Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

PLANQUE MALGRE LUI
Vo. When Willie comes marching home


 
Année : 1950
Pays : Etats-Unis
Genre : comédie
Durée : 1 h 22 min.
Noir et blanc

Réalisateur : John FORD
Scénario : Sys GOMBERG , Richard SALE

Acteurs principaux :
Dan DAILEY (William 'Bill' Kluggs), Corinne CALVET (Yvonne Le Tète), Collée TOWNSEND (Marjorie 'Marge' Fettles), William DEMAREST (Herman Kluggs), Jimmy LYDON (Charles 'Charlie' Fettles), Lloyd CORRIGAN (Major Adams), Evelyn VARDEN (Mme. Gertrude Kluggs)

Musique : Alfred NEWMAN
Photographie : Leo TOVER
Producteur : Fred KOHLMAR
Compagnie productrice : 20th Century Fox Film Co.
 
Avions :
-Boeing-Stearman PT-17 Kaydet
-North American P-51D Mustang (en arrière plan)
-Boeing B-17F Flying Fortress (images d'archives)
-Douglas C-47 Skytrain


Notre avis :

Dans ce film réalisé à peu près sur le même modèle que "Hail the conquering hero" (1944) de Preston Sturges, Ford montre que la guerre peut se gagner à l'arrière comme instructeur, ou derrière un bureau (Cf. "The Wings of eagles", 1957). Quant à l'héroïsme c'est une notion relative; le soldat agit sur ordre et parfois, un héros est celui qui est sorti d'un abri, au moment où il ne fallait pas. …Le héros du film est un brave garçon qui n'arrive pas à se faire muter au front malgré ses nombreuses demandes. En fait de décorations, il n'a que des médailles de bonne conduite. Quand, enfin, lui est donnée l'occasion de montrer sa valeur, il ne contrôle plus rien et il est le jouet des circonstances. De "planqué" malgré lui, il devient "glorifié malgré lui" !


En 1941, quand la nouvelle de l'attaque de Pearl Harbour par les Japonais parvient au petit village de Punxatawney (West Virginia), Bill Kluggs n'hésite pas une minute à s'engager dans l'armée et devient ainsi le premier citoyen de sa ville à prendre l'uniforme. Après avoir dit adieu à sa famille et à sa petite amie, Marge Fettles, il part suivre une formation de pilote. Mais ne développant aucune aptitude pour le pilotage, il devient mitrailleur, étant un très bon tireur. Il est alors affecté comme instructeur sur la base de Loring Field à proximité de sa ville natale, où il est accueilli en héros. Tout commence à se compliquer quand son affectation se prolonge et que ses camarades partent tous au front ! Son supérieur refuse de se séparer de lui, car il est un excellent instructeur. Peu à peu, ses concitoyens se détournent de lui. Un jour, la chance lui sourit quand un équipage de bombardier a besoin de remplacer sur le champ un de ses mitrailleurs, malade. Bill part enfin pour l'Angleterre, mais arrivé à destination, le temps est si bouché que l'équipage reçoit l’ordre d'abandonner l'avion, au-dessus de la Manche. Endormi dans sa tourelle, Bill saute le dernier, au dessus de …la France ! Il est recueilli par des maquisards commandés par une femme, Yvonne, qui a travaillé aux USA avant la guerre. Bill tombe bien, car il va pouvoir emmener en Angleterre le film du lancement d'un V2, une arme encore inconnue par les Alliés. Pour assurer sa couverture, Yvonne organise un faux mariage avec Bill. Ce dernier découvre le vin français et s'enivre. C'est saoul qu'il est emmené en Angleterre par une vedette rapide ! Une fois le film développé, vu la grande importance des informations qu'il révèle, Bill est envoyé aussitôt en avion à Washington où il doit expliquer de nouveau tout son périple. Mort de sommeil et assommé par l'alcool qu'on lui fait boire pour tenir le coup, il ne tient plus debout. Quand on veut l'envoyer à l'hôpital pour se reposer enfin, le médecin chef le prend pour un fou et veut le faire enfermer. C'est dans un train de marchandise qu'il rejoint sa famille. Celle ci est très étonnée de le revoir quatre jours seulement après son départ en mission, et elle ne croit pas un mot de son histoire. Quand la police militaire frappe à la porte, tout le monde croit qu'on vient l'arrêter pour désertion ! En fait, il ne s'agit que de l'emmener à Washington pour y être décoré des mains du Président….


Ce film, un peu oublié, de John Ford est une très bonne comédie sur l'armée et l'héroïsme. Le vrai courage de Bill est d'effectuer un travail obscur à l'arrière, mais essentiel pour la victoire. C'est ce qu'essaie de lui expliquer son amie Marge, en lui rappelant qu'il s'est crashé plus de fois avec son avion, à Loring, que son frère pilote de chasse dans le Pacifique !

Tourné à Thousand Oaks et dans l'île de Santa Catalina (CA), les scènes aériennes ont été effectuées par Paul Mantz.


Les avions du film :

Bill fait son premier vol solo sur un Stearman PT-17 Kaydet (362 ED) dont on aperçoit plusieurs exemplaires. Pendant qu'il essaie de maîtriser son appareil, on voit, parqués au sol, d'autres avions difficiles à identifier : Beech-18, Stinson Voyager, Vultee BT-13 (NC63605).. C'est Paul Mantz qui passe sous un hangar avec le PT-17, avant d'atterrir entre deux arbres, où il laisse ses ailes !.

Le crash du Boeing B-17 d'où sort Bill, est assez bien reconstitué avec une vraie cellule, portant un faux serial (42-90431) et un faux code tactique (L-17). Plus tard, Bill part en Angleterre dans un autre B-17F vue sur un bout de documentaire. L'intérieur du B-17 apparaît authentique au niveau des mitrailleurs de sabords ainsi que du poste de Willie, dans la tourelle inférieure…. Quand il saute en parachute, le B-17F a fait place à un B-17D, avec des marques de 1941.

On aperçoit également de nombreux North American P-51D alignés sur la base fictive de Loring (à ne pas confondre avec Loring AFB dans le Maine, créée en 1953). Ces avions appartiennent sans doute à une unité de l'ANG non identifiée. Bill embarque avec les honneurs dans un Douglas C-47 pour rejoindre Washington.

Enfin, c'est dans un Lockheed P-38 Lightning que l'on ne voit pratiquement pas, que le héros traverse de nouveau l'Atlantique dans une position bien inconfortable. Il doit s'agir d'un P-38F-1 "Piggy back" avec un second siège installé (à titre provisoire) juste derrière le pilote, à la place de l'équipement radio.

Le film transmis par Bill est le tir d'essai d'un fusée "A.4" (V.2) effectué, non pas en France, ni en Allemagne, mais à White Sands, au Nouveau Mexique, en mai 1946….



Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.com



WHENWILLIECOMES MARCHINGHOME.jpg
 

Mots-clés associés

Date de création : 11/06/2011 : 09:16
Dernière modification : 11/06/2011 : 09:16
Catégorie : - Films
Page lue 3884 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !