Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

BAGARRE AU DESSUS DE L'ATLANTIQUE
Vo. Jet over the Atlantic




Année : 1959
Pays : USA
Genre : drame
Durée : 1 h 35 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Byron HASKIN
Scénario : Irving H. COOPER

Acteurs principaux :
Guy MADISON (Brett Murphy), Virginia MAYO (Jean Gurney), George RAFT (Stafford), Ilona MASSEY (Mme. Galli-Cazetti), George MACREADY (Lord Robert Leverett), Anna LEE (Ursula Leverett), Margaret LINDSAY (Mme. Lanyard), Venetia STEVENSON (June Elliott).

Musique ; Louis FORBES
Photographie : Jorge STAHL Jr.
Producteur : Benedict BOGEAUS
Compagnie productrice : Benedict Bogeaus Production
 
Avions:
-Bristol 175 Britannia 302  c/n 12918, XA-MEC
-Boeing 377 Stratocruiser

Notre avis :

Il convient tout d'abord de signaler que le titre anglais de ce film est mensonger. L'avion du film n'est pas un jet, mais un avion à hélice, même si pendant la majeure partie du film on entend le bruit des réacteurs (!), et pas du tout le vrombissement, un peu strident, des turbo propulseurs du Bristol Britannia. Quant au titre français, il est presque aussi faux, la bagarre à bord se limitant à un seul uppercut !

Selon certaines sources, le film aurait été tourné à Mexico. Le hall de l'aéroport que l'on voit au début du film pourrait effectivement être celui de l'aéroport international de Mexico, qui passe pour celui de Madrid. Mais on a fait appel à des documents filmés en Californie, où l'on voit la tour de contrôle du Lockheed Airport de Burbank, et l'approche, de nuit, des pistes du San Francisco International Airport, censées être celles de New-York ….


L'agent du FBI, Stafford, arrive en Espagne pour arrêter un meurtrier, l'Américain Brett Matoon, échappé de prison deux ans plus tôt. Brett, qui ne soupçonne rien, file le parfait amour avec Jean Gurney, une danseuse de cabaret. Pendant ce temps, lord Robert Leverett, déstabilisé par la mort récente de sa petite fille, Lori, planifie son suicide au moyen d'une bombe chimique introduite à bord du vol 400 à destination de New York... Le lendemain matin, Brett est arrêté. On lui permet d'avertir Jean qui se précipite à l'aéroport, et embarque à bord du même avion que Brett ! Après le décollage, Stafford autorise Brett à parler à Jean qui lui explique sa situation, et la convainc de son innocence. Jean demande à Brett, malgré son sort peu enviable, de l'épouser sur le champ ! La cérémonie est organisée par un pasteur qui est parmi les passagers. Pendant ce temps, dans la soute à bagage, la valise de Leverett s'enflamme. Les sprinklers se mettent en marche et éteignent l'incendie, mais des fumées toxiques se répandent dans le circuit de climatisation de l'appareil. Le copilote constate la mort du pilote et du navigateur, juste avant de mourir à son tour ! Leverett en profite pour détruire la radio du bord. Brett découvre les pilotes morts et descend, avec Stafford, dans la soute, pour connaître l'origine des émanations nocives. Leverett intervient alors et veut tirer sur Stafford, mais Brett, qui avait subtilisé son pistolet à un des policiers de son escorte, asphyxié, est plus rapide. Brett prend les commandes de l'avion. Il le fait descendre à une altitude qui permet de briser quelques hublots pour apporter de l'air pur dans la cabine où plusieurs passagers ont déjà succombé. Sans radio, mais aidé par le radio compas, Brett rejoint l'aéroport de destination et atterrit sans encombre. Au moment où les rescapés débarquent, il est blessé par Stafford, alors qu'il voulait s'enfuir ! Stafford est accueilli par des policiers, accompagnés d'un détenu qui innocente Brett. Ce dernier est sauvé de justesse, et Jean pourra bientôt retrouver son héros.


Ce film a tous les éléments du film catastrophe, avec une belle panoplie de passagers : la chanteuse d'opéra, l'ecclésiastique, une jeune fille accompagnée de sa mère, le criminel escorté par un policier, sans oublier la vielle dame facétieuse que l'on retrouvera dans "Airport", et dans bien d'autres films plus récents… Il y a aussi, bien sûr, le passager qui devra se mettre aux commandes. Rien de nouveau sous les projecteurs ! Tout cela rappelle "Zero hour" (1957), avec une musique ("What would I do without you ?") qui ressemble au leitmotiv de "The high and the mighty" (1954). George Raft n'a pas un rôle à sa mesure, quant à Virgina Mayo, elle avait tourné en 1946, dans "The best years of our lives" où elle incarnait, déjà, la femme d'un aviateur.

Le film accumule les invraisemblances. Le feu à bord met beaucoup de temps à être détecté. L'espérance de vie d'un avion après la déclaration d'un feu à bord n'a jamais dépassé une vingtaine de minutes, au grand maximum. …En outre, l'avion est démuni de masques à oxygène, aussi bien dans la cabine, que dans le cockpit. Briser les hublots n'était pas forcement la bonne solution; en créant un appel d'air, on risquait de raviver l'incendie. Enfin, Brett, un héros de la guerre de Corée, est un pilote très doué; passer du F-86 au Britannia, ne devait pas être très facile ! On pourrait continuer de la sorte...…


Les avions du film :

Le "jet" baptisé "El Conquistador" est un Bristol 175 Britannia 302 (c/n 12918, XA-MEC), équipé de quatre moteurs Bristol Proteus 756 de 3900 chevaux, une version à rayon d'action raccourci (5627 km) livrée à Aeronaves de Mexico, le 4 novembre 1957. Il fut mis sur la ligne Mexico-New York deux jours plus tard. Dénommé d'abord Moctezuma, puis Tenochtitlan, puis Acapulco, il fut détruit en se posant sur le ventre, à Tijuana, le 9 juillet 1965. On voit l'avion (à Mexico ?) avec son ancienne livrée de la BOAC (G-ANCB), mais avec un dérive repeinte portant le drapeau mexicain et son immatriculation. Dans le film, il a une immatriculation mexicaine fictive "XB-1" (réservée aux avions privés). En l'air, il est remplacé par des images d'un Britannia de la BOAC. Au décollage de "Madrid", il est doublé par un Boeing 377 Stratocruiser de la BOAC ! Notons qu'un Britannia 302, avait les jambes un peu courtes pour couvrir d'une seule traite, les 5785 km séparant Madrid de New-York. …Quand il fut acheminé d'Angleterre au Mexique, il passa par Gander (Terre Neuve).

Les vues de la cabine et du cockpit ont été reconstituées en studio, en plus large; par contre, on dispose d'une bonne vue du vrai tableau de bord, au début du film.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.com  



 
JETOVERTHEATLANTIC.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 07/07/2011 : 13:49
Dernière modification : 07/07/2011 : 13:49
Catégorie : - Films
Page lue 2759 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !