Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

VAGABONDS DU CIEL
Vo. Parachute jumper

 


 
Année : 1933
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée : 1 h 05 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Alfred E. GREEN
Scénario : Rian JAMES, John Francis LARKIN
Histoire originale : "Some Call It Love" de Rian JAMES

Principaux acteurs :
Douglas FAIRBANKS Jr. (Bill Keller), Bette DAVIS (Patricia "Alabama" Brent), Frank McHUGH (Toodles Cooper), Claire DODD (Mme. Newberry), Leo CARRILLO (Kurt Weber), Harold HUBER (Steve Donovan), Thomas E. JACKSON (Detective Coffey)

Musique : Cliff HESS
Photographie : James Van TREES
Producteur : Darryl F. ZANUCK
Compagnie productrice : Warner Bros.
 
Avions :
-Curtiss Fledgling  c/n B-15, NR8674
-Buhl "Airsedan" CA-6, c/n 52, NC8446
-Fairchild 71, c/n 675, NC2K
-Stearman C3-B, c/n 180, NC6440
-Stearman C3-B, c/n 190, NC6491


Notre avis :

Malgré son titre, ce film n'a pas grand chose à voir avec le parachutisme, le héros du film ne faisant qu'un seul saut… Son thème principal est en fait la grande dépression économique qui frappait les Etats-Unis depuis le crack boursier de 1929, le tout sur fond de Prohibition. Prohibition et Dépression favorisaient toutes sortes de trafics, de combines, les chômeurs cherchant à gagner leur vie par n'importe quel moyen, légal ou illégal, pendant que certains faisaient d'immenses fortunes. Le transport aérien était (et reste encore aujourd'hui) un moyen privilégié, utilisé par les trafiquants pour passer discrètement les frontières.


Bill Kelly et Toodles Cooper, deux pilotes des Marines au Nicaragua, sont renvoyés après avoir été découverts dans un bar à filles, alors qu'on les cherche partout, après que leur avion ait été abattu par des trafiquants ! Ils arrivent à New-York, pour s'apercevoir que la compagnie aérienne qui devait les employer a fait faillite. Dans un jardin public, Bill rencontre Patricia Kent, surnommée Alabama. Constatant qu'elle est affamée, il lui paie un petit déjeuner avec ses derniers cents. Elle accepte de venir habiter dans l'appartement qu'il partage avec Toodles. Pour gagner un peu d'argent, Bill fait un saut en parachute lors d'un meeting, mais il dépense l'argent pour acheter une livrée de chauffeur. Il a en effet entendu qu'une certaine Mme Newberry cherche un chauffeur présentant bien. Cette dame est entretenue par Karl Weber, un homme d 'affaires très connu, qui n'est autre qu'un grand trafiquant. Bill est embauché, mais il s'avère vite que Mme Newbury est plus intéressée par son physique, que par ses aptitudes à la conduite. …Weber voyant cela, la met à la porte, mais embauche à son tour Bill, comme garde du corps et pilote personnel. Alabama rentre aussi, par hasard, au service de Weber, comme secrétaire. Lors d'un vol vers le Canada, Bill et Toodles sont interceptés par la Police de l'Air. Croyant être attaqués par d'autres trafiquants, Bill descend à la mitraillette les deux avions de la police. Il découvre qu'en plus de l'alcool, il a aussi transporté de la drogue. Pressé par Alabama, il décide de quitter Weber, mais accepte une dernière mission. Alors que la police fait irruption dans le bureau de Weber, enfin découvert, ce denier fuit avec Bill dans son avion. Bill parvient à avertir Toodles qu'il transporte lui aussi, de la drogue. Toodles saute en parachute avant que la police ne l'arrête. Bill atterrit en catastrophe et s'arrange pour faire croire à la police que c'était Weber qui pilotait, et qu'il était son prisonnier. De nouveau au chômage, Toodles se réengage dans les Marines, et Bill en fait de même, après avoir obtenu la main d'Alabama.


Ce film de série B, tourné en vingt sept jours, avec un budget de 206.000 dollars, se distingue des autres, en dehors d'un scenario tiré par les cheveux, par son côté réaliste; il ne met pas en scène, comme d'habitude, des gens riches vivant dans le luxe, mais trois personnages au chômage, victimes de la grande Dépression. On évoque non seulement le trafic d'alcool de part et d'autre de la frontière canadienne, mais aussi le trafic de drogue. Il se distingue également par plusieurs scènes qui seront interdites, une année plus tard, sur les écrans américains. Ainsi, quand Toodles fait du stop et qu'une voiture ne s'arrête pas, il lui fait un "doigt d'honneur"; plus tard, un policier salue bien bas le gangster Werner dont la voiture a été surprise en excès de vitesse en ville; quand Bill cherche Alabama dans des bureaux, on voit un fonctionnaire chargé de l'application de la Prohibition, en train de boire de l'alcool; dans le bureau d'à coté, un patron est en conversation "privée" avec un secrétaire visiblement homosexuel...

Ce film comporte également treize minutes de scènes aériennes, confiées à Paul Mantz, dont c'était un des premiers contrats comme pilote cascadeur.



Les avions du film :

Après avoir vu une formation de bombardiers biplans (Keystone ?) tout au début, on ne voit plus d'avion, avant le milieu du film. A Roosevelt Field, Bill essaie de passer en plein vol d'un Curtiss Fledgling à un autre (dont le c/n B-15, NR8674).
 
Plus tard il pilote un Buhl "Airsedan" CA-6 (c/n 52, NC8446) appartenant au gangster Weber. Cet avion était en réalité un des premiers "Honeymoon Express" de Paul Mantz. A côté des ses activités sur les plateaux de cinéma, Mantz avait une petite compagnie de transport pour emmener de riches couples à Las Vegas, Yuma ou Reno. Cet avion avait été livré en 1929 au Metropolitan Development Company Syndicate de Van Nuys (CA) qui le revendit quelques mois plus tard à la Pacific Finance Corp. de Los Angeles, qui ne put payer (pour cause de crise économique ?). Il connut plusieurs propriétaires, dont Paul Mantz, entre 1931 et 1936. Le 17 septembre 1939, l'avion s'écrasa au décollage à Yakima (WA), suite à une panne moteur et fut entièrement détruit.

Autre avion des trafiquants, un Fairchild 71 (c/n 675, NC2K) qui apparaît aussi dans "Central airport", sorti la même année, mais aussi dans la série "Ace Drummond" (1937). Cet appareil qui vole toujours en Californie, appartenait à Fairchild Aerial Surveys, basé sur l'aéroport d'Hollywood-Burbank et qui l'utilisa pour des missions de photographies aériennes aux USA, entre 1932 et 1955.

On remarquera les crashs très réalistes d'un Buhl et d'un Fairchild 71, réalisés avec de vrais cellules d'avion, semble-t-il.

Enfin, deux Stearman C3-B (c/n 180, NC6440; c/n 190, NC6491) équipés de deux mitrailleuses de capot, jouent les avions policiers de l'US Air Patrol. Ces deux avions qui servaient à l'occasion d'avions caméras, apparurent dans plusieurs films, dans les années 30.



Christian Santoir

*Film rare




VAGABONDSDUCIEL.jpg














PARACHUTEJUMPER.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 05/08/2011 : 20:20
Dernière modification : 13/08/2012 : 18:09
Catégorie : - Films
Page lue 4194 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !