiques sur les répliques construites plus tard, en France, par l’AJBS, pour "L’as des as" (1982) et "L’instinct de l’ange" (1992).

SE5Fig6.jpg
Fig.6. Deux SE.5 / Stampe du film  "Le tigre du ciel"  © Terry Fox


§

Les apparitions du SE.5 au cinéma ont été plutôt rares et il fut relégué aux seconds rôles, voire à la figuration. Il disparaît des écrans peu avant la dernière guerre mondiale. Mais pour les Anglo-saxons, il reste le chasseur emblématique de la Grande Guerre, comme le SPAD l'est pour les Français ou le Fokker D.VII, pour les Allemands. Aux USA, cinquante neuf répliques ou copies de S.E.5 sont enregistrées à la FAA en 2010 et une douzaine volent en Angleterre. Ces avions perpétuent le souvenir de leur lointain parent, le Royal Aircraft Factory S.E.5, dans les airs, comme dans les films.


Christian Santoir


Filmographie du S.E.5 :


Film

Année

Nbre SE.5

Maquette*

Au sol

En vol

Hells angels (Caddo Prod.)

1930

2

0

 

x

Heartbreak (Fox)

1931

1

 

x

 

The lost squadron (RKO)

1932

2

 

x

 

Sky devils (Caddo Prod.)

1932

2

 

x

 

The white sister (MGM)

1933

Extr. Hell’s Angels

 

 

 

Ace of aces (RKO)

1933

 

2

 

 

Flying down to Rio (Warner)

1933

 

1

 2

 

Hell in the heavens (Fox)

1934

Extr. Hell’s Angels

 

 

 

Crimson romance (Mascot)

1934

Extr. Hell’s Angels

 

 

 

Suzy (MGM)

1936

1

1

x

 

Flight from glory (RKO)

1937

1

 

x

 

The story of Vernon and Irene Castle (RKO)

1939

2+ Extr. Hell’s Angels

 

x

x

Stunt pilot (Mono)

1939

1

 

x

 

Army surgeon (RKO)

1942

1+Extr. Hell’s Angels

1

x

 

*Echelle : 1/1


Filmographie de ses "sosies" :


Film

Année

Nbre  répliques

Au sol

En vol

Suzy

1936

1

 

x

The blue Max

1966

2

 

x

Darling Lili

1970

 8

 

x

Le baron rouge

1970

8

 

x

Zeppelin

1971

 6

 

x

Les baroudeurs

1970

2

 

x

Le tigre du ciel

1976

4

 

x

L’as des as

1982

2

 

x

Gunbus

1986

2

x

 

L'instinct de l'ange

 1993  2  x

Saint Exupéry, la dernière mission

1996 1 x

Aviator

2004 4 x

Le dernier vol

2009 1 x


Bibliographie sommaire :

-BRUCE J. M. [ 1960 ] The S.E.5A. Leatherhead, Profile Publ. N°1, 12 pages.
-BRUCE J. M. [1953] The S.E.5: Historic Military Aircraft No. 5. in Flight, No. 2321, Vol. LXIV, 17 July 1953, pp. 85-90, 93.
-JACKSON A. J. [1973] British civil aircraft since 1919. London , Putnam, vol. 2 et 3, 560 p. et 636 p.
-PELLETIER Alain
[2010] Les S.E.5 aux Etats-Unis. Les défenseurs britanniques du ciel américain.  in : Le Fana de l’Aviation n° 486, pp. 28-39.
-TALLMAN Frank [1973] Flying the old planes. Garden City, Doubleday & Company, Inc.,255 p.
-WYNNE H. Hugh [1987] The motion picture stunt pilot. Missoula, Pictorial Histories Publishing Company, 194 p.


Date de création : 27/09/2010 : 12:16
Dernière modification : 29/03/2013 : 10:33
Catégorie : - Avions
Page lue 4940 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !